Passer au contenu principal

Vincent Schmid: Pour Mila

Nouvelle édition de notre revue des blogs publié sur le forum blog.tdg.ch de la Tribune de Genève.. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci, pour la qualité de notre forum, d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

Vincent Schmid: Pour Mila

Il me paraît évident que Mila doit être soutenue, cette adolescente iséroise persécutée et menacée de mort sur les réseaux sociaux pour avoir exprimé, dans un langage très peu académique il est vrai, sa détestation des religions en général et de l’islam en particulier. Trois remarques à propos de cette affaire. Un, je n’ai aucun goût pour les moqueries et les blasphèmes envers le religieux quelle que soit sa forme. Mais si l’on est croyant, il faut accepter de les subir parfois. Une foi sûre d’elle-même ne saurait être ébranlée le moins du monde par le coup de gueule, fût-il grossier, d’une adolescente. (...) Deux, il y a vingt ans une semblable querelle n’aurait jamais dépassé l’enceinte d’une cour de récréation. Aujourd’hui elle a un retentissement quasi international. La révolution numérique est passée par là. (...) Trois, il est clair qu’un affrontement civilisationnel est en cours et va s’aggravant. Une civilisation, dit quelque part André Malraux, c’est une religion avec tout ce qui s’agrège autour. Culte et culture vont de pair. (...)

Cédric Segapelli: Joseph Incardona

En examinant l’ensemble de l’œuvre de Joseph Incardona on observe tout d’abord le parcours de son alter ego de papier, André Pastrella dont on découvrait les aventures dans un premier roman intitulé Le Cul Entre Deux Chaises (BSN Press 2014) suivi de Banana Spleen (BSN Press 2018) pour s’achever avec Permis C(BSN Press 2016) prequel à la fois tragique et émouvant évoquant l’enfance de l’auteur. Un ensemble de personnages cabossés, vivant à la marge, qui nous rappelle l’univers désenchanté de John Fante ou même de Harry Crews au détour de péripéties déjantées prenant pour cadre la ville de Genève. Oscillant entre la tragédie et la critique sociale, les autres ouvrages de Joseph Incardona ont la particularité de s’aventurer sur le registre du roman noir tout en se déroulant bien loin de nos régions helvétiques. (...) Joseph Incardona revient sur le devant de l’actualité littéraire avec La Soustraction Des Possibles en nous proposant un roman à la fois complexe et ambitieux où il est question bien évidemment d’argent, mais également d’amour sur fond de magouilles financières qui vont forcément virer au tragique au détour d’un récit prenant la forme d’une comédie humaine à la fois sombre et féroce. (...)

Bernard Comoli: Nomination controversée d’un évangéliste en charge des Indiens isolés

En Amazonie brésilienne, ils seraient un peu plus d’une centaine les peuples ou groupes indigènes ayant choisi de vivre sans contact avec la société environnante. Un isolement volontaire, résultant souvent de rencontres passées qui ont eu des effets négatifs : infections, maladies, violences physiques, spoliation des ressources naturelles, etc. En raison de leur vulnérabilité et de la législation en vigueur, la Fondation Nationale de l’Indien – FUNAI dispose d’un organe particulier en charge de leur protection : la Coordination Générale des Indiens Isolés et de Récent Contact. La direction de cet organe change pour la troisième fois de titulaire depuis le début octobre 2019 quand Bruno Pereira a été révoqué sans motif. Il été remplacé par Paula Wolthers de Lorena Pires. Et, ce 3 février, nouveau changement. Pour occuper ce poste hautement sensible le Ministère de la Justice a choisi Ricardo Lopes Dias, un évangéliste et anthropologue, connu pour son engagement, entre 1997 et 2007, au sein de la « Mission Nouvelles Tribus du Brésil – MNTB ». Il s’agit d’une entité fondamentaliste originaire des États-Unis implantée au Brésil dans les années 40 dans le but d’évangéliser les Indiens. (...)

Marie-France de Meuron: La science réduite

A travers le flot d'informations qui nous sont livrées au sujet du coronavirus, nous pouvons constater à quel point ce flot est dirigé selon des critères bien définis, choisis par le système scientifico-politico-économique dominant. Ainsi, une émission TV parle du "virus qui fait craquer la mondialisation". Un instrument de prédilection utilisé par ce système sont les statistiques. Comme nous le disait un professeur de chirurgie il y a une cinquantaine d'années, déclaration reprise dans un article de la Revue Médicale Suisse : "Les statistiques sont au médecin ce que le reverbère est à l'ivrogne : il le soutient plus qu'il ne l'éclaire!". Autrement dit : " le syndrome du réverbère est le crédit exagéré accordé aux statistiques par les médecins ." Malheureusement, la rigueur mathématique remplace trop souvent la rigueur médicale. (...) Il y a beaucoup de cas graves, donc le virus est dangereux. Nous avons là un exemple flagrant de la réduction des réflexions. En quoi les cas graves ont-ils permis au virus de les agresser autant? En fait, ce n'est pas le danger du virus qui aggrave les cas mais bien le terrain où il vient s'installer. Un autre exemple de réduction : le nombre de masques disponibles. (...)

Maurice-Ruben Hayoun Les Deux Corps du Roi

En sa qualité de corps naturel, physique, le roi peut mourir, tomber malade, se tromper, bref être soumis au régime normal de l’humanité. Mais en tant que corps politique ou mystique, le roi ne meurt jamais, ne se trompe jamais, ne cesse jamais d’exister. Et quand il passe à l’éternité, la transmission se fait automatiquement sans que l’on puisse décrire conceptuellement le passage de relais Que se passe t il lorsque l’on dépose sur la tête ou le front de l’homme la couronne royale ? L’heureux bénéficiaire ou héritier se dédouble en quelque sorte puisqu’il continue d’être comme tout le monde, comme ses sujets, mais cumule avec cela un tout autre statut, celui de roi. Il n’a ni âge ni jeunesse en son corps politique, celui-là même par lequel il régit et gouverne son peuple. C’est à cette transmutation, du naturel au politique ou au mystique que l’auteur, Ernst Kantorowicz, consacre une série d’études très savantes dans ces quelques mille pages, notes et index compris. Les Deux Corps du Roi. Essai sur la théologique politique au Moyen Age (Gallimard) (...)

Sylvie Neidinger: Meghan

(...) Mégalo, elle contrecarre la communication de Bukingham par le net. Meghan (et Harry) court-circuitent les agendas, au grand dam de Charles! Tout en comptant sur la monarchie (Charles...) pour leur train de vie dispendieux. Encore fiancée, Miss Markle affronta la.... Reine (!) pour porter la tiare de Diana: pas un hasard. Elle joue de cette corde vis à vis de son mari. Harry voit probablement en elle une seconde maman? Elle pleurniche devant les caméras au cours de son périple africain financé par le Royaume-Uni. Larmoyante comme Diana pouvait l'être. Personne n'a imposé à Meghan d'être Duchesse. Elle l'a exigé. Mais en voulant le beurre et l'argent du beurre. A sa manière, sans les contraintes ! Narcisse Markle s'est installée en autonomie au sein du Palais, avec même une équipe de communication américaine en arrière base. Elle -et ses conseils- commençait à dénigrer la monarchie (trop vieillotte à son goût) à dénigrer les tabloïds (à qui elle fournit la matière!) les britanniques en général...Ivre d'elle-même, no limit, adepte des réseaux sociaux, elle tape assez fort et en dehors de toutes convenances. (...)

Hank Vogel: Staline et le dinosaure (11, à suivre)

(...) - C’est difficile de s’en séparer lorsque il nous tient en haleine, n’est-ce pas? - On peut dire ça. Mais c’est surtout parce que l’auteur de ce roman réaliste fait partie de mes meilleurs amis. - Un Suisse béni des Suisses comme vous! - Qu’est-ce qui pousse à confirmer cela? - En règle générale, le Suisse n’aime que les Suisses. Mais, question sexuelle, la Suissesse mariée préfère tromper son adoré époux avec un étranger de passage. - Pourquoi de passage? - Mieux servie, vite fait sur le gaz donc… - Donc? - Ni vu ni connu. Ou plutôt: ni revu ni reconnu. - Je vois... Vous vous trompez sérieusement, ma chère demoiselle. Il y a autant de chiennes que de chiens dans tous les pays. Au fait, c’est qui cette fameuse Madame Abouhadjar? - Buhagiar! S’il vous plaît, n’estropiez pas mon nom de famille. Même si ce patronyme maltais est d’origine arabe… (...)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.