Passer au contenu principal

Festival de cinémaCannes a révélé sa sélection et esquissé l’édition 2021

Cinquante-six longs-métrages en font partie, en ou hors compétition, dont les derniers opus de Wes Anderson et François Ozon.

«Été 85» de François Ozon, l’un des films de la cuvée cannoise 2020, sortira le 15 juillet.
«Été 85» de François Ozon, l’un des films de la cuvée cannoise 2020, sortira le 15 juillet.
DR

Le Festival de Cannes n’a pas eu lieu en 2020. Mais la sélection cannoise 2020 a été dévoilée hier en direct sur Canal +, à 18 h, par son délégué général, Thierry Frémaux, assisté de Pierre Lescure, son président, qui vient d’être réélu pour un troisième mandat. Cette conférence, généralement attendue avec une impatience fébrile par toute la planète cinéma, revêtait une couleur particulière. En énumérant les titres composant cette sélection officielle – sans distinction de section, on ne saura donc pas lesquels étaient prévus en ou hors compétition –, Frémaux a en effet insisté sur le label sous lequel tous ces films s’inscrivent. Ce sont un peu moins de 56 longs-métrages, dont 16 signés par des femmes, qui se retrouvent estampillés «Sélection officielle 2020, 73e édition» et qui seront ainsi accompagnés, tout au long de l’année, par le Festival.

«Été 85»

Parmi les noms révélés, on peut imaginer que Thomas Vinterberg, Naomi Kawase et Wes Anderson («The French Dispatch» sortira le 14 octobre) devaient être en compétition. Tout comme Steve McQueen, qui devait venir sur la Croisette avec deux films, Jonathan Nossiter, Maïwenn, Lucas Belvaux, Fernando Trueba, Im Sang-soo et François Ozon, qui sera l’un des premiers à sortir. «Été 85», dont la bande-annonce a été révélée hier matin, sera à l’affiche le 15 juillet en France et on l’espère en Suisse.

En revanche, Thierry Frémaux a insisté sur le fait que plusieurs films ont choisi d’attendre pour figurer dans la sélection 2021. Parmi ceux qui n’ont pas été cités, nos regards se tournent ainsi vers les prochains opus de Léos Carax, Apichatpong Weerasethakul et surtout Paul Verhoeven («Benedetta»), dont la sortie a été décalée en mai 2021, comme l’affirmait récemment un tweet de son producteur. Ainsi, c’est mine de rien déjà la sélection de l’année prochaine qui se dessine.

2067 films visionnés

Parmi les autres surprises de l’édition 2020, qui sera virtuelle mais heureusement pas online, notons une certaine quantité de comédies, comme «Antoinette dans les Cévennes» de Caroline Vignal ou «Les deux Alfred» de Bruno Podalydès. Trois documentaires, quatre films d’animation, dont le Pixar «Soul», de Pete Doctor, de nombreux premiers films, parmi lesquels des longs signés par des comédiens aussi dissemblables que Viggo Mortensen ou Laurent Lafitte. Pour concocter ce programme, 2067 films ont été visionnés, ce qui constitue un record. Pour l’instant, on regrette seulement de devoir renoncer à en donner un jour un point de vue plus synthétique, voire analytique. Vivement l’an prochain.