Passer au contenu principal

Terminologie«Coronagraben» est le mot de l’année 2020 en Suisse romande

Le département de linguistique de la Haute école zurichoise des sciences appliquées (ZHAW) a passé en revue le vocabulaire utilisé en terres helvètes cette année écoulée.

Même le mot de l'année n'échappe pas à l'épidémie.
Même le mot de l'année n'échappe pas à l'épidémie.
KEYSTONE/AP

«Coronagraben» est le mot de l’année en Suisse romande. Viennent ensuite «gestes barrières» et «luttes», selon le département de linguistique de la Haute école zurichoise des sciences appliquées (ZHAW).

Bien sûr, 2020 restera l’année de la pandémie, qui a vu fleurir une ribambelle de néologismes tels que le ou la COVID-19, covidiots, coronasceptiques et coronagraben, rappelle la ZHAW mardi.

Ce dernier terme souligne tantôt les désaccords entre cantons alémaniques et romands quant aux mesures sanitaires à prendre ou à abandonner, tantôt les fortes variations du nombre de cas selon les régions linguistiques, détaille la ZHAW. Et d’ajouter qu’il traduit en filigrane «la relation au fédéralisme suisse et à ses mécanismes» et montre surtout que «nous avons tous vécu une réalité différente selon notre région linguistique».

ATS/NXP