Passer au contenu principal

Pierre Scherb: L’impunité doit cesser

Mireille Vallette:Le voile, attribut féministe? Vincent Schmid: De la convoitise. Claude Bonard: les effets pervers de la fuite en avant. Maurice-Ruben Hayoun: Comment le judaïsme est devenu une nomocratie. Ronald Zacharias: Oskar, 8 ans, mort poussé sous un train par un migrant..

Voici la revue des blogs de notre forum blog.tdg.ch. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci, pour la qualité de notre forum, d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

Pierre scherb: L’impunité doit cesser

Le Conseiller d’Etat Mauro Poggia prend à bras le corps un problème négligé en Ville de Genève depuis longtemps, soit le combat contre le trafic de drogues. Il explique dans une interview accordée le 29 juillet dernier à la Tribune de Genève qu’il ne peut plus avoir d’espaces de non-droit. Il revient surtout sur quelques mythes de la gauche bien-pensante. Le premier mythe consiste à dire qu’il aurait des «contrôles racistes». Monsieur Poggia répond que le marché des drogues est à présent en main de personnes d’origine africaine. Au moment où ce ne sera plus le cas, il y aura d’autres personnes dans le viseur de la police. Le deuxième mythe est que les dealers n’ont pas d’autre choix, car ils ont une interdiction de travailler. Monsieur Poggia rappelle clairement qu’il s’agit de personnes sans autorisation de résider en Suisse. On attend de ces gens qu’ils s’en aillent. Dans l’attente, ils sont entretenus par l’assistance publique et ont le droit au minimum existentiel. S’ils s’adonnent au trafic de drogue, c’est donc bien par libre choix et aucunement par nécessité. Le troisième mythe concerne les interventions trop musclées de la police. (...)

Mireille Vallette:Le voile, attribut féministe?

Décryptage d'un reportage de propagande de la TSR qui interviewe trois mystérieuses musulmanes voilées. Par Sophie. lundi 30 juillet au 19'30: «Dans le débat sur le droit des femmes, le port du voile islamique divise». Puisqu'on nous dit que ce symbole «divise», le téléspectateur s’attend évidemment à entendre le point de vue de femmes tant partisanes qu’adversaires du voile. Car c’est cet équilibre des points de vues qui fait la différence entre l’information et la propagande (...) Avons nous le droit de répondre à ces dames, puisque Hélène Joaquim n’a pas pensé qu’il était possible ou nécessaire de le faire ? «Ce n’est pas quelqu’un qui va nous obliger à porter le voile, parce que dans la religion il n’y a pas de contrainte» (L.C) En Suisse évidemment: l’islam est encore minoritaire et personne ne peut à l’heure actuelle obliger une femme à le porter. Mais dans les pays où les religieux musulmans sont au pouvoir, le voile est bel et bien une contrainte. En Iran, Nasrin Sotoudeh, Yasman Ariani, Monireh Arabshani et Morgan Kesharvaz, entre autres, sont en prison pour avoir défendu le droit de ne pas porter le voile. (...)

Vincent Schmid: De la convoitise

(...) Le désir est inséparable de la condition humaine. Il est lié à la poursuite de la vie : nous avons faim, nous avons soif, nous cherchons à assouvir les besoins des nôtres. Rien de plus légitime. La convoitise est différente. Elle consiste en une sorte de charme, au sens magique du mot comme l’indique sa racine. Elle est une forme de désir habitée par un charme particulier, dangereux au demeurant puisqu’il fait naître la jalousie et peut mener au vol voire au meurtre. C’est pourquoi le texte biblique trace la frontière entre désir et convoitise par l’objet poursuivi, permis ou défendu. Alors cette parole peut être entendue ainsi : Surveille l’orientation de ton désir de telle sorte que ton prochain ne s’en trouve pas affecté. Pas si facile... Nous vivons dans un système de société qui se développe à contre-courant de ce conseil de sagesse. (...)

Claude Bonard: les effets pervers de la fuite en avant

A la suite du décès du maréchal von Hindenburg le 2 août 1934, Adolf Hitler s'arroge tous les pouvoirs en mettant en œuvre le second volet d'un processus implacable dont l'origine remonte à son accession au poste de Chancelier en 1933 bien que gardant pour une très courte période les apparences d'un vernis démocratique. C'est en effet par le biais d'un décret-loi que les charges de président et de chancelier du Reich sont fusionnées. A partir de ce funeste 3 août 1934, l'engrenage maléfique qui va mettre l'Europe à feu et à sang cinq ans plus tard est activé et le conflit programmé. Dans son magistral ouvrage intitulé « Hitler 1936-1945 Némésis », l'historien Ian Kershaw démontre comment, au fil du temps depuis sa prise du pouvoir, le dictateur nazi , conduisit progressivement l'Allemagne à sa chute . « Quand l’ère des défaites commence, à partir de l’hiver 1942, Hitler choisit la fuite en avant. » La fuite en avant, voilà bien le problème. (...)

Maurice-Ruben Hayoun: Comment le judaïsme est devenu une nomocratie

Le destin du judaïsme dans son ensemble, avant même qu’il ne devienne rabbinique, c’est-à-dire inscrit dans deux cercles concentriques (loi écrite et loi orale), s’est joué à une époque où l’exil et la destruction du second temple de Jérusalem en l’an 70 de notre ère, faisaient encore partie de l’histoire récente, douloureusement vécue par des milliers de survivants de cette double catastrophe : la disparition du temple de Jérusalem et, partant, la cessation forcée du culte sacrificiel, un double événement qui fut très mal ressenti par la population juive et qui entraîna le désarroi même au plan théologique ; l’occupation par la puissance victorieuse romaine de tout le territoire rappelait de sinistres souvenirs. (...)

Ronald Zacharias: Oskar, 8 ans, mort poussé sous un train par un migrant..

Communiqué à la presse 'neutre': le petit garçon mort de 8 ans, poussé sous un train par un migrant érythréen en instance de complète intégration, s'appelait Oskar. A la différence de Aylan, le petit syrien, qui a fait les gros titres pendant des jours, pas de photo de l'enfant ou de son corps déchiqueté. Et ces mêmes médias quasi tous inféodés à la pensée unique, 'gretamaniaques' et 'captain-europophiles', viennent verser des larmes de crocodile, appuyés par des dizaines de collègues, tout aussi rampants, pour défendre et exiger leur droit d'informer 'de manière objective' que Christian Constantin, Président du FC Sion, semblerait vouloir remettre en cause. 'Amis' médias, désassujettissez-vous du funeste politiquement correct si vous souhaitez redevenir crédibles. Rendez compte de ce que vous voyez. Tout simplement. (...)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.