Passer au contenu principal

L’encre bleueComme un air de vacances

Georges Cabrera / Archives

Mis à part quelques visages masqués de bleu ou de blanc, les tenues des passants respirent aujourd’hui l’été, avec juste ce qu’il faut de tissu pour cacher des corps qui ont déjà trop chaud: habits courts à très courts sur jambes, épaules dénudées, doigts de pied à l’air et cheveux au vent.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.