Passer au contenu principal

Département d’écologie et évolution de l’UNILCes femelles alpha qui dominent les mâles

Chez les singes vervets, le sexe faible n’est pas celui qu’on croit, assène une étude.

Dans les groupes de primates observés, ce sont les femelles qui dominent.
Dans les groupes de primates observés, ce sont les femelles qui dominent.
Erica van de Waal

L’image du mâle dominant risque d’en prendre un coup. Dans une étude publiée dans la revue «Frontiers in Psychology» à paraître ce jeudi et réalisée avec des chercheurs néerlandais, Erica van de Waal, professeure assistante au Département d’écologie et évolution de l’UNIL, s’attaque à un stéréotype de genre parmi les plus ancrés: celui de la dominance entre les sexes. «Chez les mammifères, le mâle est la plupart du temps plus grand et plus fort que la femelle. Il semble donc logique qu’il l’emporte en cas de conflit», lance d’emblée la chercheuse, résumant l’idée reçue que ses travaux mettent à mal.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.