Passer au contenu principal

Agriculture 2030Comment se rêve l’agriculture genevoise de demain

Mis sous pression, les milieux agricoles genevois font leur introspection et dévoilent leur stratégie pour les dix ans à venir.

À Genève, la surface agricole utile a diminué de 5% en dix-huit ans, notamment dans les cultures céréalières.
À Genève, la surface agricole utile a diminué de 5% en dix-huit ans, notamment dans les cultures céréalières.
LAURENT GUIRAUD

Après avoir été pris d’assaut pour cause de fermeture des frontières, les agriculteurs genevois se retrouvent dans la même situation qu’avant la pandémie de Covid-19. Mis sous pression par le tourisme d’achat ainsi que par l’ouverture des marchés aux produits importés, et tiraillés entre les attentes – parfois contradictoires – de consommateurs souhaitant des produits à la fois plus écologiques et moins chers. L’étude «Agriculture 2030», publiée ce mardi par la faîtière AgriGenève, tombe donc à point nommé, même s’il s’agit d’un travail de longue haleine lancé il y a trois ans. Elle dresse l’état des lieux de l’agriculture genevoise et dévoile sa vision du futur. Une vision optimiste.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.