Passer au contenu principal

FranceCinq interpellations pour un braquage raté en Suisse

Trois hommes ont été déférés au parquet de Lyon vendredi matin en vue d’une inculpation et d’un probable placement en détention pour une tentative de braquage de la banque Raiffeisen des Breuleux.

La tentative de braquage aux Breuleux a eu lieu le 13 février.
La tentative de braquage aux Breuleux a eu lieu le 13 février.
Google Street View

Trois hommes et deux femmes ont été interpellés cette semaine dans la Drôme, dans le sud-est de la France, suspectés d’avoir tenté de braquer une banque suisse le 13 février, a-t-on appris vendredi de source policière.

Les arrestations ont eu lieu mardi à Péage-de-Roussillon, dans la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Les deux suspectes, compagnes de deux des hommes mis en cause, ont été relâchées depuis. Les trois hommes ont été déférés au parquet de Lyon vendredi matin en vue d’une inculpation et d’un probable placement en détention.

Le 13 février, peu avant l’ouverture de la banque Raiffeisen des Breuleux (JU), deux malfaiteurs armés, portant perruques et fausses moustaches, avaient contraint une employée présente à leur ouvrir le distributeur automatique de billets pour en voler le contenu.

Mais celle-ci s’était enfermée dans un local sécurisé, bloquant l’accès aux malfrats. Bredouilles, ceux-ci avaient pris la fuite à bord d’un véhicule volé la nuit précédente à Lyon, retrouvé abandonné par la suite dans le Doubs (est), ainsi que les postiches, selon la même source.

Double enquête

Une enquête était ouverte en Suisse, une autre par le parquet de Lyon. Confiée à la Direction interrégionale de la police judiciaire, elle a rapidement porté ses soupçons vers deux individus connus des services, originaires de la Drôme, confondus notamment par des traces ADN.

Au terme d’un «gros travail de surveillance», les deux principaux suspects, âgés d’une vingtaine d’années pour l’un et d’une quarantaine pour l’autre – déjà recherché pour exécuter une peine de prison de trois ans – ont été arrêtés avec un complice et deux femmes.

La police décrit «une équipe multicartes très mobile qui agissait majoritairement en Rhône-Alpes» mais qui effectuait aussi «de nombreux raids nocturnes partout dans le territoire».

(AFP/NXP)