Passer au contenu principal

Philippe Meyer: Après le crash ?

Nouvelle édition de notre revue des blogs publié sur le forum blog.tdg.ch de la Tribune de Genève.. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci, pour la qualité de notre forum, d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

Philippe Meyer: Après le crash ?

Les photos en provenance d'Iran de l'accident du Boeing 737 opérant le vol PS752 à destination de Kiev sont horribles. Des rumeurs circulent sur les causes du crash du vol d'Ukraine International Airlines qui s'est produit au milieu des attaques militaires et il est compréhensible que d’aucun s’inquiète à la perspective de voyager. En tant que spécialiste aéronautique, on me sollicite pour me demander s’il est toujours opportun de voyager juste après un accident comme celui-ci. Avec l'interdiction de vol du Boeing 737 MAX suite aux crashs du vol 610 de Lion Air et du vol 702 d'Ethiopian Airlines, la question est particulièrement pertinente après un accident impliquant à nouveau un Boeing 737. (...) Je serais surpris si le scénario d’une simple panne de moteur provoquant la chute de l'avion était la seule cause du crash. Presque tous les accidents d'avion résultent d'une série de défaillances et/ou d'erreurs. Et à chaque fois, l’industrie aéronautique en tire les conséquences et effectue des modifications afin qu’un accident identique ne se reproduise plus. Même le 737 MAX devrait reprendre du service en mars de cette année, ses défauts ayant été enfin corrigés.

René Longet: La Terre brûlée, stade ultime du climatoscepticisme

(...) A vrai dire, on ne peut plus se permettre d’opposer économie et écologie, et l’innovation tant portée aux nues doit maintenant assurer la conciliation de ces deux aspects. En être à détruire son pays, à brûler sa terre sous prétexte de sauver la prospérité, c’est vraiment l’inversion de toutes les valeurs humaines et une insulte à l'intelligence humaine. Et le charbon australien n’attise pas seulement les incendies dans son espace d’origine, il contribue à dégrader les conditions de vie sur toute la Terre, il nous prend avec dans sa course à l'abîme. Nous devions faire de cette Planète qui nous a été confiée un jardin, et nous avions tout pour le faire, et voilà que l’humanité pratique, sans grands états d’âme, la politique de la terre brûlée. Sauf que là, il nous faudra continuer à vivre sur cette Planète que nous mettons à sac - et que l’ennemi, dont nous détruisons ainsi les moyens d’existence, n’est autre que... nous-mêmes ! Terre brûlée : le stade ultime du climatoscepticisme…

Marc Schindler: Coup de sac chez Calvin

(...) Et les augures prévoient même une Genève gouvernée à gauche toute ! Un frisson d’angoisse secoue la bourgeoisie de la rue des Granges, la Chambre de commerce et la discrète finance internationale. Une Genève rouge-verte, pas bon pour les affaires ! Et les habitants de la cité de Calvin, qu’est-ce qu’ils pensent de tout ça ? 40% sont étrangers et n’ont, en général, pas le droit de vote, sur le plan fédéral et cantonal. Depuis quinze ans, les étrangers vivant à Genève depuis 8 ans peuvent élire leur maire. Et les vrais Suisses, qu’est-ce qu’ils font le jour des élections ? Deux sur trois préfèrent le foot ou la pêche à la ligne. Le sort des « princes qui les gouvernent »? Comme dit le proverbe : « Genevois, quand je te vois, rien je ne vois ».

Daniel Warner: Greta, Hillary, Elizabeth

(...) Look at President Ronald Reagan’s “Tear down this wall,” addressing Mikhail Gorbachev in Berlin. Study Joseph Welch castigating Joe McCarthy with the withering question: “Have you no sense of decency, sir,” during the Army-McCarthy hearings in 1954. Replay Martin Luther King’s “I have a dream,” speech to see how it captured the civil rights movement. Listen to Greta’s “How dare you. You have stolen my dreams and my childhood with your empty words,” excoriating leaders at the UN Summit in New York to understand the rage of environmentalists. The ideas presented are not complex. What’s behind the quotes may be complicated, but their effect is clear and simple. There is a certain moral imperative behind all four moments. Where is the progressive message today that can be expressed simply and clearly? Granted the moral compass has changed to a new normal, but that compass exists and has to be re-established. And this will not be done by rebranding or tweaking Twitter or Facebook. The content is important. Contrary to McLuhan’s pronouncement, the medium is not the entire message. Form and content cannot be separated. And, it will take people like Greta, people who have a certain moral compass, to present convincing progressive messages that are easily understood by the general population. The failure of Hillary Clinton to connect with the American people is a classic case study; Elizabeth Warren could be another. (...)

Pierre Kunz: Climat, les discours pompeux des intellectuels

Les intellectuels français sont probablement les champions du monde des discours abscons, sans portée pratique, qui alignent les poncifs et les mots compliqués comme s’ils parlaient à des ordinateurs. Le dernier exemple de ces personnages, cité dans Le Temps mercredi dernier, est Bernard Stiegler, sociologue, qui entend interpeller la Genève internationale et l’ONU pour repenser la lutte contre le climat. Pour justifier la création de son Institut de recherche et d’innovation de Paris, un collectif scientifique transdisciplinaire, et pour présenter ce qu’il entend en faire afin de lutter contre le réchauffement climatique, voici les propos qu’il tient. (...)

Didier Bonny: « Cats » : « Chat ne le fait pas ! »

(...) Mais il fallait tout d’abord tirer un scénario à partir de la comédie musicale qui est composée d’une série de poèmes mis en chanson et qui servent de base à des numéros musicaux afin de donner une dimension cinématographique à « Cats ». Et c’est là où le bât blesse dès les premières scènes : cette balade dans le Londres des années 30 est avant tout le prétexte à des numéros de…music-hall dans une première partie qui tire plus qu’en longueur. On comprend tout de même assez rapidement qu’il s’agira de désigner au cours du bal annuel un chat ou une chatte qui pourra aller au paradis et avoir une nouvelle vie. Mais bien sûr, le méchant chat ne l’entend pas ainsi. L’histoire n’a donc aucun intérêt, pas plus d’ailleurs que le choix du réalisateur de garder les expressions des acteurs aussi intactes que possible en faisant appel à une technologie hybride qui combine réalité et animation. (…)

Claude Bonard: Soudaine hausse des demandes d'amitié Facebook !

(...) Un autre danger guette les futurs élus novices : suivre sans discuter les consignes de vote de leur parti. En France, un néologisme désigne péjorativement ces parlementaires qui suivent sans discuter les consignes de vote de leur formation. On les appelle les “Godillot”. Au cours des grandes années de la présidence du général de Gaulle, le Canard Enchaîné avait même publié un “Dictionnaire des godillots” qui fit fureur à l'époque. Mais d'où vient donc ce terme de “Godillot” ? On le doit au brave Monsieur Alexis Godillot qui possédait une manufacture de chaussures militaires pour l'armée française lorsque débuta la guerre de Crimée en 1853. Ces brodequins furent très vite surnommés "Godillots" par les soldats. Alexis Godillot était soucieux du confort du soldat puisqu'on lui doit une amélioration notable au niveau de la conception des chaussures, celle de la différenciation entre le pied droit et le pied gauche ! (...)

JF Mabut: Bardonnex a une nouvelle maire

C'est donc sans combattre que l'adjointe Béatrice Guex-Crosier s’assiéra en mai prochain dans le fauteuil de maire de Bardonnex, que laisse vacant Alain Walder en fonction depuis 21 ans. Comme dans 20 autres communes - un record -, personne ne conteste la fonction de maire, annonce ce jeudi la Chancellerie d'Etat. Le pouvoir exécutif est-il atteint du même syndrome de l’élection tacite que le pouvoir judiciaire? C'est mauvais signe pour la démocratie. (...) Quel sera donc le programme des trois partis alors que la commune n'a toujours pas réussi à construire une nouvelle école à Compesières, un projet qu'on attend et qu'on promet depuis 30 ans? La saga de l'école de Compesières mérite d'être comptée. Je m'y emploierai ces prochaines semaines.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.