Passer au contenu principal

Canton de Genève Cologny reste la commune la plus chère de Suisse

Les logements les plus chers du pays se situent toujours dans la commune genevoise sur les bords du lac Léman.

A Cologny, le prix du mètre carré dépasse les 35’000 francs.
A Cologny, le prix du mètre carré dépasse les 35’000 francs.
Wiki commons

En matière d’immobilier de luxe, la commune de Cologny sur les bords du lac Léman, reste l’emplacement le plus onéreux de Suisse. Mais le segment des résidences haut de gamme n’est pas épargné par la pandémie de coronavirus et dans certaines régions les vendeurs devront s’armer de patience.

Les logements les plus chers se situent toujours à Cologny dans le canton de Genève, où le prix du mètre carré dépasse les 35’000 francs. Une villa dotée d’une surface habitable de 300 mètres carrés se négocie donc autour de 10 millions de francs, selon une étude la banque UBS publiée jeudi.

Aux bords du lac de Zurich, ce sont les communes de Rüschlikon, Zollikon et Kilchberg qui suivent de près avec des prix d’environ 25’000 francs par mètre carré. Et en Suisse centrale, les tarifs tournent autour de 18’000 francs.

Tessin abordable

En matière de résidence secondaire, les communes huppées de Gstaad et Saint-Moritz affichent toujours des prix élevés à 28’000 francs le mètre carré dans le segment de l’immobilier de luxe.

Le Tessin par contre enregistre les tarifs les moins élevés de Suisse sous le seuil de 20’000 francs dans toutes les communes.

Pour l’ensemble du marché, les prix des résidences de luxe ont grimpé de 6% l’année dernière, la plus forte progression depuis six ans. Mais sur les cinq premiers mois de 2020, les tarifs n’ont crû que de 1,7% sur une base annualisée.

Acheteurs potentiels plus prudents

L’incertitude devrait demeurer importante, selon les spécialistes de la banque aux trois clés. La situation actuelle «incite les acheteurs potentiels à se montrer plus prudents et à patienter avant la réalisation de leurs projets d’achat», ont-ils ajouté.

Les régions les plus fortement touchées sont celles qui se caractérisaient déjà par une suroffre d’objets onéreux, comme au Tessin. La récession exercera probablement une pression baissière sur les prix locaux supérieure à la moyenne suisse, aussi dans certaines communes de résidences secondaires comme Crans-Montana.

Les communes bordant le lac de Zurich et en Suisse centrale devraient par contre s’en sortir un peu mieux, le marché étant déjà relativement saturé avant le confinement.

ATS/NXP