Passer au contenu principal

Coronavirus Vie nocturne: certains cantons prennent des mesures

Plusieurs cantons ont annoncé un renforcement des contrôles d'identité à l'entrée des boîtes de nuit.

Les organisateurs pourront être poursuivis pénalement en cas de non-respect de cette ordonnance spéciale (photo d’illustration).
Les organisateurs pourront être poursuivis pénalement en cas de non-respect de cette ordonnance spéciale (photo d’illustration).
KEYSTONE

La Conférence des directeurs cantonaux de la santé (CDS) recommande d'introduire l'obligation de s'identifier pour se rendre dans un bar ou un club. Cette mesure, déjà introduite dans certains cantons, vise à garantir le traçage des contacts.

Zurich, Berne, Argovie, Soleure, Bâle-Ville, Bâle-Campagne et Lucerne ont déjà annoncé un renforcement des contrôles d'identité à l'entrée des boîtes de nuit, suite aux récents cas de super-propagation du coronavirus. Les organisateurs devront vérifier l'authenticité des coordonnées indiquées par les clients.

En matière d'hygiène et de conduite, «une approche nationale est également appropriée dans la situation particulière», a indiqué vendredi la CDS. Il est apparu ces derniers jours que les concepts de protection pour les bars et les clubs «présentent parfois des lacunes considérables ou peuvent être contournés».

Unanimité des cantons

Ces lacunes entravent le traçage des contacts qui permet aux cantons d'identifier et d'interrompre les chaînes de transmission du virus. La CDS a mené une consultation auprès des chefs des départements cantonaux de la santé et les réponses sont «unanimes»: les visiteurs de clubs et de discothèques «devraient s'identifier au moyen d'une pièce d'identité valable".

Avec une pièce d'identité valable, «l'exactitude des coordonnées sera ainsi assurée et les personnes pourront être contactées si nécessaire», explique la CDS. La conférence recommande donc à tous les cantons de garantir un enregistrement fiable des adresses.

Mesures supplémentaires possibles

Si les concepts de protection ne sont pas respectés ou si les données personnelles ne sont pas enregistrées, «des mesures supplémentaires» seront prises. Une nouvelle limitation des heures d'ouverture, une restriction plus importante du nombre de personnes ou même une fermeture générale «devraient être prévues par la loi». Si le nombre d'infections continue d'augmenter, les cantons pourront prendre d'autres mesures.

Vendredi, les autorités de Bâle-Ville ont exigé des responsables de clubs la garantie que les coordonnées transmises en cas d'infections au Covid-19 soient exactes. Ils devront la fournir à travers des contrôles systématiques des pièces d'identité ou par un autre moyen. Ils pourront être poursuivis pénalement en cas de non-respect de cette ordonnance spéciale, souligne le gouvernement bâlois. Bâle-Campagne et Lucerne ont annoncé des mesures similaires vendredi.

Jusqu'à la fin de l'année

Le nouveau règlement entre en vigueur lundi et le restera jusqu'à la fin de l'année, précise l'exécutif de Bâle-Ville. Il vise à prévenir la propagation du virus au niveau local.

Les cas d'infections massives, survenues récemment à Zurich, Spreitenbach (AG) et Olten (SO), ont révélé que l'enregistrement des coordonnées par les organisateurs, exigé par la Confédération, n'a pas suffisamment fonctionné. Des clients n'ont pas indiqué leurs coordonnées ou leur identité réelles, rendant le traçage des contacts lacunaire en cas d'infections.

BE, SO et AG: aussi dans les barsLe Conseil d'Etat de Bâle-Ville prendra des mesures supplémentaires, si le renforcement des contrôles d'identité devait se révéler insuffisant pour garantir le traçage des contacts, écrit-il. L'exécutif sévira également en cas de forte hausse des cas d'infections.

Ces derniers jours, les gouvernements zurichois, bernois, soleurois et argovien ont annoncé eux aussi un renforcement des contrôles d'identité des clients. La vérification systématique des adresses électroniques et des numéros de téléphone en fait partie dans certains cantons. A Berne, Soleure et en Argovie, les contrôles s'appliquent aussi aux bars.

Le Tessin serre la vis

Le gouvernement tessinois a lui décrété que, à partir de vendredi, les rassemblements de plus de 30 personnes étaient à nouveau interdits. Et les discothèques, bars et clubs peuvent accueillir un maximum de 100 personnes par soirée, au lieu de 300 dans le reste de la Suisse.

Les autorités sanitaires constatent une nouvelle «typologie des personnes infectées». Depuis peu, ce sont surtout les jeunes et les personnes de retour de l'étranger qui sont porteuses du virus. Vendredi, sept nouvelles infections ont été confirmées au Tessin, après plusieurs jours sans nouvelles contaminations et sans décès supplémentaire.

ATS/NXP