Gareth Southgate, l’homme qui a redonné vie à l’Angleterre

Coupe du mondeIdées neuves, inspirations révolutionnaires: en deux ans, le coach anglais a fait tout juste. Gros plan sur sa méthode.

Gareth Southgate, le sélectionneur le plus élégant du Mondial, a su aussi séduire sur le terrain en imposant une nouvelle philosophie de jeu à l’équipe d’Angleterre.

Gareth Southgate, le sélectionneur le plus élégant du Mondial, a su aussi séduire sur le terrain en imposant une nouvelle philosophie de jeu à l’équipe d’Angleterre. Image: EPA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Quand on traîne pour cortège des spectres de pendus, on peut porter sans honte le masque de la peur. Mais quand on s’appelle Gareth Southgate, on enfile un costume trois pièces, on sourit et on prend les rênes de l’équipe d’Angleterre sans sourciller en septembre 2016. Sans penser à l’humiliation du Mondial 2014 (retour au pays après avoir fini dernier du groupe D) ou au fiasco de l’Euro 2016 (élimination en huitième de finale contre l’Islande). Sans regarder derrière, donc, et sans voir la procession des bannis: Eriksson le froid, McClaren sans relief, Capello pour le prestige, rien que le prestige, Hodgson le conservateur, et on oublie en chemin les éphémères Pearce et Allardyce. On oublie tout, en fait, surtout ce passé tumultueux qui marie le scandale et le désamour pour qui s’occupe des Three Lions. C’est le rôle du cocu que tous promettaient à l’élégant Gareth Southgate, avec sa tête de gendre idéal. C’est celui du héros qu’il a immédiatement endossé, qualifié pour les demi-finales du Mondial, adulé, révolutionnaire dans ses choix et ses approches.

Le miracle Southgate n’en est pas un. Tiré à quatre épingles en hommage à son grand-père (de la Royal Navy), le plus élégant sélectionneur du Mondial n’a pas fait que doper les ventes de costumes chez Marks & Spencer (+35% depuis le début de la compétition!), il a surtout redonné vie à l’équipe d’Angleterre. Il faut voir comment.

La prise de pouvoir

Southgate n’est bien sûr pas un inconnu. Il était à la tête des espoirs anglais depuis 2013, quand le scandale frappe Sam Allardyce (le sélectionneur d’alors révèle à des journalistes britanniques infiltrés comment contourner les lois du football anglais pour permettre une tierce propriété d’un joueur). Fin septembre 2016, Southgate reprend donc au pied levé la sélection anglaise, pour laquelle il a joué en défense centrale à 57 reprises. On le croyait trop gentil? Il fait au contraire le ménage: exit le «vieux» Rooney, qui n’amène rien sinon des problèmes; ouste le portier Joe Hart, il veut un gardien pouvant jouer au pied; loin aussi les Walcott et Wilshere. S’il faut penser à l’avenir, autant le faire avec des têtes neuves. Résultat: avec 25,9 ans de moyenne d’âge pour ses 23 joueurs, l’Angleterre est la troisième plus jeune sélection du Mondial, derrière le Nigeria et l’Allemagne.

La révolution dans le jeu

Le pas suivant est idéologique: Southgate, intelligent, a bien observé la Premier League, l’influence des joueurs étrangers et surtout celle des entraîneurs étrangers. Dès l’été 2017, la révolution est radicale: l’Angleterre abandonne sa défense à quatre et oublie le kick and rush. Elle jouera désormais en 3-5-2, avec des adaptations dignes des exemples prônés par Pochettino à Tottenham ou Guardiola à Manchester City. Le rôle de Stones en défense, de Henderson au milieu, le positionnement de Trippier et Young sur les côtés ou les automatismes du duo d’attaque Kane-Sterling: tout est neuf pour l’Angleterre. Mieux: elle a même un bon gardien avec Pickford. Fou!

Le résultat est visible: le fighting spirit est toujours là quand il faut se battre pour écarter la Colombie. Mais une nouvelle philosophie s’impose. Southgate l’a résumée lui-même: «On veut montrer aux gens que l’Angleterre peut évoluer d’une façon différente. On a des joueurs techniques. On veut qu’ils gardent la balle, s’expriment avec.»

Bien sûr, tout n’est pas encore parfait. Mais il y a cette perspective de se retrouver en finale en cas de victoire sur la Croatie mercredi. En finale! Comme les héros vainqueurs en 1966, les Gordon Banks, Bobby Moore, Bobby Charlton ou Geoff Hurst.

Southgate a fait tout juste; comme ses joueurs, il est désormais libéré de toute pression. Oui, tout est possible pour cette Angleterre qui n’a pas encore sur le terrain l’élégance de son sélectionneur. Mais qui n’aura pas peur d’enfiler le costume le cas échéant. (TDG)

Créé: 08.07.2018, 17h06

La NBA au service des balles arrêtées

Avec Gareth Southgate, rien n’est laissé au hasard.
«Son» Angleterre est très forte sur les balles arrêtées. Parce que Southgate a adapté des techniques de NBA – il a parlé avec les Minnesota Timberwolves – en matière de libération d’espaces dans une surface donnée. Ici la raquette pour le basket, là les 16-mètres pour le football. Prise de position préférentielle: cela donne le but de Stones contre le Panama, avec Young qui fait écran, ou cela rappelle le 1-0 de Maguire contre la Suède, avec un tourbillon devant lui qui le libère. Au total, l’Angleterre en est déjà dans ce Mondial à quatre buts inscrits sur balles arrêtées.
Le rugby est aussi une source d’inspiration. Pour la culture de la gagne des All Blacks. Southgate a collaboré avec Gilbert Enoka, coach mental, pour unir le groupe anglais. Et avec Owen Eastwood, un «motivateur». Une vidéo de huit minutes a été montrée cette année aux Anglais pour les sensibiliser aux efforts nécessaires pour la réussite. Enfin, la NFL (football américain) est elle aussi à la base d’une nouveauté. «Je pense que, parfois, durant les grands tournois, les relations entre nos joueurs et les médias ont été un peu conflictuelles, a-t-il lancé avant le Mondial. Le Super Bowl semble très ouvert, détendu; il semble y avoir beaucoup plus de respect entre les gens.» Il a donc invité la presse à rencontrer tous les 23 internationaux anglais avant le départ en Russie. Quand on vous dit qu’il fait tout juste. D.V.

Articles en relation

Cette France, qui passe en demie, est un sérieux candidat

Football Orpheline de Cavani (blessé), la Celeste n’a rien pu faire. Les Tricolores, bien plus solides que les Uruguayens, se qualifient sans forcer. Plus...

Fernando Hierro quitte la Fédération espagnole

Football Nommé en urgence sélectionneur, Hierro n'a pas été reconduit. Il a également refusé de retrouver sa place de directeur sportif. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.