Passer au contenu principal

Manif à Berne«Nous luttons contre la gestion dictée par la peur»

Des activistes ont exprimé, samedi à Berne, leur opposition à la politique mise en place par la Confédération pour lutter contre le coronavirus.

Le groupement alémanique de citoyens inquiets, «Bürgerforum Schweiz» a appelé au rassemblement. (Image prétexte)
Le groupement alémanique de citoyens inquiets, «Bürgerforum Schweiz» a appelé au rassemblement. (Image prétexte)
KEYSTONE

Près de 300 personnes ont protesté samedi sur la Place fédérale à Berne contre la politique de la Confédération liée au coronavirus. Un groupement alémanique de citoyens inquiets ("Bürgerforum Schweiz") a appelé au rassemblement.

Le forum critique les mesures prises par le Conseil fédéral pour lutter contre la pandémie. «Le peuple est souverain. Nous luttons contre la gestion dictée par la peur menée par le gouvernement», peut-on par exemple lire sur le site internet du groupement.

Celui-ci comprend notamment l'ancien membre de l'UDC zurichoise Daniel Regli, président de l'association «Marche pour la vie» qui a mené plusieurs manifestations contre l'avortement.

Hétéroclite

Ces sceptiques de la politique gouvernementale forment un groupe hétéroclite qui accueille aussi bien des adeptes de l'ésotérisme, des opposants aux vaccins, des personnes touchées par le semi-confinement ordonné en Suisse que des personnes des milieux conservateurs de droite. Des théories du complot circulent aussi parmi eux.

Ces personnes ont déjà manifesté à plusieurs reprises à Berne alors que les rassemblements étaient interdits en raison du coronavirus. Samedi, la manifestation était autorisée. Afin de permettre aux protestataires d'y participer sans masque de protection, leur nombre a été limité.

Trois secteurs pour chaque fois 300 personnes étaient à disposition, un espace bien trop généreux pour les quelque 300 participants. Ceux-ci se sont rassemblés devant une petite tribune décorée d'un grand drapeau suisse, où des orateurs ont pu s'exprimer.

Contre-manifestation

Le rassemblement a provoqué une contre-manifestation issue des milieux autonomistes de gauche. Près de 80 personnes ont crié des slogans antifascistes. L'importante présence policière et le bouclement de la Place fédérale ont toutefois empêché les deux groupes de se rencontrer.

(ATS/NXP)