Passer au contenu principal

Pierre Kunz: Fallait-il vraiment fermer les chantiers ?

Nouvelle édition de notre revue des blogs publiés sur le forum blog.tdg.ch de la Tribune de Genève et dans notre Webzine. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Les blogs sont publiés sous la seule responsabilité de leur auteur. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

Pierre Kunz: Fallait-il vraiment fermer les chantiers ?

(...) Se pourrait-il donc que la décision des deux gouvernements relève plus de l'opportunisme politique que de la raison ? qu'il y ait une autre motivation à l'activisme des patrons et des syndicalistes qui ont convaincu les deux gouvernements d'agir ? par exemple la facilité que représente le pactole libéré par la Confédération pour indemniser le chômage technique décrété par les entreprises ? Quoi qu'il en soit, il est peu probable que le personnel concerné, qui travaille généralement au grand air, soit très heureux de se retrouver dès lundi prochain confiné à la maison, lui qui est pourtant conscient, comme tous les travailleurs demeurant à leur poste, des enjeux sanitaires et qui sait "tenir ses distances". (...)

Sylvain Thévoz: Protégez-vous. Protégeons-nous. Protégez-les!

Il semble impossible d'arrêter la machine à surconsommer. La cadence augmente. Les achats compulsifs, les achats en ligne prennent l'ascenseur; ça stocke, ça s'ennuie, ça achète, ça angoisse, ça se défoule en ligne. Et derrière, il y a les travailleuses et travailleurs, les plus précaires, les moins bien payé-e-s, celles et ceux qui doivent sortir de chez eux, prendre des risques, pour répondre aux commandes, remplir les cartons, faire tourner la chaîne de production, la machine marchande, dans des conditions et avec des patrons pas toujours exemplaires, mettant la santé de leurs employé-e-s en péril. (...) Applaudir à 21h c'est important. Arrêter de surconsommer, c'est vital aussi. (...)

Charly Schwarz: De la question du désir en politique

La question du désir est centrale, si nous voulons réorienter nos modes de production, de consommation et de vie. Il ne faut pas seulement proposer une transition vers des sociétés plus sobres : il faut aussi que cette plus grande simplicité soit désirable, qu’elle s’accompagne d’une meilleure qualité de vie. Il nous faut changer en profondeur nos systèmes de rétribution fondés sur la course à l’avoir et la possession. Ces systèmes s’appuient sur le paradigme de la rareté : gagner de l’argent, prendre le pouvoir, acquérir la gloire, cumuler les conquêtes … C’est toujours le couple » rareté/possession » qui est au cœur du processus. (...)

Jean-Noël Cuénod: Buzyn: résister à la tentation du bouc émissaire

(...) Sans doute, constaterons-nous, lorsque la pandémie sera jugulée, que la plupart des gouvernements auront commis des erreurs lourdes de conséquence. C’est la planète entière, nez dans le guidon de la mondialisation sauvage, qui a été prise au dépourvu. Il faut remonter à 1918 pour trouver une pandémie d’une telle ampleur. A l’époque, cet épisode avait provoqué entre 50 et 100 millions de morts. Mais il s’ajoutait aux flots des horreurs déversés par la Première Guerre mondiale ; elle a quelque peu occulté cette pandémie dans notre mémoire collective. Par mesure d’hygiène civique, il faut donc remiser le bouc émissaire dans son écurie. Pour le moment. Et concentrer toute notre énergie non pas dans la colère mais dans la préservation de notre humanité. Une humanité qui est toujours mise en péril dans ce genre de circonstance, rappelons-nous les pogroms dont furent victimes les juifs durant la peste noire. (...)

Haykel Ezzeddine: qui gagnera la guerre du papier Q !

(...) Pourquoi une telle angoisse qui pousse les gens à acheter en masse, à entasser et à créer une pénurie de ces rouleaux blancs qui n’a pas lieu d’être ? Pourtant cet empressement pour l’achat exagéré de cet ingrédient indispensable aux lieux d’aisance n’est pas seulement réservé à la population Suisse. Tous les pays qui ont fait la connaissance avec cette pandémie vivent le même cheminement et engouement vers le papier blanc. Des spécialistes, des chercheurs, des «je sais tout» se penchent tous les jours sur cette question cruciale : «pourquoi le papier toilette est la vedette incontestable du coronavirus?». Tous ces experts n’arrivent pas à s’entendre et font le parallèle entre se moucher et se torcher! En attendant, il me reste un rouleau dans mon petit coin et à force de faire le tour des supermarchés et d’en revenir bredouille chaque jour je vais finir par faire un braquage, je suis au bout du rouleau comme dirait l’autre. (...)

Philippe Meyer: Quelles compagnies aériennes pourraient disparaître ?

(...) Parmi les compagnies les plus vulnérables : Alitalia, Tarom, Air India, Hong Kong Airlines, Philippines Airlines, Malaysia Airlines, Kenya Airways… Au drame de la faillite et des conséquences économiques et sociales directes qu’elle engendre, il faut ajouter les effets indirects : une ligne aérienne long-courrier représente 6'000 emplois hors secteur aéronautique et plus de 60 millions de francs de retombées économiques annuelles. Comme on peut le constater, les conséquences d’une crise dans le secteur aéronautiques sont encore plus fortes en-dehors. La corrélation est de 4 pour 2 : une économie qui progresse de 2% voit son trafic aérien progresser de 4%, et inversement en cas de crise économique. (...)

Xavier Comtesse: L’horlogerie suisse à l’arrêt !

(...) Donc par exemple aujourd'hui, la FHS a publié les résultats de février ... avec comme d'habitude un commentaire surréaliste "Début d’une baisse marquée" alors que tout le monde horloger est en arrêt de travail pour cause de coronavirus! les chiffres sont froids : -9,2% ...c'est tout... mais le commentaire est faux car le monde est sous l'emprise de la crise du coronavirus et donc personne n'achète presque plus de montres. Les comportements en temps de crise changent...le papier hygiénique est l'objet le plus recherché ! Mais la fédération continue de vendre son optimisme "d'un autre temps" ... plus proche des "fake news". Cette dernière devrait vraiment faire attention de ne pas prendre ses désirs pour la réalité. (...)

JF Mabut: Confiner: dans quel sens vous l'entendez?

Confiner a deux sens: enfermer et toucher à une limite. Confiner est le mot de 2020. Dans son premier sens, il dit ce que sera peut-être la Suisse demain, de gré ou de force: confinée, enfermée, comme d'autres nations européenne avant elle. Dans son second sens, il dit que la lutte contre le virus atteint ses limites: limite sanitaire, limite économique, limite éthique, limite politique, limite logique. 60% des Suisses sont pour le confinement, annonce Alexis Favre hier soir sur RTS1, qui n'a donné la parole qu'au camp du confinement. Dont acte. Et pour combien de temps? Être confiné dans un studio sans balcon n'a pas la même résonance que de l'être dans un six pièces ou un maison. Même avec le chant du voisin. (...) Oui, on confine aux limites. Restons-en aux gestes barrières - autre mot de 2020 (...) Et c'est là qu'entre en jeu la notion d'immunité de groupe. (...)

Maurice-Ruben Hayoun: Francis Kaplan, Propos sur Alain

Ce n’est pas sans une vive émotion que j’entreprends le compte rendu de ce livre, un livre écrit par mon grand ami, le professeur Francis Kaplan, fils cadet de l’ancien grand rabbin de France, Jacob Kaplan. J’avais repéré cet ouvrage sur le catalogue des éditions Gallimard et me réjouissais de le recevoir car Francis m’avait maintes fois entretenu des œuvres de ce philosophe Alain, sur lequel nous avions, tous et toutes, fait des dissertations en classes terminales. Mais ma joie fut de très courte durée puisque dès réception de l’ouvrage tant attendu, je découvris que Francis s’était éteint peu de temps avant sa parution. C’est donc un livre posthume qui a bénéficié de l’aide (préface et postface) de deux spécialistes connus et reconnus. Pourquoi donc Francis aimait-il tant Alain, je m’en rends compte à présent en suivant ligne après ligne son commentaire sûr et clairement articulé. (...)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.