Chic, déjà un choc: Cristiano Ronaldo contre Sergio Ramos et Cie

FootballProgrammé vendredi soir (20 heures) à Sotchi, Portugal - Espagne est attendu avec une impatience non feinte.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’Espagne s’est-elle mis un autogoal avant même que la Coupe du monde ne débute? Allusion à la mise à l’écart de Lopetegui, coupable d’avoir signé au Real. Charge désormais à Hierro de mener la Roja au succès. Directeur sportif du LS, Pablo Iglesias analyse les chances de l’Espagne; ancien entraîneur de Servette (2009-2012), Joao Alves celles du Portugal, champion d’Europe.

Le Portugal vu par Joao Alves

«L’équipe portugaise est en forme (ndlr: elle a partagé l’enjeu contre la Tunisie 2-2 et la Belgique 0-0 et a battu l’Algérie 3-0). Fernando Santos a fait tourner son effectif. Le sélectionneur dispose de tous ses joueurs. Cristiano Ronaldo peut gagner le match à lui tout seul. Son talent, son expérience et sa capacité athlétique peuvent toujours faire pencher la balance. Le meilleur joueur du monde affronte plusieurs de ses habituels coéquipiers. C’est une motivation supplémentaire pour lui. Une victoire soufflerait un vent d’énergie sur l’équipe et la gonflerait au moral. Les Portugais ne doivent en aucun cas penser au remue-ménage qui secoue la Roja Le problème est espagnol. Il ne regarde pas le Portugal (ndlr: Cristiano Ronaldo peut-être…)

L'Espagne vue par Pablo Iglesias

«Chaque fois que le Real est champion d’Europe, l’Espagne est éliminée au premier tour! Voilà pour l’aspect superstition. Sportivement, la Roja est pleine d’illusions. A raison. L’équilibre est excellent entre les «tauliers» et la génération montante, très intéressante par ailleurs. En fonction des joueurs choisis, Hierro dispose de huit schémas d’organisation différents. C’est assez rare pour être souligné. Cette abondance de biens est précieuse. La saison en effet a été longue et la Coupe du monde ne prend fin que le 15 juillet. Le départ avec fracas de Julen Lopetegui, le chef d’orchestre, à quarante-huit heures du début souligne une incohérence dont personne ne sort gagnant et qu’on pointe volontiers du doigt dans le football amateur.»

Créé: 14.06.2018, 21h43

Pablo Iglesias

Joao Alves

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.