Passer au contenu principal

Sami Kanann: La possibilité d’un avenir à chaque enfant

Nouvelle édition de notre revue des blogs publié sur le forum blog.tdg.ch de la Tribune de Genève.. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci, pour la qualité de notre forum, d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

Sami Kanann: La possibilité d’un avenir à chaque enfant

Le lundi 13 janvier, un groupe de militant.e.s et des jeunes mineurs non-accompagnés sans domicile fixe, ont investi la Maison des arts du Grütli. Un geste destiné à attirer l’attention sur une problématique trop longtemps ignorée, ou tout cas largement sous-estimée. Un geste un peu désespéré face à une situation inacceptable, voyant des adolescents mineurs dormir dans la rue ou dans des conditions qui ne pouvaient plus durer. Une occupation qui a réussi. Elles et ils ont réussi à attirer l’attention sur la situation de ces jeunes, dont le statut est clairement protégé par la Convention de l’ONU relative aux droits de l’enfant, dont nous venons de marquer les 30 ans en novembre 2019. Vendredi, grâce à l’engagement exceptionnel des équipes de la Ville de Genève (mon département et celui de ma collègue Esther Alder, en charge de l’action sociale), avec l’appui précieux d’Olivier Baud, ancien secrétaire général de la FOJ comme expert et médiateur, nous avons pu trouver un lieu temporaire sûr où dormir pour ces jeunes gens, et leur éviter de dormir à la rue. Ils ont pu être officiellement enfin enregistrés au SPMI. Une rencontre a pu être agendée avec la Délégation compétente du Conseil d’Etat. Mais ce n’est aucunement une solution. (...)

Xavier Comtesse: Le coronavirus et l’horlogerie suisse

La crise du « coronavirus » ne fait que commencer, elle risque de durer au minimum 6 mois. Les ventes de produit de luxe vont s’effondrer en Asie. La haute horlogerie suisse sera aussi fortement impactée. En effet, le chinois est un grand acheteur de produits de luxe (il absorbe plus de 30% de nos exportations horlogères notamment en achat de tourisme) et si l’on compte toute l’Asie (Corée du Sud, Singapour, Japon, …) alors cela représente près de 60% de nos exportations. C’est énorme. Ce n’est une situation durable. L’industrie horlogère suisse compte beaucoup trop sur les pays asiatiques - non plus seulement comme « relais de croissance » mais comme débouché principal. La crise du « coronavirus » va ramener les entreprises suisses à reconsidérer leur stratégie. (...)

Yves de Matteis: Un blog qui commence un 27 janvier

Pourquoi avoir choisi de faire débuter ce blog le 27 janvier 2020. Et pourquoi pas le 1er janvier ? Ou n'importe quand ? Pour une raison simple. Ce 27 janvier 2020 coïncide avec le 75e anniversaire de la "libération" du camp d'Auschwitz. "Libération" entre guillemets, car, selon les livres d'histoire, c'est presque par hasard que les troupes soviétiques ont pénétré dans ce camp de concentration, qui était à ce moment-là devenu l'un des pires camps d'extermination du IIIe Reich. Car on peut écrire pour de nombreuses raisons. Mais il en existe de plus impérieuses - ou de plus essentielles - que d'autres : faire réfléchir. Ou faire en sorte que personne n'oublie. Par devoir de mémoire. Ou pour dénoncer. Parce qu'aujourd'hui, peut-être encore plus qu'hier, nous avons la mémoire courte. Et que, comme disait George Santayana (...)

JF Mabut: Le pape est-il trop protestant?

François est-il trop protestant? Trop tentante la question. Le dernier numéro du magazine français Réforme en fait sa une et conclut que non. La question n'est pas née de la décision du pape d'inviter les calvinistes genevois à célébrer un culte à Saint-Pierre de Rome en réciprocité à l'invitation de la paroisse de Saint-Pierre de Genève qui a proposé aux catholiques de la cité laïque de dire une messe le 29 février prochain, mais de la controverse que des hommes mariés, d'âge mûr et respectés dans leur communauté, puissent à titre exceptionnel devenir prêtres de l'église catholique en Amazonie qui manque cruellement de sacrificateurs. (...) Je pense à Elie Maomou, ce jeune prêtre extrait de son diocèse de Kankan au cœur de la Guinée Conakry, et qui depuis le mois de septembre célèbre la messe à Carouge, aux Acacias, à Veyrier, Troinex et Compesières. Son office est encore balbutiant, ses sermons hésitants. Laissons lui le temps de s'acclimater, disent les braves gens. Mais n'empêchent-ils pas les quelques rares encore fidèles de prendre leur place? (...)

Pierre Kunz: La détresse des Soraliens

C’est un véritable calvaire que vivent les habitants de Soral depuis une vingtaine d’années. Pourquoi ? Parce que notre Conseil d’Etat, probablement pour plaire aux Verts et se pavaner sur un sujet à la mode, préfère se donner un peu de vernis écolo en intervenant à coups de vignettes sur la qualité de l’air (qui n’a pourtant jamais été meilleur) en centre-ville. Parce que, incapable de faire face à ses responsabilités, manquant de détermination et d’ambition, discourant beaucoup mais n’agissant pas, il reporte lors de chaque législature le traitement de la problématique du scandaleux trafic des pendulaires à Soral, à savoir 10 à 12'000 mouvements journaliers à travers le village. (...)

Claude Bonnard: Politiciens et historiens ... quel rapport au temps ?

(...) Déjà du temps de Platon, les clepsydres égyptiennes avaient été introduites en Grèce et servaient à mesurer la longueur des discours politiques. (...) En matière politique, bien avant l'actuel président de la République française qui a revêtu l'habit de "maître des horloges", c'est Lord Byron qui donna le ton : "Les lois et les institutions sont comme des horloges ; de temps en temps, il faut savoir les arrêter, les nettoyer, les huiler et les mettre à l'heure juste ». Ces quelques exemples nous rappellent que le rapport au temps et à sa mesure – les horloges - dicte sa loi depuis l'antiquité. Il s'inscrit dans une problématique qui n'a jamais cessé de préoccuper les philosophes, les historiens, les gens de lettres et, à plus forte raison, les dirigeants politiques.

Pascal Décaillet: Mahmoud Abbas dit non. Et il a raison.

Le peuple palestinien vit certaines de ses heures les plus difficiles depuis 1948. Israël tente de légitimer les annexions, la Maison Blanche suit systématiquement. La Cisjordanie, Jérusalem-Est, Gaza n'ont ni indépendance, ni dignité. On joue la montre, on atermoie, on fragmente les causes, on continue d'installer des colons, on fait reculer la langue arabe en territoire israélien. On isole, à Gaza, plus d'un million de personnes qui vivent dans des conditions inimaginables. Et il faudrait que le chef investi de ce qui reste de pouvoir palestinien, ce Jean Sans Terre, même pas le pouvoir d'un de Gaulle à Londres, se commette à aller parlementer avec un Président américain qui, sans la moindre ambiguïté, a fait son choix devant l'Histoire ! Mahmoud Abbas a raison de dire non. Ce mot "non", dans toute sa raideur, toute son intransigeance, c'est la seule manière, aujourd'hui, en ce temps d'immense difficulté pour son peuple, d'affirmer sa dignité. Et la grandeur de sa cause.

Didier Bonny: au sujet de la liberté d’expression (4/5)

(...) Les appels publics à la haine et à la discrimination à l’encontre des lesbiennes, gays et bisexuel.le.s ne sont ni des opinions ni des valeurs à protéger. Ils nuisent aux personnes concernées, à leur entourage et divisent la société. Personne ne peut, en effet, sérieusement prétendre qu'il s'agisse d'une d'opinion constructive, lorsqu’il est écrit dans des tweets que les lesbiennes sont malades et devraient « être sautées par un vrai homme » afin de revenir à la raison. Ou lorsque sur les réseaux sociaux un appel est lancé afin de ne pas tolérer les bisexuel.le.s dans son cercle de connaissances, parce qu'ils/elles seraient des prédateurs et prédatrices sexuel.le.s et ne chercheraient qu’à briser des couples. Ou quand dans des émissions de radio ou des articles de presse, il est dit que les gays sont des pédophiles et devraient être enfermés. De tels discours tenus en public ne peuvent pas être simplement considérés comme des "paroles stupides". (...)

Anne Cendre: Les M du musée Marmottan

Le Musée Marmottan est voué aux M. Il est installé dans le quartier de la Muette, à l’ouest du 16e arrondissement de Paris. Il porte désormais le double nom de Marmottan-Monet, à la suite du don de 89 tableaux de Monet par le dernier descendant direct du peintre, Michel Monet, en 1966. Grâce à l’architecte Jacques Carlu, une nouvelle salle lui a été attribuée qui met en lumière, dans la sérénité, l’œuvre sublime du pionnier de l’impressionnisme. (...)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.