Passer au contenu principal

BrésilBolsonaro nomme un ministre noir à l’Éducation

Pour la première fois, le président brésilien a nommé un homme noir au sein de son gouvernement. Il s’agit de Carlos Alberto Decotelli, qui s’est dit ouvert au dialogue.

Jair Bolsonaro le 12 mai 2020.
Jair Bolsonaro le 12 mai 2020.
AFP

Critiqué pour le manque de diversité au sein de son gouvernement, le président brésilien Jair Bolsonaro a nommé mercredi la première personne noire dans son équipe ministérielle, confiant le portefeuille de l’Éducation à Carlos Alberto Decotelli.

Économiste et professeur universitaire, le nouveau ministre, âgé de 70 ans, apparaît souriant aux côtés du chef de l’État sur une photo publiée par ce dernier sur Twitter pour annoncer la nomination.

Carlos Alberto Decotelli est le troisième ministre de l’Éducation du gouvernement Bolsonaro. Il remplace Abraham Weintraub, qui a démissionné il y a une semaine après une série de polémiques.

Fervent bolsonariste, Abraham Weintraub avait notamment fait sur Twitter des déclarations antichinoises racistes, relativisé les atrocités nazies et qualifié de «connards» les juges de la Cour suprême qui devraient être «jetés en prison».

Carlos Alberto Decotelli semble avoir un profil bien plus consensuel. Dans un entretien avec CNN Brésil, peu après sa nomination, il a promis «plus de dialogue avec les universités et les centres de recherche». Le nouveau ministre s’est également dit «surpris» d’avoir été choisi par Jair Bolsonaro. «Hier, je donnais encore des cours et aujourd’hui, j’ai été convoqué à une rencontre» avec le président, a-t-il révélé.

54% de Noirs au Brésil

Officier de réserve de la Marine, il avait déjà occupé un poste de haut rang au sein de l’administration Bolsonaro, en présidant le Fonds National de Développement de l’Éducation, de février à août 2019.

Le gouvernement de Jair Bolsonaro a connu depuis qu’il a pris ses fonctions une dizaine de démissions ou de limogeages de ministres, en raison de polémiques ou pour incompatibilité avec le président, tels dernièrement les deux derniers titulaires de la Santé, en pleine pandémie de Covid-19. Outre l’absence de diversité raciale, ce gouvernement ne compte que deux femmes parmi ses 23 ministres.

Au Brésil, 54% de la population est noire, mais les inégalités raciales persistent dans ce pays qui fut le dernier d’Amérique à abolir l’esclavage, en 1888. Avant son élection, Jair Bolsonaro avait proféré des propos racistes contre les Noirs. Ces dernières semaines, des manifestations contre lui ont également rassemblé des militants antiracistes, dans le sillage des mobilisations qui ont eu lieu dans le monde après la mort de George Floyd.

AFP/NXP