Passer au contenu principal

Art dans l’espace publicCarouge offre un toilettage à ses statues et à ses fontaines

En 2020, la commune a entretenu, nettoyé, rénové ou restauré la majeure partie des oeuvres d’art ou objets urbains qui jalonnent son territoire.

Allongée au boulevard des Promenades, la «Femme au soleil» d’Alexandre Meylan a retrouvé sa candeur d’origine. Ici, avant travaux.
Allongée au boulevard des Promenades, la «Femme au soleil» d’Alexandre Meylan a retrouvé sa candeur d’origine. Ici, avant travaux.
PHOTO: VILLE DE CAROUGE
Allongée au boulevard des Promenades, la «Femme au soleil» d’Alexandre Meylan a retrouvé sa candeur d’origine. Ici, après travaux.
Allongée au boulevard des Promenades, la «Femme au soleil» d’Alexandre Meylan a retrouvé sa candeur d’origine. Ici, après travaux.
PHOTO: VILLE DE CAROUGE
La paysanne de Frédéric Schmied avec son nez tout neuf.
La paysanne de Frédéric Schmied avec son nez tout neuf.
PHOTO: VILLE DE CAROUGE
1 / 6

La petite paysanne a enfin récupéré son nez et la famille manchots son lustre. Comme elles, près d’une cinquantaine d’œuvres d’art et objets urbains situés dans l’espace public carougeois ont eu droit cette année à un sérieux lifting. Lancée il y a un an, cette vaste campagne d’entretien arrive à son terme et se poursuivra en 2021 sur un mode plus léger. «Les derniers nettoyages et réparations remontaient à 2006, explique Stéphanie Lammar, maire de Carouge. En 2019, nous avons donc proposé au Conseil municipal de voter un gros budget de rénovation globale.»

Le montant de 115’000 francs avalisé par le Délibératif a ainsi permis de nettoyer ou restaurer la majeure partie des pièces qui agrémentent le territoire de la commune. «L’idée était de faire un à fond puis d’instaurer, ensuite, une veille régulière, souligne Alya Stürenburg Rossi, cheffe du service des affaires culturelles. Porter une attention particulière sur l’espace public, qui est accessible à toutes et tous, nous paraissait d’autant plus important en cette année bouleversée par le coronavirus.» Une somme de 45’000 francs est prévue dans le budget 2021 pour continuer ce travail d’entretien.

Privée de son appendice

Un artisan a ainsi été mandaté pour rendre son nez à la paysanne sculptée dans la pierre avec son cheval par Frédéric Schmied en 1953. Installée dans le préau de l’école Jacques-Dalphin, la jeune femme demeurait privée de son appendice depuis des décennies. Outre les manchots du parc de la Mairie, tous les animaux en bronze d’Yvan Larsen – une oie, une raie manta, une loutre et un tétras-lyre – ont recouvré leur superbe, tout comme la «Femme au soleil» d’Alexandre Meylan, dont le corps de roche désormais immaculé paresse au boulevard des Promenades.

Statues et sculptures ne sont pas les seules à avoir bénéficié de ce toilettage bienvenu: par exemple, le cadran solaire de la place de Sardaigne est retourné dans l’atelier de son créateur, l’orfèvre François Reusse, pour y être restauré, et le Pressoir de la ferme du Val-d’Arve a retrouvé une nouvelle jeunesse.

«Porter une attention particulière sur l’espace public, qui est accessible à toutes et tous, nous paraissait d’autant plus important en cette année bouleversée par le coronavirus.»

Alya Stürenburg Rossi, cheffe du service des affaires culturelles de Carouge
Modélisation 3D de la fontaine Blavignac de la place du Marché.
Modélisation 3D de la fontaine Blavignac de la place du Marché.
PHOTO: VILLE DE CAROUGE
Modélisation 3D de la première fontaine Blavignac de la place du Temple.
Modélisation 3D de la première fontaine Blavignac de la place du Temple.
PHOTO: VILLE DE CAROUGE
Modélisation 3D de la seconde fontaine Blavignac de la place du Temple.
Modélisation 3D de la seconde fontaine Blavignac de la place du Temple.
PHOTO: VILLE DE CAROUGE
1 / 3

Carouge possède également de nombreuses fontaines, dont les remarquables ouvrages conçus par Jean-Daniel Blavignac en 1868, au nombre de quatre et classés monuments historiques. Les deux sises à la place du Temple et celle qui orne la place du Marché ont été modélisées en 3D afin d’en garder une trace précise. «Elles ont une grande valeur patrimoniale, glisse Alya Stürenburg Rossi. Ces images permettent de réaliser un objectif archivistique et de faire une analyse sur les futurs entretiens, puisque la moindre fissure apparaît.» Si elles ont été nettoyées, les fontaines seront rénovées dans un second temps, car elles exigent un traitement très spécifique.

À noter encore qu’un dépliant sur l’art dans l’espace public est disponible à la mairie de Carouge. Riche d’explications sur les artistes et leurs travaux et doté d’un plan, il permet de parcourir la Cité sarde d’œuvre en œuvre. En cette ère de fermeture généralisée, voilà une alternative agréable au musée.

Un dépliant est à disposition du public à la mairie de Carouge.
Un dépliant est à disposition du public à la mairie de Carouge.
VILLE DE CAROUGE
5 commentaires
    Dall'Aglio Andrée

    Bravo une fois de plus à la Ville de Carouge. Ce rajeunissement de ses jolies figurines, statues, fontaines, c'est aussi une bon moyen de soutenir le moral des habitant-e-s.