Patrick -E. Dimier: Un renoncement à juger

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Nouvelle édition de notre revue des blogs publié sur le forum blog.tdg.ch de la Tribune de Genève.. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci, pour la qualité de notre forum, d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

Patrick -E. Dimier: Un renoncement à juger

Comme l'a fort bien expliqué le Conseiller National Philippe Nantermod aux médias, la justice se trompe toujours lorsqu'elle se pare d'une attribut qui n'est pas le sien et que, de fait, elle passe le Rubicon de la sacro-sainte séparation des pouvoirs. Comme bien d'autres citoyens de ce Pays, je m'interroge sur la pertinence de cette posture qui travestit, de façon inacceptable, la mission de la Justice. Je ne dois pas être le seul dans ce constat puisque, sans surprise, le procureur général Eric Cottier a communiqué en fin de journée pour annoncer son appel de ce curieux jugement qui piétine allègrement le fondement de la protection de la propriété privée garantie par la Constitution fédérale en son article 26. Il y a certes un risque que la justice suisse décide de poursuivre cette incursion malsaine de la justice dans la politique. En revanche, loin de moi l'idée de punir lourdement ces personnes dans la mesure où le sujet sur lequel ils peuvent être considérés comme des lanceurs d'alerte. Condamnation il doit y avoir, même symbolique. (...)

Cédric Segapelli: Dorothy B. Hugues

Même si l’on n’est pas forcément un adepte de mouvements sociaux comme #MeeToo, il importe tout de même de se questionner sur la représentativité des femmes, ceci notamment dans le domaine de la littérature noire pour débuter cette année 2020 en évoquant l’œuvre de Dorothy B. Hugues, romancière méconnue dans nos contrée francophones, qui fut une contemporaine d’auteurs tels que Hammett, Chandler et Goodis. A une époque où le pulp était une affaire exclusivement d’hommes et où l’on célèbrait les détectives privés désabusés, Dorothy B. Hugues se distingue avec des récits centrés sur des individus tourmentés dont la destinée vire au tragique comme c’est le cas avec Un Homme Dans La Brume qui fait l’objet d’une nouvelle traduction nous permettant de découvrir ce qui apparaît comme l’un des premiers thriller psychologique en nous confrontant aux réflexions d’un tueur psychopathe sévissant dans les rues de Los Angeles, alors que la seconde guerre mondiale est à peine achevée. (...)

Marc Schindler: Champion de la biture

Pas de quoi être fier : l’Occitanie, où j’ai choisi de passer ma retraite, est la région de France où l’on boit le plus d’alcool. Selon Santé publique France, « La consommation d’alcool est l’une des principales causes de mortalité évitable « avec 41 000 décès en 2015 », 30 000 chez les hommes et 11 000 chez les femmes ». 41 000 morts, c’est la population de ma ville, Alès ! (...) Alors, quand l’agence de santé publique lance l’idée d’un Dry January (janvier sec) comme aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne, le lobby du pinard sort l’artillerie lourde. Le président Macron promet aux barons du champagne qu’il n’y aura pas de mois sans alcool. Son ministre de l’Agriculture, fier champion des viticulteurs, en rajoute : «Je trouve ça aberrant. Je préfère la modération toute l'année, que l'interdiction et la prohibition un mois de l’année». Les associations de lutte contre l’alcoolisme ont beau protester. On ne va pas gaspiller l’argent public pour financer une opération qui fâche les Français. On a déjà claqué 17 millards pour apaiser les gilets jaunes. Et tant pis si les hôpitaux et les morgues sont remplies de victimes de l’alcool au volant ou à la fête !

Pascal Décaillet: Hölderlin, Beethoven, et la réfutation des Lumières

(...) Ce moment incroyable, celui de la réfutation des Lumières dans les Allemagnes, je l'étudie de près depuis quatre décennies. On aurait tort de ne mentionner que Schiller, le Goethe d'une certaine période, Hölderlin et les Frères Grimm. Non, il y a la musique. Et, puisque nous entrons dans l'année Beethoven, comment ne pas nous plonger dans l'univers de ce géant, sa conscience aiguë d'un monde en marche, et surtout la Révolution formelle permanente, entre ses oeuvres de jeunesse qui ressemblent à Mozart ou Haydn, et celles de l'âge mûr qui préfigurent Wagner, sans oublier le génie absolu des tout derniers Quatuors, jugés dissonants par la bonne société des mélomanes viennois. Parler des Lumières, oui. Mais sans jamais oublier leur réfutation par des forces telluriques que les grands penseurs de l'Aufklärung n'avaient pas voulu voir. Parler des Lumières, oui. Mais en prenant acte du surgissement des profondeurs terrestres qui a suivi. Je parle ici surtout de l'Allemagne, que je connais peut-être un peu. En tout cas, nul ne peut saisir le fil invisible du destin allemand, sans approfondir toute sa vie le moment de cette réfutation du rationnel. (...)

Daniel Warner: Donald Trump Successfully Wagged the Dog, and More

(...) That Donald Trump had the Iranian general killed to minimize his impeachment cannot be proven or denied. Nevertheless, U.S. government officials continue to seek justification for the killing of a foreign government official on foreign soil with all kinds of shaky explanations of why it was done to counter an imminent danger that has never been convincingly explained. No legal justification seems reasonable. In fact, a State Department spokesperson indicated that no legal justification was even necessary. So, given that there seems no reasonable legal justification, the wag the dog theory has possibilities. But beyond the wag the dog theory, there is also the question of what it means for Trump’s Democratic opponents. Can you see Elizabeth Warren as commander-in-chief? Or Bernie Sanders? (...) And Mayor Pete? Although Buttigieg did serve in the military, the 37-year-old was an intelligence officer and armed driver. Neither of these positions indicate that he would have the necessary experience or command authority in case of a serious confrontation with the Islamic Republic. Which leads us to Joe Biden. (...)

Pascal Holenweg: Quand est-ce qu'on change ?

"Révolution au parlement" titrait "Le Temps" de samedi... quelle "révolution" nous avait donc échappé ? la réduction du nombre de représentants des groupes de pression du secteur de la santé, à commencer par celui des caisses-maladie, dans les deux commissions de la santé du Conseil National et du Conseil des Etats... "Révolution", c'est donc beaucoup dire pour une réduction des risques de conflits d'intérêt, grâce au renoncement des partis de droiteà présenter ou à représenter des hommes (ou des femmes)-liges des caisses maladioe ou des associations professionnelle des médecins. Un renoncement facilité par les échecs électoraux du PLR et de l'UDC : le président de l'association faîtière des caisses-maladie ("Santésuisse"), l'udéciste Heinz Brand, n'a en effet pas été réélu dans les Grisons. (...) Dans un entretien au "Courrier" de vendredi, le président de l'Union Syndicale, Pierre-Maillard, ancien ministre de la Santé du canton de Vaud, affirme : "nous voulons fermer la parenthèse néo-libérale". Parenthèse dans laquelle se love une bonne part du système suisse d'assurance-maladie. Tout, finalement, se résume en cette question : est-il acceptable que dans un pays aussi riche que la Suisse, des gens renoncent à se faire soigner parce que le système d'assurance-maladie ne prend pas suffisamment en charge leurs dépenses de santé, et qu'ils ne peuvent pas eux-mêmes payer ce que les assurances ne leur remboursent pas (...)

Créé: 15.01.2020, 07h20

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

C'est le week-end: restez chez vous!
Plus...