Pierre Béguin: Rhinocérite

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Nouvelle édition de notre revue des blogs publié sur le forum blog.tdg.ch de la Tribune de Genève.. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci, pour la qualité de notre forum, d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

Pierre Béguin: Rhinocérite

Le bon sens commun et la raison subissent depuis quelques années une période d’hystéries galopantes qui, à l’image de l’inquisition, multiplie les chasses aux sorcières, les anathèmes, les bûchers, allant, par exemple, jusqu’à remettre au goût du jour les indulgences en incitant le citoyen qui veut se donner bonne conscience à payer volontairement une taxe CO2 pour acheter sa rédemption en termes de bilan soi-disant écologiquement neutre. Comment des dizaines de millions de personnes prétendument saines d’esprit peuvent-elles alimenter de tels délires? Cette question lancinante me renvoie sans cesse à cette pièce d’Eugène Ionesco, Rhinocéros (1960), qui décrit la transformation inéluctable de toute une société composée d’individus libres en une masse grégaire, instinctive et brutale, passant de la diversité humaine à l’uniformité animale. (...) Visionnaire Ionesco! Près de soixante ans plus tard, son allégorie s’incarne dans des rôles bien déterminés. Aujourd’hui, il ne fait pas bon être un mâle blanc, hétéro, de surcroît climato-sceptique. (...) La pire des bêtises est toujours celle des moutons… ou des rhinocéros.

Claude Bonard: Par où ont-ils passé pour arriver au pied de nos murailles ?

(...) Au total environ 2'000 hommes. Le détachement d'assaut placé sous le commandement de François Brunaulieu, gouverneur de Bonne était composée d'hommes d'armes appartenant pour la plupart à la noblesse de Savoie. Ce sont d'ailleurs les seuls qui escaladèrent les échelles et parvinrent à se glisser dans la Cité. L'attaque fut prévue pour la nuit du 11au 12 décembre selon le calendrier julien. Genève n'adopta en effet le calendrier grégorien qu'en 1701. Réunies à Bonne le 11/21 décembre au soir, les troupes savoyardes progressèrent sur la rive droite de l'Arve dont le bruit couvrait la marche. L'armée se dirigea sur Genève par Gaillard, les Terreaux, Champel et jusqu'à la Jonction, pour remonter ensuite vers l'actuelle plaine de Plainpalais. A Genève, la garde pourtant alertée par un paysan de Chêne ne prit aucune disposition. Les Genevois avaient imprudemment négligé certaines mesures élémentaires de défense et le duc de Savoie le savait. (...)

Anne Cendre: Bustes au grand air

Qui sont les auteurs de tous ces bustes masculins qui ornent la voie publique à Genève ? Dans son excellente enquête de la Tribune de Genève des 2-3 novembre, Cathy Macherel ne leur a pas prêté attention. Je lui donne un coup de main. Rendons à ces sculpteurs trop souvent anonymes le respect qui leur est dû. D’après les statistiques de la Ville de Genève, il y a 43 bustes sur la voie publique et 21 dans le bâtiment de l’Université. Je parlerai de ceux-ci une autre fois et me concentrerai sur ceux que l’on peut voir aux Bastions, au Jardin Anglais et ailleurs à l’air libre. (...) L‘artiste le plus prolifique dans la création du buste commémoratif en bronze des années 1880-1890 est le Genevois Hugues Bovy (1841-1903). (...) Le meilleur sculpteur de cette époque est certainement Auguste de Niederhäusern (né à Vevey en 1863 et mort à Munich en 1913), surnommé Rodo, peut-être pour son admiration et sa collaboration avec Rodin. Son autobuste, si j’ose dire, se trouve au cimetière de Saint-Georges. Avec Hugues Bovy, il a étudié aux Beaux-Arts à Genève, auprès de Menn. Puis il est parti pour Paris. Collaborateur de Rodin, ami de Bourdelle, de groupes d’anarchisme et d’ésotérisme, son œuvre est abondante. Il est notamment l’auteur d’un monument à Verlaine au Jardin du Luxembourg à Paris, de trois figures allégoriques sur le Palais Fédéral à Berne, et du douloureux Jérémie, conçu peu de temps avant la mort de l'artiste et placé en 1931 à l’angle de la cour Saint-Pierre. (...)

Pascal Décaillet: Trump, trois ans après : amorce d'un bilan

(...) Des coups de gueule, des phrases malencontreuses, tout ce qu'on voudra. Mais une vraie guerre frontale, pour l'heure, non. Comparez cela, je vous prie, aux interminables bombardements menés, un peu partout, pendant les huit années de l'ère Obama. Ma crainte, en 2016, était que Mme Clinton, si elle venait à être élue, ne parvînt qu'à empirer, à cause de ses liens avec l'oligarchie militaro-industrielle américaine, ce bellicisme permanent dont les démocrates ont la spécialité. Je ne dis évidemment pas que Trump est parfait, et suis le premier à condamner ses déclarations sur la politique étrangère, lorsque je les juge intempestives. Je ne doute pas qu'il soit vulgaire, mal élevé, peu compatible avec les salons dorés de la Côte Est. Mais j'estime, aux trois quarts de son (premier ?) mandat, que bien des aspects de sa politique, notamment en économie intérieure et en protectionnisme, sont dignes d'intérêt, et seront retenus comme tels par l'Histoire. (...)

Edmée Cuttat: L’édifiant combat de jeunes héros pour améliorer leur avenir

(...) Dans son documentaire Demain est à nous Gilles de Maistre, notamment auteur de Mia et le lion blanc, évoque les solutions que proposent ces gamins, animés d'une force de caractère ed'un courage peu communs pour améliorer leur avenir. Comme quoi il n’y a pas que Greta Thunberg au monde. Oubliant de crier aux dirigeants de la planète qu’on leur a volé leur enfance, ces héros miniatures pleins d’imagination et d’énergie, proposent de belles initiatives, originales, utiles, certaines plus ou moins convaincantes, voire parfois utopiques, mais toutes résolument destinées à redonner de l’espoir. (...)

Maurice-Ruben Hayoun: Mais où va l’Iran ?

Comment un gouvernement, conscient de traverser une passe très difficile, e t il pu opter pour une mesure aussi impopulaire, provoquant ainsi une terrible flambée de violence qui aurait fait, selon les uns ou les autres, plusieurs centaines de victimes ? On ne comprend pas vraiment les motivations d’une telle mesure. (...) L’exécutif iranien est complexe ; à sa tête se tient un vieillard malade, atteint d’un mal assez grave et surtout touché par le grand âge. Se prépare donc déjà une lutte au couteau pour la succession du Guide suprême. On parle des durs du régime qui renforcent leur emprise sur l’appareil d’Etat et qui sont justement les auteurs de cet interventionnisme outrancier, notamment au Proche Orient.

PDC Carouge: Vivement mars 2020 pour que ça change

(...) Nous nous retrouvons maintenant dans un cul de sac. Cela fait des années que nous le disons, l’augmentation impressionnante des charges depuis le début des années 2000 nous mène dans une situation où nous serons de moins en moins capables d’offrir à la population les prestations dont elle a vraiment besoin. Nous avons fait, et nous faisons encore du superflu alors que nous entrons dans une époque où la commune doit être capable d’offrir, plus de places de crèche aux familles, plus d’aide à une population qui se précarise, plus d’accompagnement aux personnes âgées ! Nous devons revenir à l’essentiel et pour cela, faire l’exercice difficile de se séparer du superflu. Une partie de Conseil Administratif nous dit depuis des années que les revenus diminuent et que les charges sont maîtrisées... Ces propos nous font penser au fameux livre « 1984 », de Georges ORWELL, dans lequel on peut lire que : « Le ministère de la vérité…vous ment ! » Nous constatons que, dans le réel et non pas dans la fiction, les charges sont passées, en 10 ans, de 80 à 109 millions et les revenus de 98 à 105 millions. (...)

Créé: 22.11.2019, 09h00

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Toujours pas de vert au Conseil fédéral
Plus...