Passer au contenu principal

Vincent Schmid: Edit de Nantes 2.0

Nouvelle édition de notre revue des blogs publié sur le forum blog.tdg.ch de la Tribune de Genève.. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci, pour la qualité de notre forum, d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

Vincent Schmid: Edit de Nantes 2.0

Jacques Lacan appelle « chauve-souris » ces questions qui reviennent sans cesse, de façon quasi-obsessionnelle, sans qu’elles soient résolues une bonne fois pour toutes. Telle me paraît être, en France voisine, la question du port du voile islamique qui a fait un retour passionnel et remarqué depuis la sortie d’un conseiller RN à l’encontre d’une femme voilée qui assistait à une séance du Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté. (...) De cet orage, je retire deux enseignements. Le premier concerne l’Islam et ses interprétations. Il est apparu au grand jour qu’il existe un fort désaccord parmi les musulmans sur la place qu’il convient d’accorder au voile. Ce désaccord, religieux autant que politique, donne lieu à des luttes intestines entre tendances adverses. Mais le non musulman moyen (que je suis) aura bien de la peine à se repérer dans cette foire d’empoigne qu’on devine implacable. (...) Pour éclaircir, remontons à Montesquieu. Dans l’Esprit des Lois, Montesquieu distingue la loi et les mœurs. (...) Pour tenter de conjurer ces menaces, ne faudrait-il pas imaginer une sorte d’Edit de Nantes 2.0, un pacte commun qui dépasse le seul engagement à respecter la loi républicaine? Une sorte de serment collectif et solennel qui engage chacun à « se contenir et vivre paisiblement ensemble comme frères, amis et concitoyens, sur peine aux contrevenants d'être punis comme infracteurs de paix et perturbateurs du repos public » (...)

Adrien Faure: après la Beat Generation

Dans le cadre d'un atelier d'écriture, je me suis essayé à la critique littéraire. Billy quitte Floride et grand-mère pour une virée à New York entre amis, visitant une drogue après l’autre à travers un tas de piaules toutes plus dingues et crasseuses les unes que les autres. Sans cesse entouré d’un amas flou de toxicomanes et autres amateurs de substances, la virée coagule en un trip de plusieurs semaines presque sans sommeil et sans nourriture et Billy échappe difficilement à la prison comme à la folie, refusant d’abandonner le filtre de stupéfiants qui le sépare de la réalité. Ce court écrit autobiographique de William Burroughs Junior, publié en 1970 mais traduit pour la première fois en français en 2009, presque trente ans après la mort de l’auteur à 33 ans, est le premier roman de ce fils maudit de William Burroughs, lui-même figure éminente de la Beat Generation. (...)

Pascal Holenweg:Dernier petit cadeau fiscal de la dernière session parlementaire : référendons !

Le cadeau fiscal accordé par les Chambres fédérales par le moyen d'une augmentation des déductions pour enfants est évidemment le produit du réflexe antifiscal qui détermine à lui seul les choix d'une bonne partie de la droite parlementaire. Mais comme on ne peut se satisfaire politiquement d'une explication des votes par la référence aux instincts reptiliens et aux réflexes pavloviens, il fallait bien trouver à ce vote-là une justification un peu plus présentable. Ce fut le "soutien aux familles" -autrement dit, une politique familiale réduite à un allègement de la ponction fiscale sur les revenus dépassant le double de la moyenne suisse. Mais c'est quoi, concrètement, une politique familiale soucieuse des conditions de vie de la grande majorité des familles ? c'est une politique qui leur permet de payer les primes d'assurance-maladie sans s'endetter, de se loger sans se ruiner, de trouver des places de crèche... Augmenter la possibilité de déductions fiscales pour les ménages les plus riches ne répond évidemment à aucune de ces exigences. L'impôt joue deux rôles, complémentaires (...)

Christian Brunier: Van Gogh, homme de cœur et des lumières

Avons visité les Carrières de Lumières des Baux de Provence : Van Gogh, La nuit étoilée ; après une première partie, très belle, consacrée à l’Art japonais. (...) Les nuages, soleils et portraits des plus grandes créations de Van Gogh s’animent sur des parois de plus 15 mètres de haut et révèlent le style si singulier de l’artiste. L’exposition évoque le monde intérieur à la fois démesuré, chaotique et poétique de Van Gogh à travers ses toiles les plus emblématiques, de la Nuit étoilée (1889) aux Tournesols (1888) en passant par sa célèbre Chambre à coucher, peinte à Arles en 1889. Ce peintre des Pays-Bas aux convictions sociales affirmées, répétait : « Il n’y a rien de plus réellement artistique que d’aimer les gens. » (...)

Pascal Décaillet:Seuls, les Verts ne peuvent rien !

(...) Sans ces partis, les Verts, au Parlement, ne sont rien. Sans eux, les taxes sont mortes. Seulement voilà, ces deux partis sont rongés, notamment le PLR, par l'idée de mimer à tout prix le climatisme ambiant. J'ai maintes fois souligné ici, pendant la campagne, à quel point ce petit jeu était perdant, l'électeur préférant l'original à la copie. Mais ils sont tombés dans le panneau : plus Verts que les Verts, plus climatiques que le plus apocalyptique des prophètes, ils ont passé leur temps à brasser les thèmes de leurs adversaires, au lieu de traiter en priorité les leurs. S'ils continuent, pendant quatre ans, à se laisser tétaniser par ce qui n'aura été que la mode d'un moment, au lieu de se concentrer sur les fondamentaux de leurs propres idéologies politiques, alors non seulement nous aurons les taxes. Mais eux, partis qui ont fait la Suisse, se perdront eux-mêmes. Est-ce là leur dessein ? La balle est dans leur camp.

Marie-France de Meuron: Quelles places pour le vaccin anti-grippe?

Autant le produit est conçu et contrôlé avec soin selon plusieurs paramètres pendant sa mise au point, autant on le laisse continuer son voyage à l'intérieur du corps, sans pouvoir surveiller son cheminement précis ni son impact à chaque instant. Comment s'impose-t-il? Comment est-il reçu par les différents milieux organiques, liquides ou cellulaires? Quelles conditions influencent son absorption? Quelle conscience ont les gens vaccinés du "travail" qu'effectue le produit vaccinal dans leurs corps? A quel rythme? De plus, il peut se terrer un temps et, à la faveur de certaines modifications, susciter des réactions. On se contente de savoir qu'il stimule la création d'anticorps mais se contente-t-il d'être un bon soldat conditionné? Un article canadien nous apporte quelques pistes pour nous éveiller à être plus attentifs (...)

David Frenkel: Tapage nocturne

(...) Lorsque les fumeurs, sirotant une bière pression, exhalent leurs humeurs dans des esclaffements ou dans des vociférations, et que les pandores ne font rien pour intervenir contre ces bruits sonores, il ne faut pas s'étonner que les gens privés de repos soient un jour astreints à une cure de repos. On regrette cette cigarette qui enfermait les bambochards dans les restaurants ou les bars. Car si la clope est nocive pour les employés et les consommateurs, aller fumer dehors peut aussi causer à autrui bien des torts, et n'oublions pas que le manque de civilité est le moteur de l'agressivité. C'est pourquoi les nichoirs pour les oiseaux de nuit devraient se situer dans les faubourgs où l'activité diurne sommeille dans la lueur des étoiles.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.