Serbie - Costa Rica 1-0: la Suisse n'a pas à avoir peur

FootballLa Serbie a pris son temps pour forcer, grâce à un coup franc direct d'Aleksandar Kolarov, le verrou du Costa Rica.

La joie des Serbes après le but.

La joie des Serbes après le but. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un nul aurait été plus avantageux pour la Suisse, mais la Serbie ne l'a pas entendu de cette oreille. Les Aigles blancs ont remporté 1-0 contre le Costa Rica le 1er match du groupe E du Mondial avant l'affiche entre la Suisse et le Brésil dimanche soir.

Les observateurs de l'ASF sont probablement arrivés à cette conclusion au terme de la partie: pour l'équipe de Suisse, le rythme sera peut-être la clef. Parce que, si Serbes et Costariciens ont des approches du jeu sensiblement différentes, les deux formations se rejoignent sur une chose. A savoir qu'elles sont vite mises hors de position quand l'adversaire accélère, ce qui n'a que très peu été le cas dimanche à Samara.

Navas retarde l'échéance

La Serbie, forte de sa supériorité technique, a dominé les débats. Mais elle n'a jamais non plus affiché la maîtrise et l'autorité nécessaires pour augmenter le tempo. Les Beli Orlovi portent bien leur surnom: tels des aigles, ils planent presque nonchalamment sur la pelouse puis tentent de fondre sur leur proie, que ce soit via de longs ballons ou par le biais d'une initiative individuelle (souvent prise par Milinkovic-Savic et Tadic).

Sauf que la pression mise par les Serbes a été trop inconstante et que le Costa Rica, ultradéfensif comme en 2014, n'a jamais semblé être dans le rouge. Bien sûr, sans deux parades décisives de Keylor Navas - bien parti pour être comme au Brésil le meilleur joueur de son équipe -, les Ticos auraient courbé l'échine beaucoup plus tôt.

La première est intervenue à la 27e face à un Milinkovic-Savic servi par une longue ouverture de Kolarov. La seconde à la 50e, dans un autre duel remporté devant Mitrovic. Dans les deux cas, le manque de tranchant des attaquants serbes a autant sauté aux yeux que le réflexe de Navas. Le portier du Real Madrid a toutefois eu moins de flair, dans son placement, sur le beau coup franc de Kolarov qui a fait mouche à la 56e. Un avantage au score conforme à la physionomie d'un match durant lequel le Costa Rica a avant tout attendu.

Rien à envier

La sélection d'Oscar Ramirez ne s'est comme prévu pas souciée un seul instant de l'esthétisme de son football et s'est contentée d'essayer de jouer crânement sa chance les rares fois où elle s'est retrouvée dans les 30 derniers mètres. Trois occasions à noter: un tir non cadré de Calvo (42e) et deux têtes de Gonzalez (3e/12e) dont la deuxième, non-cadrée, dans une position pourtant excellente.

Ce doit aussi être un des enseignements des observateurs de l'ASF: la défense serbe n'offre de loin pas toutes les garanties, dans le jeu aérien notamment, malgré les... 188 centimètres de taille moyenne (!) de son onze titulaire. Rien n'est jamais totalement facile en Coupe du monde, où il faut obligatoirement donner le meilleur de soi-même à chaque sortie, mais la Suisse doit réaliser qu'elle n'a absolument rien à envier à ses deux futurs adversaires.

(ats/nxp)

Créé: 17.06.2018, 16h17

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après les frappes iraniennes sur l'Arabie saoudite
Plus...