Passer au contenu principal

Sylvain Thévoz: Les arbres repoussent, pas la vie humaine

Nouvelle édition de notre revue des blogs publié sur le forum blog.tdg.ch de la Tribune de Genève.. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci, pour la qualité de notre forum, d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

Sylvain Thévoz: Les arbres repoussent, pas la vie humaine

Interpellé par l'article de La Tribune de Genève annonçant le dépôt de deux pétitions, dont une pour s'opposer à la coupe d'arbres le long de la route de Pinchat, je suis allé voir sur place de quoi il retournait[1]. Première nouvelle, des panneaux indiquent la crainte de citoyen.ne.s que cette pétition empêche la concrétisation d’une piste cyclable qui résoudra une situation dangereuse pour les cyclistes. En voyant les voitures se croiser, carrosserie contre carrosserie, sans laisser de places aux cyclistes, tassant les vélos sur le bas côté, on comprend vite la mortelle dangerosité du lieu. Est-il préférable d'abattre un arbre ou d'attendre qu'un.e cycliste se fasse écraser? Le lieu est mal éclairé. Dangereux, dangereux! On comprend immédiatement que des cyclistes montent aux barricades pour défendre la future piste cyclable. Ce lieu est un coup-gorge. Bien sûr, il ne faudrait pas avoir à choisir entre la vie d'un arbre et la vie d'un cycliste. Si vous étiez au conseil municipal de Carouge qui va en débattre ce jeudi soir : vous voteriez quoi ? La préservation de la vie d'un arbre ou celle d'un.e cycliste? (...) Il y a par des surfaces énormes dont il faut de toute urgence retirer le béton, pour y replanter des arbres. Cela s'appelle des places de parkings! Il y en a pour des kilomètres et des kilomètres carrés à Genève. Vous voulez que l'on replante des forêts ? Ne le faites pas sur les pistes cyclables ou à la plaine de Plainpalais, où il y a des places de jeux et des activités humains : faites-le là où il y des voitures et du béton!

Michel Lambert: La RTS et les JOJ

La RTS a vraiment fait très fort. Aucune diffusion des épreuves des JOJ si ce n’est que quelques rares résumés parmi les épreuves où la Suisse avait reçu une médaille. Et pourtant on en a eu 22 ! Apparemment pour cette chaîne il fut plus important de crier au scandale et de diffuser les pleurs et lamentations lorsque notre pays fut éliminé par Turin en 2000. Là ça valait la peine de consacrer des heures à notre peine et notre rancœur. Et de continuer d’ailleurs à le faire lorsque l’occasion se présente. Et il est encore plus important de diffuser des séries insipides … qui durent depuis tellement longtemps que ce sont les seules séries où l’on a vécu l’apparition des rides, des problèmes de prostate ou de ménopause des acteurs et actrices. Et il en va de même des journaux TV qui se préoccupent plus de la santé du chat de la voisine que des vrais problèmes. (....)

Adrien Faure: L’offensive postmoderniste en Suisse romande

Il y a cinq ans ou six ans, quand je militais encore au sein des organisations de la gauche genevoise, être progressiste consistait à être contre le sexisme, l’homophobie, le racisme, l’antisémitisme, la xénophobie, une politique migratoire davantage restrictive, le harcèlement et les violences commises à l’encontre des femmes, mais aussi, pour la légalisation du mariage gay, le droit d’adopter pour les couples gays, le droit des femmes à avorter, un congé paternité, une meilleure répartition des tâches ménagères entre hommes et femmes et, globalement, la défense des droits des minorités. Il s’agit évidemment ici d’une liste non exhaustive. Il y a trois ans, alors que j’étais en train de terminer mon Master en science politique, je pris conscience qu’un nouveau courant de pensée avait émergé au sein de la gauche académique. Ses supporters l’appelaient alors postmodernisme, mais parfois aussi poststructuralisme (s’inscrivant ainsi dans la continuité du structuralisme) ou encore constructivisme (en référence à la déconstruction des constructions sociales). Graduellement, j’en vins à identifier le cœur de ce nouveau courant de pensée : la théorie des privilèges. (...)

Alfonso Gomez: Manifestation nationale contre la 5G

Samedi 25 janvier, Genève accueillera une manifestation nationale contre le développement de la 5G en Suisse. (...) Jusqu’à présent, les médias se sont concentrés sur les potentielles répercussions des ondes sur la santé de la population. Or, d’autres conséquences néfastes sont imputées à la 5G: pollutions graves dues à l’extraction des matières premières (plus de 40 métaux dans un smartphone) ; augmentation massive des besoins énergétiques (et par conséquent accroissement des consommations de charbon, de pétrole et d’eau) ; montagnes de déchets non recyclés et polluants provoqués par l’obsolescence programmée de deux milliards de téléphones portables dans les années à venir ; risques pour les individus et les collectivités engendrés par l’utilisation massives des données ; accroissement de la consommation et des addictions dues aux écrans. (...) La 5G, développée sans discernement ni esprit critique, vient alourdir gravement le bilan de santé plus que préoccupant de notre planète. (...)

Jean-Noël Cuénod: L’islamisme radical fait son chemin d’Annemasse

Si Genève croyait que sa prospérité la protégerait de l’islamisme radical, elle ferait une grave erreur. Le rapport de la DGSI vient de le rappeler. Classé secret-défense, ce document n’a été présenté qu’oralement aux ministres français concernés ; la version écrite n’a donc pas circulé. Ce qui n’a pas empêché le site du JDD (Journal du Dimanche) – relayé ensuite par d’autres médias dont l’application Actu17 (cliquer ici) – d’en présenter les grandes lignes. L’islamisme radical fait donc son chemin d’Annemasse. Mais contrairement au futur Saint-Paul, foudroyé sur le chemin de Damas, il ne faut pas trop compter sur une lumière aveuglante pour arrêter sa route. Car des lumières, nous en manquons terriblement. Pour comprendre ce phénomène afin de le contrer. Pour choisir la bonne pratique afin d’unir toutes les victimes potentielles de l’islamisme radical, à commencer par les musulmans qui pratiquent leur religion de façon pacifique et respectueuse des lois de leur pays. (...)

David Frenkel: Que les imams modérés se fassent entendre !

Qu’est-ce le radicalisme ? (...) On ne peut que regretter que les musulmans qui ont une lecture modéré du Coran ne prennent guère la parole dans les médias et en public pour condamner haut et fort les attentats perpétré au nom d'un islam radical ; comme on peut regretter que les pays islamiques non théocratiques ne dénoncent officiellement les Etats ayant une vision intolérante de l'islam.

Hélène Richard-Favre: A qui le tour?

L’Eglise catholique, le monde du cinéma, de la littérature, quel est le prochain domaine de la vie spirituelle et esthétique qui aura droit à sa purge? Parce qu’il semble un peu s’agir de cela à découvrir comment on s’en prend à des prêtres, des réalisateurs, des écrivains au nom de bonnes moeurs dont ils seraient dépourvus. Certains d’entre eux, des hommes en particulier, sont sous les feux de projecteurs médiatico-judiciaires et leurs turpitudes étalées au grand jour. A l’évidence, leurs actes ne les grandissent pas tandis que leur a été accordée une confiance qu’ils ont allègrement trahie. Chacune et chacun d’entre nous a peut-être fait l’expérience d’un désenchantement, d’une désillusion. C’est souvent douloureux. Ce qui frappe dans le livre de Vanessa Springora, « Le Consentement », c’est précisément ce désenchantement, cette désillusion qui fait tomber de son piédestal celui qu’elle y avait placé. (...)

Pascal Gavillet: Ils nous ont quittés en décembre 2019

Elle était partie intégrante de la Nouvelle Vague, traversa plusieurs Godard, qui fut son compagnon, chanta Sous le soleil exactement dans Anna, puis s'enfonça dans toutes sortes de projets et dans les regrets. Le 4 octobre, elle était encore allée à la cinémathèque de Grenoble qui lui rendait hommage. Ce fut l'une des dernières apparitions publiques d'Anna Karina. Ce mois de décembre fut pour elle celui des adieux. Pour d'autres aussi. Je vous les laisse découvrir et identifier les quelques images placées à la fin de cette liste des principaux disparus du cinéma et de la culture de décembre 2019. (...)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.