Passer au contenu principal

Les livres qui m’ont marqué«Cent ans de solitude» et son réalisme magique

Antonio Hodgers a lu le roman de Gabriel Garcia Marquez au début de la vingtaine.

Cent ans de solitude de Gabriel Garcia Marquez est l’un des livres favoris du président du Conseil d’État.
Cent ans de solitude de Gabriel Garcia Marquez est l’un des livres favoris du président du Conseil d’État.
DR

«Des livres marquants, il y en a beaucoup…» Le président du Conseil d’État, Antonio Hodgers, admet sa perplexité quand il lui faut choisir le livre qui l’a le plus impressionné. «Je n’ai jamais fait de classement.» À la réflexion, un titre se dégage: Cent ans de solitude de Gabriel Garcia Marquez. «Je l’ai lu quand j’avais 22, 23 ans. Cette œuvre majeure retrace, sur un siècle, l’histoire du continent sud-américain: ses enjeux culturels, militaires, le lien avec l’étranger. Ce que j’ai beaucoup aimé, c’est le réalisme magique qui imprègne l’histoire. Pour avoir beaucoup voyagé, je sais qu’il existe quelque chose de cet ordre en Amérique du Sud: une vision magique, un peu poétique du monde.» Quant au réalisme, «j’aime bien les romans inscrits dans un contexte historique réel, même si l’histoire décolle ensuite. Cela permet de se plonger dans la réalité d’une époque.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.