Passer au contenu principal

Sylvain Thévoz: Pour que Genève déclare Paul Biya persona non grata

Valentin Dujoux: L'émotion face aux drames de la migration, et si on en parlait? Pascal Holenweg: ”Zéro Pub” : une initiative toujours à soutenir. Rémi Mogenet: Horace et les dieux. Danièle Bianchi: Comment inverser le cours du réchauffement planétaire. JF Mabut: Vais-je payer 15 euros par mois à un robot?

Voici la revue des blogs de notre forum blog.tdg.ch. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci, pour la qualité de notre forum, d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

Sylvain Thévoz: Pour que Genève déclare Paul Biya persona non grata

Les gardes du corps du dictateur camerounais Paul Biya accusé de restreindre les libertés fondamentales et de commettre des violations des droits humains, ont attaqué des manifestant.e.s l'hôtel Intercontinental de Genève ainsi que le journaliste de la RTS Adrian Krause mercredi 3 juin. Ce faisant, ils se sont attaqués directement à la liberté de la presse et à la démocratie. Faut-il craindre que les personnes qui manifesteront demain en Suisse subiront le même sort que celles qui osent manifester au Cameroun ? Selon Mediapart, Paul Biya louerait à l’année un étage entier dans l’hôtel de luxe genevois pour lui-même et une cinquantaine de proches aux frais du contribuable Camerounais. L’argent avec lequel le dictateur Paul Byia, au pouvoir depuis 36 ans, paie ses somptueux séjours à Genève est soustrait à son peuple. Une nuitée de Paul Biya et de son entourage à Genève coûterait environ 40'000 dollars, sans compter les déplacements en avion. Faites le calcul. La présence régulière de Paul Biya est une gifle aux défenseurs des droits humains, une humiliation pour Genève en plus d’être une source constante de polémiques et de troubles. (...) Nous avons lancé une pétition, qui atteint déjà plus de 8000 signatures en ligne [4], pour demander au Grand Conseil d’inviter le Conseil d’Etat à déclarer Paul Biya persona non grata à Genève …

Valentin Dujoux: L'émotion face aux drames de la migration, et si on en parlait?

Le drame de la migration est à nouveau illustré à travers une photographie brandie comme symbole d'une politique migratoire indigne. Oscar et sa fille Valeria, 2 ans, sont morts noyés dans le Rio Grande en voulant rejoindre les Etats-Unis. L'émotion face aux drames de la migration, parlons-en. (...) Pour les six premiers mois 2019, selon l’Organisation mondiale pour les migrations, 597 hommes, femmes et enfants ont péri ou disparu en mer Méditerranée. Et ces événements médiatisés soulèvent à chaque fois une vague d’émotion qui transcende toutes les couches de la population. De la signature de pétition aux minutes de silence, en passant par des « Plus jamais ça », les marques de soutien et d’indignations sont nombreuses. Mais temporaires. (...) Le temps de l’indignation doit être dépassé. Collectivement, interpellons nos relais politiques quel que soit leur niveau d’action, pour les mettre face à cette réalité. Il est temps de construire et mettre sur pied une politique d’asile humaine et cohérente. Où les migrant-e-s ne sont pas des lots que l’on se répartit entre pays. Où la vie humaine retrouve un sens. (...)

Pascal Holenweg: ”Zéro Pub” : une initiative toujours à soutenir

(...) Le cœur de l'initiative, c'est l'interdiction de la pub commerciale. A quoi la majorité du Conseil administratif (Esther Alder et Rémy Pagani ont fait savoir qu'elle et lui soutenaient l'initiative) s'oppose donc, au motif principal que ça priverait la Ville de 3,4 millions de francs de rentrées (celles de la redevance due par l'entreprise détentrice de la concession d'affichage), plus quelques centaines de milliers de francs de prestations assumées par l'entreprise. Cela, sur un budget municipal de 1,2 milliard de francs. L'enjeu n'est donc pas financier, mais politique, social, culturel. Et symbolique. Supprimer la publicité commerciale dans l'espace public serait une reconquête de cet espace -une manière de l'émanciper du consumérisme. (...) On ne peut pas condamner l'utilisation de l'avion pour des déplacements qu'on peut faire en train et laisser les compagnies "low coast" (ou les autres) inciter par voie d'affiches à prendre l'avion plutôt que le train, ou prôner une alimentation naturelle et équilibrée et laisser les fast-food inciter à se goinfrer de saloperies, ou affirmer que la municipalité est exemplaire dans le combat pour la dignité des femmes et laisser placarder des affiches sexistes… (...)

Rémi Mogenet: Horace et les dieux

J'ai relu un choix d'Odes d'Horace contenant aussi l'Ode séculairecomposée à l'occasion d'un événement religieux initié par l'empereur Auguste, et j'ai encore été frappé par la beauté de ses vers, mais aussi par la façon vivante et colorée dont il représente les dieux – méditant longtemps le souvenir de l'arc éclatant d'Apollon, patron des poètes et des médecins, source des beaux vers et des remèdes bienfaisants, puisqu'il était réputé agir par le corps et l'âme des mortels. Je connais bien la littérature chrétienne, et souvent elle a tendu à s'exprimer d'une façon comparable pour les anges, mais d'une manière plus figée, hiératique, abstraite. La nécessité morale a absorbé les êtres divins du christianisme dans la lumière divine, et les saints hommes défunts ont paru plus accessibles, puisqu'au ciel ils gardaient leurs figures terrestres, jusqu'à un certain point; mais, à l'inverse, leur réalisme a moins de poésie que les dieux de l'Olympe. (...)

Danièle Bianchi: Comment inverser le cours du réchauffement planétaire

Ce titre est en fait le sous-titre d'un livre que j'ai commencé à lire. Je pensais en avoir pour des semaines de lecture car c'est un gros pavé… Eh bien je suis passionnée par cette lecture. Car il n'y a aucune culpabilisation, aucune critique, aucun désespoir dans cet ouvrage. Au contraire, il est extrêmement factuel : il présente concrètement des solutions qui existent pour la plupart et qui devraient être étendues. Les coûts de leur mise en oeuvre, les tonnes de gaz qui ne seraient pas envoyées dans l'atmosphère et les économies engendrées, tout a été calculé. Et tout est possible puisque déjà réalisé dans certains pays. A lire et à promouvoir! "Drawdown, Comment inverser le cours du réchauffement planétaire", Paul Hawken. (...)

Jean-François Mabut: Vais-je payer 15 euros par mois à un robot?

Mes lecteurs réguliers, que je profite de remercier (les autres aussi) ;-)), ont sans doute noté que je suis abonné depuis quelque temps à des robots, qui m'adressent chaque jour une sélection d'articles susceptibles de m'intéresser, qu'ils sélectionnent selon des critères que je peux affiner au fil de mes lectures. Ils sont paramétrer les robots pour me proposer aussi des textes en dehors de ma bulle. J'avoue trouver dans cette sélection quotidienne autant de matière à penser que dans les autres newsletters (trop nombreuses, que je reçois, y compris la petite dernière Le point du jour édité par la jeune pousse genevoise Heidi, news. Benoît Raphaël qui est un papa de Flint et de Jeff et d'autres avatars qu'on peut "éduquer" à travers une véritable école, m'envoie un long courriel où il explicite sa stratégie de la pousse lente. (...) Le défi me fait penser au neerlandais Blendle et à l'allemand Piqd, dont je reçois aussi les newsletters… Mais qui aura le temps de lire tout ça? Pas moi! Et qui va payer les journalistes (et les robots) qui collectent, trient, vérifient, racontent, publient, animent l'interactivité jour par jour, heure par heure (...)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.