Passer au contenu principal

Encre bleueCiel, que d’obstacles!

DR

La barrière est furieusement tendance! Depuis bientôt un an, on ne parle que d’elle et de ses fameux gestes imposés par nos autorités sanitaires.

Ces gestes, devenus à tant les pratiquer des réflexes conditionnés, tentent de faire obstacle à la propagation de la pandémie; de tenir le virus à distance; de séparer les êtres pour leur bien; de les isoler les uns des autres, pour mieux les préserver. À voir.

Certains gestes barrières vont sans doute rester dans nos mœurs, une fois la crise passée. On se réjouit d’avance! Car les natifs du cru n’étant pas connus loin à la ronde pour leur naturel expansif, une réserve de plus viendra s’ajouter à leur actif. Une gêne de plus se glissera dans leurs relations avec autrui. Tout ceci venant se greffer sur un bon fond de restrictions et de limites que nous nous trimballons tous depuis l’enfance par notre éducation…

Ces barrières comportementales s’ajoutent aux barrières physiques qui poussent déjà depuis des lustres, et comme des champignons, dans nos sols. Celles qui délimitent les propriétés privées, les champs, les parcs. Celles qui séparent les pays et leurs habitants. Celles qui protègent les lieux délicats ou emblématiques. Cette pléthore de barrières en tous genres contribue à créer un sentiment général d’enfermement.

Or, pendant ce temps, une autre barrière continue à faire comme si de rien n’était. Celle du viaduc ferroviaire de la Jonction. Celle qui, depuis son installation tout en hauteur, prive les passants du paysage, déclaré pourtant d’importance nationale.

Qu’on l’abaisse enfin, comme demandé depuis 2018, comme décidé en juin 2020 par la résolution «Le viaduc de la Jonction ne doit pas être une prison». Alors libérez les passants! Et laissez-nous assister aux noces tumultueuses du Rhône et de l’Arve, accoudés à la barrière, en goûtant comme un air de liberté. Ça fera un furieux bien!

1 commentaire
    Mathilde Lavenex

    Oh oui, oui, oui, qu'on vous entende enfin, et qu'on nous rende ce panorama superbe et qui nous a été confisqué pour d'ineptes raisons ! Déjà que le Bois de la Bâtie va être impraticable pendant pas mal de temps, idem pour le sentier des Falaises...