Vincent Schmid: Ce qui nous tombe dessus...

Caroline Fourest

Caroline Fourest Image: LDD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Nouvelle édition de notre revue des blogs publiés sur le forum blog.tdg.ch de la Tribune de Genève et dans notre Webzine. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Les blogs sont publiés sous la seule responsabilité de leur auteur. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

Vincent Schmid: Ce qui nous tombe dessus...

Génération offensée,de Caroline Fourest, est une bonne surprise. Ce court essai sous-titré De la police de la culture à la police de la pensée offre une réflexion stimulante sur un phénomène politico-culturel né aux Etats-Unis qui ne cesse de prendre de l’ampleur en Europe, que l’auteure nomme la gauche identitaire. Je ne partage de loin pas tous les engagements de Caroline Fourest, certains me sont même adverses. Mais je lui reconnais depuis longtemps une vraie cohérence dans sa ligne républicaine, laïque et son combat contre l’islam politique. J’apprécie sa présence dans les débats télévisés ou elle fait preuve de lucidité et d’humour ainsi que son courage. Qualités que l’on retrouve dans ces pages qui décrivent le «vent mauvais de l’Inquisition moderne» qui est en train de s’abattre sur nous. (...) L’un des remèdes préconisés par Caroline Fourest est de tenir bon sur l’universel. Elle aurait pu ajouter sur la raison, car ces mouvements inquisiteurs charrient avec eux des ferments d’anti-science et d’obscurantisme. En fermant ce petit volume, j’ai repensé à l’apostrophe de l’Apôtre Paul aux Galates. (...)

Catherine Armand: Le point-virgule

Ayant été emportée par "La fausse suivante" de Marivaux hier soir au Théâtre de Carouge (courez-y jusqu'au 29 mars), j'ai eu soudain envie de vous parler du point-virgule, un signe de ponctuation omniprésent chez ce dramaturge. Il n'a pas la timidité et la discrétion de la virgule, ni le côté péremptoire et définitif du point ; mais une élégance et un charme totalement absents de son prévisible et trop explicite cousin le deux-points. Le point-virgule vous incite à respirer, à reprendre votre souffle, à assimiler le sens de ce qui le précède, avant de vous laisser découvrir ce qui lui succède. Le point-virgule est un pont, un lien discret entre deux idées, qui pourraient vivre l'une sans l'autre, mais qui grâce à lui se complètent et s'enrichissent. (...)

Ana Roch: Soutien au PME

Après avoir appelé à interdire dans les prochaines semaines tous les rassemblements de plus d’un millier de personnes dans le pays, où l’inquiétude grandit de jour en jour face à l’épidémie. Une des premières mesures économiques, que je préconise, concernent le recours facilité pour les entreprises en difficulté au chômage partiel de leurs salariés. Ces mesures avaient déjà été allégées lors de la crise précédente, ce qui avait permis de maintenir des emplois. Il faudra probablement faire plus. Soutenir les banques et autres organismes de financement aux PME, dans l’octroi de prêts en cas de difficultés de trésorerie. ll est vitale, que nous ne laissiez pas tomber nos PME, quelque soit le domaine d'activités, nous devons les aider à surmonter cette période difficile. (...)

Pascal Décaillet: Sortons Pierre Maudet de sa quarantaine !

On pense ce qu'on veut de Pierre Maudet. Mais il est là. Il a décidé, à tort ou à raison, de se maintenir. Il est là, il est ministre du gouvernement genevois, il s'occupe d'économie, il est jeune, dynamique, très intelligent, et quelque chose me dit que l'idée de se racheter est peut-être de nature à le poursuivre. Alors, quoi ? Alors, nous sommes en crise, celle du coronavirus. Nul d'entre nous ne l'avait prévue, mais elle est là, c'est un fait. Un autre élément factuel, c'est que nous avons, au Conseil d'Etat, un homme en pleine force de l'âge, placé par ses six collègues en quarantaine politique, et que face à la crise, c'est un véritable gâchis. De grâce, ne venez pas refaire ici le procès Maudet. Nous sommes le 10 mars 2020, notre économie genevoise court un risque de paralysie (...)

Philippe Meyer: Qui veut payer 1000 fr pour réserver un vol spatial ?

La société appartenant à Richard Branson vise l'été 2020 pour lancer son service de tourisme spatial, et à l'approche du premier lancement, l'intérêt du public pour l'obtention d'un siège sur un vaisseau spatial est monté en flèche. Bien que l’achat des billets ne soit plus possible depuis décembre 2018, les demandes ont continué d’affluer - près de 8’000 enregistrements de réservation en ligne au cours des 14 mois suivant le premier vol spatial de Virgin Galactic (plus du double du nombre signalé en septembre 2019) et plus de 600 réservations fermes à ce jour. La semaine dernière, en préparation à la réouverture des ventes des vols spatiaux, Virgin Galactic a annoncé sa dernière initiative : appelé One Small Step, le programme permet aux voyageurs intéressés de payer un acompte remboursable de Frs. 1 000.- pour confirmer leur place. (...) Intéressé par le tourisme spatial ?

Pascal Holenweg: Les villes contre l'Etat ?

(...) Les Villes, ainsi, se posent en alternatives aux Etats. Il y a évidemment un danger à cette prise de pouvoir (pas DU pouvoir, mais d'UN pouvoir...) des villes : celui d'approfondir encore la coupure, parfois même la rupture, entre elles et leurs périphéries péri-urbaines, suburbaines, rurbaines, rurales. Entre les grandes et les petites villes. Progressisme, innovation, ouverture, modernité d'un côté, conservatisme ou réaction, routine, conformisme de l'autre ? Ce serait simple. Et commode. Et confortable. Et surtout, flatteur -pour les villes, qui pourraient céder à la tentation de se hausser du col, comme les y incitait l'ancien maire de New-York (et ex-candidat à$ l'investiture démocrate à l'élection présidentielle américaine, rallié aujourd'hui à Joe Biden, Michael Blomberg), qui assurait (en confondant les nations et les Etats) que "pendant que les nations parlent, les villes agissent". Il est vrai, cependant, que les villes pallient depuis des décennies les carences des Etats (et, à Genève, que la Ville pallie celles du canton) (...)

John Goetelen: Marronnier de la Treille

(...) Depuis une vingtaine d’années la moyenne se situe entre le 10 et le 20 mars. Nous avons gagné trois semaines à un mois. Le printemps a avancé. Mais le graphique montre également autre chose. De 1900 à 1990, la première feuille sort de plus en plus tôt en mars, puis en février, avec une accélération de cette précocité entre 1985 et 1995. Le printemps avait avancé de presque deux mois sur le début du 19e siècle. Et cela avait des avantages: la production agricole allait augmenter, ou être moins vulnérable aux gelées tardives. (...)

JF Mabut:La Chine s'éveille en 2020

(...) Je ne suis pas un adepte des théories du complot ni de la collapsologie ou de son proche cousin le çavapétisme. J'hésite donc à coucher mon rêve sur le web. (...) Tout commence, un matin au cœur du l'empire du milieu, Liu referme son livre de chevet: Lao Tseu, un contemporain mythique de Confucius, dont les citations émaillent ses journées comme celles de tous ceux ici et là qui se piquent de sentences un brin sentencieuses. Du genre "Il n'est rien qui ne s'arrange par la pratique du non-agir" ou encore "L'échec est le fondement de la réussite". (...) Liu a fait le tour de l'Europe. Il a lu Le Parfum d'Adam. L'étincelle soudain s'allume dans son cerveau: l'agent du non-agir, c'est le virus. Il échafaude alors son plan. Son objectif n'est pas de réduire la population du monde. La Chine sait faire. Durant plus d'une génération, elle a poursuivi sans faillir les couples et les femmes qui avaient plus d'un enfant. Liu n'a ni frère ni soeur. Il n'est pas marié non plus. Son but est de rétablir vite l'empire du milieu. Il faut donc instaurer la peur chez les autres cette peur qui paralyse ou fait prendre de mauvaise décision. Quoi de mieux qu'une pandémie se dit Liu qui a aussi lu Machiavel? Et quoi de mieux qu'une pandémie chinoise? (...)

Herbert Ehrsam: Très amusant !

Que veut exactement Monsieur Tayyip Erdogan ! On peut dire que les réfugiés à la frontière de la Grèce sont, a part que quelques cas, de la même religion que lui et bien sûr, par solidarité, il veut tout ce qui est le mieux pour eux, la terre de l'Europe dont certains pays avaient fait partie de l'Empire ottoman. Il pourrait demander de l'aide aux autres pays qui ont la même religion que le sien et bien non, car il voit loin, très loin. Tous ces gens pourraient, un jour, être de petits soldats à son service ! (...)

Créé: 10.03.2020, 18h29

Le meilleur des blogs

Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Les blogs sont publiés sous la seule responsabilité de leur auteur. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch. Conditions générales d'utilisation.

Olivier Bot: Le livre qui montre que la gauche morale fait tout faux

Jean-Michel Olivier: Josette Bauer, femme fatale en cavale

Pierre Béguin: Manifeste pour l'égalité

Esther Alder: Quand les femmes osent briser la loi du silence

André Naef: Trump, le commencement de la fin ?

Jean-Michel Olivier: L'affaire Polanski nous rend fous (et folles) !

Pascal Holenweg: Ce virus est altermondialiste et écosocialiste

Anne Cendre: La messe et les Huguenots

René Longet: Coronavirus et climat, deux poids deux mesures

Vincent Strohbach: La fin des grandes gueules ?

Vincent Strohbach: La fin des grandes gueules?

Sylvain Thévoz: Davantage de verdure et de liens sociaux dans les quartiers?

Eric Bertinat: Mais quand donc les syndicats protégeront-ils les travailleurs suisses ?

Claude Bonard: La neutralité suisse, un moyen et non une fin en soi

Didier Bonny: « La Communion » : en état de grâce

Xavier Comtesse: 2020 catastrophique pour l’horlogerie suisse

Haykel Ezzeddine: Ah le Jet d'eau!

Vincent Schmid: #Griveaux et le onzième commandement

Djemaâ Chraïti: Ouf, Gallimard ne me publiera pas

Rolin Wavre: Route suisse, une belle occasion manquée

Jean-Noël Cuénod: L’insoutenable légèreté de Benjamin Griveaux

Guy Mettan: Affaire Crypto, mais que font nos espions ?

André Thomann: Douce France

Rodolphe Weibel: J’ai présenté la boucle CFF genevoise

Christian Brunier: Chœur de pomme

Vincent Schmid: Pour Mila

Marc Schindler: La chute du banquier noir

Gabriel Jaccard: La politique extérieure de l'UE en Suisse

Pierre Kunz: L'autoritarisme pour sauver l'humanité ?

Edmée Cuttat: «Adoration», l'éloge de l'amour fou

Jean-Michel Olivier: Georges Steiner, professeur et tyran

Bruno Hubacher: Crime en col blanc

Jean-Noël Cuénod: Edouard Philippe, à quoi peut-il bien servir?


Pierre Béguin: La rééducation des citoyens

Anne Cendre: Arsenijevic à Marmottan

Simon Brandt: Ma vision et mes projets pour Genève

Sami Kanann: La possibilité d’un avenir à chaque enfant


Pascal Décaillet: Suzette face à la Communauté du Bien


Olivier Baud: Salaires « hors classes »... mais pas hors canton

Didier Bonny: « 1917 » : époustouflant

David Frenkel: 75e anniversaire de la libération d'Auschwitz

Sylvain Thévoz: Les arbres repoussent, pas la vie humaine

Pierre Kunz: La propagande trompeuse d'Oxfam

Paolo Gilardi: Toutes des salopes?

Jacques-Simon Eggly: Sur ces scandales sexuels

Catherine Armand: Des inégalités aussi dans les communes «riches»!

Valentin Dujoux: Des panneaux de signalisation féminisés

Edouard Dommen: Munitions englouties

Christian Brunier: Défendons la parole libérée des femmes

Patrick -E. Dimier: Un renoncement à juger

Link

Manuel Alonso Unica: Les Pâquis contrent les vélos

Edouard Dommen: Les vaches à lait sont des travailleuses

Djemaâ Chraïti: Sur les traces du héros, l'esclave Benkos Biohò


Philippe Meyer: Après le crash ?

Pierre Béguin: L'ogre Matzneff

André Naef: Trump et l'Iran: la loi de la jungle

Didier Bonny: L'enjeu de la votation du 9 février

Abbas Aroua: Critères pour différencier les entités à référence religieuse

Arnaud Cerutti: Roger Federer: 2020, avec l'envie d'y croire

Rolin Wavre: Souffrance et incompréhension

Charly Schwarz: Une démocratie à réinventer

Hank Vogel: Bonne année 2020!

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

C'est le week-end: restez chez vous!
Plus...