Passer au contenu principal

Valentin Dujoux: Des panneaux de signalisation féminisés

Nouvelle édition de notre revue des blogs publié sur le forum blog.tdg.ch de la Tribune de Genève.. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci, pour la qualité de notre forum, d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

Valentin Dujoux: Des panneaux de signalisation féminisés

(...) En politique, il existe des décisions complexes, techniques et qui peuvent parfois être comprises uniquement par une poignée d’initié-e-s. Et il y a des décisions simples et dont chacun-e peut saisir la portée. Ces panneaux de signalisation diversifiés ne changeront pas tout. Mais après une mobilisation massive lors du 14 juin 2019, alors que peu à peu nos institutions démocratiques se féminisent et que la diversité et le respect de l’autre doivent être soutenus, il était temps que notre espace public évolue. Si cette mesure a aujourd’hui autant de poids, c’est justement parce que c’est un acteur institutionnel important qui en prend la décision. La Ville de Genève, en agissant ainsi, ne fait que mettre en œuvre sa politique en faveur d’une ville sociale et solidaire, une ville où la diversité est célébrée et où l’évolution de la cité accompagne l’évolution des mentalités. (...)

Vincent Schmid: Pour un Schengen des Eglises

En ce début d’année se déroule parmi les chrétiens la traditionnelle semaine de prière pour l’unité, consacrée par le mouvement œcuménique. Pour l’occasion, voici quelques thèses visant à clarifier un débat souvent confus. (...) 5- La vraie question est : Comment dépasser les exclusions mutuelles sans sacrifier l’identité des uns et des autres ? La réponse est assez simple. Il faut d’abord que les Eglises s’engagent sur la voie de la reconnaissance mutuelle, sans primauté ni sujétion. On est aussi chrétien à Genève qu’à Rome ou Moscou. Il faut ensuite que les Eglises se soumettent au principe de réciprocité, c’est à dire qu’elles établissent entre elles des relations d’égalité. Il faut enfin qu’elles autorisent la libre circulation des fidèles d’une tradition à l’autre dans une sorte de Schengen transposé. 6- Le jour ou l’on pourra librement être baptisé chez les orthodoxes, se marier chez les catholiques et communier chez les protestants, ce jour-là pourra être appelé véritablement œcuménique. On en est encore loin. Invité à Genève il y a deux ans par le COE, le Pape avait ostensiblement exclu les non-catholiques de la communion lors de la messe à Palexpo… Ce qui évidemment a été ressenti comme une gifle par beaucoup. Saura-t-on changer ces manières de penser et de faire ?

Daniel Neeser: Une messe à la cathédrale Saint-Pierre !

A l’initiative de la paroisse de St Pierre, la cathédrale ouvrira ses portes samedi 29 février à la célébration d’une messe. Une première depuis 1535! (...) Des réactions modestes. Mon étonnement d'abord car les réactions semblent modestes, du moins à ce que j’ai pu lire et entendre. Peut-être que mon statut de retraité explique cela ou que c'est dû à la fatigue devant un monde de plus en plus trouble et troublant ? ou alors que ce serait un signe de plus de la désaffection pour les racines genevoises du canton ? Ou alors celui de la belle confiance accordée à mes collègues et leur conseil ? La marque de fabrique du protestantisme. Il y a, vous l’aurez remarqué si vous avez bien lu l’annonce, la liberté accordée aux lieux et la confiance qui leur est faite avec la responsabilité qui en découle : même si la direction de l’Eglise a été consultée, c’est la paroisse qui invite et qui assume. Marque de fabrique du protestantisme! (...) Oui il y a risque, celui de l’incompréhension et du jugement qui pourrait conduire à des ruptures mais il y a, bien plus fort, l’audace et le courage qui ne se peuvent sans la confiance. (...)

Pascal Décaillet: La vie, par le verbe et par la musique

(...) Celui qui traduit (du grec, de l'hébreu, du français) vers l'allemand, ne se contente pas de faire tenir des mots pour les autres. Non, il fait passer dans la pensée allemande, dans l'idéologie allemande, toute la vitalité de la pensée grecque, hébraïque, française, etc. C'est exactement cela qu'a sublimement réussi Martin Luther, lorsqu'en 1520 il a publié sa traduction de la Bible. C'est un acte fondateur, bouleversant. Il en préfigure un autre, trois siècles plus tard : la publication du prodigieux Dictionnaire de la langue allemande, par les Frères Grimm. (...)

Pascal Gavillet: ”Jouer dans ”Plus belle la vie”? Pas question”

J'ai rencontré Ariane Ascaride un peu avant les fêtes pour la promo du formidable Gloria Mundi de Robert Guédiguian. Après mon interview normale, parue dans la foulée dans le print, elle a accepté le principe des questions cash que voici. Et par chance, Gloria Mundi est toujours à l'affiche en salles. Il n'est donc pas trop tard pour le rattraper. Tu as fait la moitié de tes films avec ton compagnon, Robert Guédiguian. Les autres cinéastes doivent te trouver trop rare et peut-être en ressentir de la frustration, tu ne penses pas? Je ne sais pas si c'est dur pour les autres ni s'ils raisonnent comme ça. Je souhaite surtout à toutes les autres actrices d'avoir les rôles que j'ai eus avec Robert Guédiguian. (…)

Edouard Dommen: Rangeons le PIB au MEG

(...) Dans les années trente le problème prioritaire de politique économique était le chômage et son l’objectif le plein emploi. Il s’agissait d’organiser l’économie de manière à créer des emplois rémunérés. La guerre changea les objectifs : il fallait désormais déployer la main d’œuvre devenue rare de manière à satisfaire aux mieux aux besoins militaires d’une part et d’autre part à l’approvisionnement équitable de la population ( je souligne un souci majeur de James Meade auquel Pierre Ruetschi fait écho ). Les composantes ne tenaient compte que des instruments et des objectifs que pouvaient influencer ceux qui déterminaient les politiques publiques ; les totaux n’étaient que conséquences accessoires. On pense au vieux dicton anglais « occupez-vous des sous et les piastres s’occuperont d’elles-mêmes. » C’est le sens d’un petit livre/objet d’art de mon épouse et de moi-même, “Éloge de la décroissance”: la décroissance, ce n’est ni le rétrécissement de l’économie ni la croissance zéro, c’est s’occuper des préoccupations de la société sans se soucier si ces activités se reflètent dans l’agrégat PIB ou pas. Comme le dit Pierre Ruetschi, la croissance zéro ne garantit en rien l’équité, la qualité et la durabilité de l’économie. Ce n’est pas en traitant le marronnier de la Treille pour en retarder la floraison que l’on arrêtera le réchauffement climatique. (...)

Didier Bonny: Lutte contre l'homophobie: Genève précurseur

Le 9 février, le peuple suisse est appelé à se prononcer sur l'extension de la norme pénale antiraciste aux actes homopobes suite à l'initiative parlementaire déposée par le Conseiller national Mathias Reynard en 2013. Cette initiative du parlementaire valaisan a été précédée cinq ans auparavant d'une résolution du Grand Conseil genevois à l'intention de l'Assemblée fédérale (R 563 du 20 mai 2008 initiée par Pablo Garcia et moi-même) qui demandait, d'une part, de modifier l'article 8, alinéa 2, de la Constitution fédérale en ajoutant l'orientation sexuelle à la liste des discriminations et, d'autre part, à modifier l'article 261bis du Code pénal suisse en y incluant l'orientation sexuelle, soit l'objet du vote du 9 février. (...)

Hélène Richard-Favre: Face au mal

Tous ces jours-ci, les médias ne ménagent pas leur peine pour relater autant d’affaires de pédo-criminalité qui visent divers milieux parmi lesquels ceux du clergé, de la médecine, du cinéma, de la littérature. Autant de domaines où se déploie l’activité humaine et où dominent, le plus souvent, confiance et estime. En seraient-ils dénués, tous ces milieux alors que tant de vocations s’y révèlent, tant de réels talents s’y exercent parce que, soudain, on y découvrirait quelques comportements répréhensibles? Non. Et surtout pas. Car y ramener les quelques personnes qui les salissent pour d’autant les rejeter, c’est comme le dit si bien l’expression « jeter le bébé avec l’eau du bain ». Alors, de grâce, ne mélangeons pas tout!

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.