Passer au contenu principal

Les Servettiens battus aux tirs au butCette fois, ce sont les Lions qui ont rugi de plaisir

Comme lors du premier acte, ce choc au sommet s’est joué sur un coup de dés, dans l’exercice des penaltys. Mais Zurich n’a rien volé.

Linus Omark, au milieu de Flueler, Hollenstein et Roe, égalise, pour finalement un bon point pour Ge/Servette.
Linus Omark, au milieu de Flueler, Hollenstein et Roe, égalise, pour finalement un bon point pour Ge/Servette.
ERIC LAFARGUE

Il a ce petit truc en plus qui s’appelle la classe, qui vous retourne souvent une situation désespérée ou une patinoire. Mais cela ne fonctionne pas à tous les coups. Reste que si vous ne l’avez jamais vu à l’échauffement jongler avec sa canne, vous avez raté quelque chose. Rien que ce petit moment magique et privilégié vous donne le sourire et cette envie qui enivre. Linus Omark rend courbe ce qui est droit et vice versa, quand il ne fait pas tourner ce qui est immobile…

Après une semaine flamboyante où lui et Ge/Servette avaient brillé contre Zoug (4-0) et à Davos (2-5), on s’attendait donc à un nouveau récital du meilleur pointeur de la Ligue contre cette redoutable équipe des Zurich Lions et son escouade de stars. Mais cette fois-ci, il a fallu patienter lors des dernières minutes d’un match de bonne qualité qui a ressemblé comme une goutte d’eau à la rencontre du 9 octobre au Hallenstadion, quand les Aigles avaient remonté un score déficitaire de 4 à 1 en dix-neuf minutes pour s’imposer aux tirs au but.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.