Passer au contenu principal

Pierre Kunz: Qui pille la planète ? le riche ou le bourgeois ?

JF Mabut: Boom, boom boom: les paysans suisses canardés. Patricia Aline: Adieu Falasha! Djemâa Chraïti: Quand la synchronicité fait un pied de nez au hasard. Eric Bertinat: Cour des comptes : un nouveau petit passage en Ville de Genève, ça te tente ? Didier Bonny: « Toy Story 4 » : on ne s’en lasse pas.

Voici la revue des blogs de notre forum blog.tdg.ch. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci, pour la qualité de notre forum, d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

Pierre Kunz: Qui pille la planète ? le riche ou le bourgeois ?

Dans son dernier livre (*) Gilbert Rist, professeur honoraire à l’IHEID, pend des coupables. Rappelant les atteintes à l’environnement dues à la croissance telle qu’elle est poursuivie par l’humanité depuis un demi-siècle, il veut convaincre ses lecteurs qu'un désastre s’annonce, dû au capitalisme, au marché, au libre-échangisme mondialisé, à la propriété privée et aux riches. Il devrait montrer qu’en réalité la plus lourde part du pillage des ressources naturelles n’est pas le fait des minorités richissimes ; elle est liée à la fulgurante amélioration au 20e siècle de la situation matérielle des classes moyennes et populaires et à leur consommation massive. (...) Ce sont les acteurs, producteurs et consommateurs, que l’auteur devrait mettre en accusation en reconnaissant qu’est en cause le consumérisme compulsif qui a enveloppé nos sociétés. Il ne paraît pas non plus nécessaire de s’étendre sur les méfaits qu’attribue Gilbert Rist à la propriété privée, ni sur les problèmes du libre-échangisme mondialisé. (...)

JF Mabut: Boom, boom boom: les paysans suisses canardés

La Suisse a-t-elle besoin de son agriculture pour se nourrir? Dans les urnes, les Suisses disent plutôt oui, convaincus par l'étrange coalition des paysans et des Verts que la souveraineté alimentaire est bonne pour le pays. Or les Verts ne se contentent pas de ce qui est, selon le rapport agricole 2018, une demi-souveraineté, ils veulent zéro pesticides dans nos campagnes et dans nos rivières et du goût dans leurs assiettes, le tout à petits prix. Ce à quoi les paysans suisses ne sont pas préparés. Et puis, un paysan, sauf exception, ça vote plutôt UDC, PDC ou PLR. Et là, c'est moins le verdissement lent des partis bourgeois que les paysans craignent, que le credo libre-échangiste toujours en vogue… Cette semaine, on a donc vu la paysannerie mise au pilori… (...) Dans cette affaire caniculaire, il faut se souvenir de deux choses. Les Suisses dépensent 6% du PIB pour leur alimentation et 12% pour leur santé. Et les paysans partent rarement en vacances en été, où les semaines font plus souvent 50 voire 60 heures.

Patricia Aline: Adieu Falasha!

Les opérations Moise, organisée en 1984 et Salomon en 1991, ont eu pour but de ramener les juifs d’Éthiopie ou Falasha en Israël. Environ 8000 personnes furent rapatriées… Ceux qu'on appelait fièrement "falasha" sont devenus des juifs éthiopiens, ou "beta israel" (de beit maison) et d'après wikipedia (basé sur l’office des statistiques) il serait environ 138200 (2014) à vivre dans le pays. Ce sont eux qui ont marqué l'actualité de la semaine. Tout à commencé, comme dans un mauvais polar, un jeune éthiopien Solomon Tekah, âgé de 19 ans, a été abattu par un policier en civil et en congé, à Haïfa (nord d’Israël). (...) Ce n'est pas la première fois, qu'un israélien d'origine éthiopien est abattu dans des circonstances assez équivoques. Ni que la police fait preuve de légéreté de vocabulaire : mettant dans le même sac, les israéliens éthiopiens et les immigrants africains. (...) Ce n'est pas la première fois non plus que les israélio-éthiopiens descendent dans la rue pour demander plus de justice. Phénomène récurrent, puisque les dernières manifestations dataient d'à peine quelques mois, en janvier. Cette fois, les manifestations ont ébranlé tout le pays. Avec mardi pour apogée: plus de 110 blessés du côté des forces de l’ordre et à l’arrestation d’au moins 160 manifestants. (...)

Djemâa Chraïti: Quand la synchronicité fait un pied de nez au hasard

A travers plusieurs récits vrais de mon essai sur les Histoires de synchronicité, je vous invite à partager ce dimanche dès 11h à la rue des gare un moment ensemble et écouter aussi les récits des autres participants. Selon Carl Gustav Young la synchronicité présuppose un a priori par rapport à la conscience humaine, un sens qui en apparence se trouve à l'extérieur de l'être humain, tandis que Teilhard de Chardin cite notre capacité à nous resserrer tous ensemble dans une étreinte qui tend à nous parfaire chacun en nous liant organiquement à tous les autres à la fois, évoluons-nous dans cette noosphère qu'il décrit ,dans cette collectivité harmonisée des consciences?

Eric Bertinat: Cour des comptes : un nouveau petit passage en Ville de Genève, ça te tente ?

J’ai lu avec beaucoup d’attention votre dernier rapport consacré à l’ «audit de gestion et de conformité relatif aux ressources humaines de la Ville du Grand-Saconnex». Je ne peux éviter de penser à la situation pénible que vit actuellement l’administration et le pouvoir politique communal de la Ville Genève et qui semble en partie comparable à celle qui vient de vous amener à publier le rapport N° 149 (juillet 2019) Dans la commune de Genève, il semble qu’il y ait de nombreux problèmes relationnels entre certains fonctionnaires communaux et le Conseil administratif. Ces problèmes durent depuis des mois. Il semble qu’ils soient d’importance et conduisent au dysfonctionnement de certains services. Ces fonctionnaires ont rompu toute discussion avec leur hiérarchie et ont fait part de leurs conflits à certains conseillers municipaux. (...)

Didier Bonny: « Toy Story 4 » : on ne s’en lasse pas (et 8 films à l’affiche)

En 1995, « Toy Story » a marqué l’histoire cinématographique en étant le premier film d’animation entièrement réalisé en images de synthèse. Vingt-quatre ans plus tard et deux épisodes supplémentaires à grands succès, dont le dernier il y a neuf ans, Woody et le reste de la bande sont de retour. Ils sont rejoints par Forky, une fourchette jetable qui devient un jouet à son cœur défendant, ce qui la pousse à essayer de s’enfuir tout au long du film pour retrouver son statut de couvert et finir à la poubelle. C’est souvent drôle, mais tout de même un peu lassant à la longue. Et puis, il y a le comeback de La Bergère, absente de « Toy Story 3 », qui va non seulement bouleverser la vie de Woody, mais aussi questionner tous les jouets dans leur rôle, La Bergère ayant adopté un mode de vie hors des sentiers battus. C’est sans conteste la grande réussite de « Toy Story 4 » et ce qui lui donne une certaine profondeur. Pour le reste, on ne peut que s’émerveiller, une fois de plus, de la technique mise au service d’un scénario qui regorge d’inventivité (...)

Rodolphe Weibel: L’administration prête à sacrifier une centaine de relations directes, pourtant centrales

Un document rédigé par la Direction générale des transports, non daté ( ? ), annexé à un courrier adressé par le Conseil d’Etat à Madame Leuthard, le 20 décembre 2017, a pour titre: Canton de Genève – Stratégie ferroviaire 2040 – 2050. (...) Comme souvent quand on prend connaissance d’un schéma, il ne faut pas se contenter de lire ce qui y est dessiné, il faut chercher ce qui ne s’y trouve pas. Grosso modo, il n’est pas proposé de continuités de la ligne Coppet – Bellegarde à la ligne du CEVA Cornavin-Annemasse. Il y a quelques correctifs, notamment apportés par les deux lignes vertes Regioexpress, mais il reste que les relations suivantes ne seraient pas possibles sans changement de train à Cornavin (...) Pour 104 relations, le voyageur ne trouvera pas de train direct, il devra changer à Cornavin, malgré tout ce qui aura été dépensé jusqu’en 2050 ! le contribuable suisse aura payé 4 milliards pour ce triste résultat, le contribuable genevois peut-être un milliard, les Genevois auront eu à subir des chantiers à Cornavin, à Saint-Jean, aux Charmilles, à Châtelaine, aux Nations, à l’aéroport, au centre de Meyrin, pendant tout ce temps, et quels chantiers !

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.