Passer au contenu principal

Paolo Gilardi: Toutes des salopes?

Nouvelle édition de notre revue des blogs publié sur le forum blog.tdg.ch de la Tribune de Genève.. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci, pour la qualité de notre forum, d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

Paolo Gilardi:Toutes des salopes?

La méthode est vieille comme le monde: quoi de mieux que de salir la victime pour mieux absoudre le prévaricateur? C'est ce que fait Donna Rotunno, l'avocate de Harwey Weinstein lorsqu'elle ternit la moralité des plaignantes victimes des abus du producteur: des "délurées prêtes à monter dans sa chambre"... C'est ce que fait le Ministre français de l'Intérieur, Monsieur Castaner, quand il salit la mémoire de Cédric, mortellement étranglé par deux officiers de police: il aurait des antécédents pour consommation de marijuana… (...) La méthode ne change pas: elle est et reste ignoble comme tout abus de pouvoir!

Omar Azzabi: La plus grande mosquée du pays est enfin à vous

(...) Comme le rappelle Pierre Conesa dans son livre "Dr. Saoud et Mr Jihad. La diplomatie religieuse de l’Arabie saoudite" (Robert Laffont : 2016) ; « La LIM est une Organisation non gouvernementale (ONG) reconnue par l’ONU et elle est le véritable bras armé de la diplomatie religieuse du royaume : elle vise tout simplement à soutenir l’islam dans le monde, dans sa version wahhabite. (...) La LIM est présente dans 120 pays et contrôle 50 grands lieux de culte en Europe, dont la mosquée de Mantes-la-Jolie. (...) Elle est dotée d’un budget exceptionnel de 5 milliards de dollars par an, chiffre qui grimpe à 7 milliards de dollars en moyenne annuelle en intégrant les dons royaux directs ou les contributions privées, ce qui correspond aux importations saoudiennes d’armement. » Si la Suisse a connu cette mosquée tant pour ses imams fichés « S » que pour des prêches qui ont eu été problématiques, il est grand temps maintenant que les musulman.e.s du pays se l’approprient et en fassent une mosquée bien suisse comme l’affirme Monsieur Hafid Ouardiri (directeur de la fondation de l’entre-connaissance et ancien porte-parole de la mosquée) dans les colonnes du 20 Minutes résumant le défi de la manière suivante (...)

Gian-Reto Agramunt: le Centre Culturel de Châtelaine

Vernier est plus qu'un territoire entre la France et la ville de Genève. C'est la 5ème municipalité de Suisse Romande en taille, plus grande que Sion ou Neuchâtel. Cette importance démographique, cette position bien présente dans la carte des villes de notre pays, devrait se traduire dans tous les secteurs, notamment dans le domaine culturel. Grace au magistrat PLR, Pierre Ronget, et à son travail de fond, l'offre culturelle à Vernier a drastiquement évolué en moins de 10 ans. La Salle du Lignon, et sa programmation distinguée pour sa qualité et son éclectisme, sera complétée par le CCC (Centre Culturel de Châtelaine). Si la dernière législature a permis d'amener une programmation culturelle riche et variée dans notre ville, la prochaine étape est d'être sûre que les citoyens qui financent cette politique en bénéficient pleinement et que l’offre culturelle verniolane puisse également rayonner au-delà de ses frontières. Deux axes pour avoir une politique culturelle ouverte à tous (...)

Mireille Vallette: Mosquée de Genève: Ubu en interview

(...) Que nous dit le nouveau secrétaire, ex-ministre de la Justice, marionnette de l’héritier du trône Mohammed Ben Salmane (MBS) qui tente de nous faire croire à l’apparition d’un islam des Lumières? Il annonce que la Fondation culturelle qui gère la Mosquée va être remise aux mains des musulmans qui la fréquentent et l’apprécient. Comment? En l’offrant «aux autorités suisses». Le journaliste signale que le cadeau n’est pas acceptable. (...) On croira cet émissaire lorsque le régime d’Arabie saoudite cessera d’être une machine à radicaliser et à maudire tout ce qui n’est pas musulman. Cette manie de vouloir prévenir une radicalisation que l’on favorise par ailleurs est un des beaux-arts de l’islam d’aujourd’hui. (...) Après ces fariboles, le journaliste (du Matin dimanche) passe à des sujets sérieux concernant l’Arabie saoudite. Et là, le moderniste Mohammad tombe le masque. L’interdiction des églises? «Une coutume très ancienne qu’il s’agit de respecter » et puis «la construction d’une église, les terroristes n’attendent que ça pour attiser la violence ». Que pense-t-il en tant qu’ex-ministre de la justice du fait que MBS permet aux femmes de conduire, mais multiplie les emprisonnements? Il ne peut se prononcer, car il n’est plus ministre… Et l’assassinat de Kashoggi? (...)

Pascal Décaillet: DIP : ça suffit !

(...) La magistrate en charge du DIP est la mieux placée pour constater, autour d'elle, la floraison des secrétaires généraux adjoints, et autres commis d'état-major. C'est dans cette armada que des réformes s'imposent. Elle doit aussi écouter les critiques, en tenir compte, et penser constamment aux Genevoises et Genevois qui se saignent pour payer l'un des impôts les plus élevés de Suisse. Elle doit penser aux gens du privé, qui n'ont pas la chance de bénéficier de l'incroyable répartition des taux de cotisation LPP des fonctionnaires, 2/3 à la charge des employeurs ! (...) Le DIP doit mettre de l'ordre dans sa gestion. C'est parfaitement possible sans punir les élèves. Sans les priver de prestations, comme basse vengeance face à des décisions du Parlement, donc des élus légitimes du peuple de ce canton.

Claude Bonard: Un médecin tessinois au service des Nazis

Le 20 janvier 1942, quinze dignitaires nazis se réunissaient dans une villa de Wannsee près de de Berlin, pour discuter de la mise en œuvre de ce qui fut appelé "la Solution finale à la question juive". Bien qu'il n'ait pas participé à cette rencontre, l'Histoire commande de rappeler qu'aux plus hauts échelons de la médecine du Reich se trouvait depuis 1939 un médecin né à Lugano le 24 août 1900 de père suisse et de mère allemande, le Dr Leonardo Conti, SS-Obergruppenführer et chef du Reichsgesundheitsführer ( le système sanitaire nazi. Bien que supplanté par le Médecin-général SS Karl Brandt, sa responsabilité ne peut pas être niée s'agissant notamment de la préparation du programme d’euthanasie condamnant les handicapés (Aktion T4). Conti se suicida en prison le 6 octobre 1945. Une notice lui est consacrée dans le livre publié sous la direction de Frédéric Rossi et Christophe Vuilleumier chez Infolio en 2016 intitulé "Quel est le salaud qui m'a poussé - cent figures de l'histoire suisse".

Marc Schindler: Les damnés du tableau noir

Plus malheureux qu’un prof en France, franchement, on ne trouve pas ! Je plaisante ? Pas du tout. Lisez donc les jérémiades des damnés du tableau noir, qui doivent se coltiner E3C. C’est quoi ça ? Les épreuves communes de contrôle continu, selon le doux sabir de l’Education nationale. Une heure et demie d’examen d’histoire-géo, langues vivantes et maths. Les notes comptent pour 30% du résultat du bac. Pour les profs, un effort surhumain, on vous dit ! C’est le nouveau système du bac à la française. Autres nouveautés : pour que les candidats et les lycées soient sur pied d’égalité, les profs devront choisir leurs sujets dans une « banque nationale numérique » et les copies, anonymes, seront numérisées et corrigées par d’autres profs que ceux des élèves. C’est le progrès, non ? Eh bien, pas du tout. (...)

David Frenkel: Tiré du documentaire Kinshasa Symphonie

(...= Des lèvres asséchées par la soif boivent les notes de Beethoven; conçues dans la surdité, elles résonnent de félicité. Dans cette Afrique cadavérique, l’homme repu est éperdu : les damnés chantent «Nous sommes frères». Une gerbe d’harmonie s’élève; elle prend la forme d’une contrition. Le fortuné se joint au miséreux; et des larmes de sang au couard arrière-goût, et des larmes de cœur au bienveillant avant-goût, se fondent dans l’hymne à la joie.

Maurice-Ruben hayoun: Erik H. Cohen, hommage posthume

La parution prochaine d’un ouvrage[1] dédié à la mémoire de ce grand sociologue français, disparu en 2014, encore peu connu, même au sein des cercles communautaires, m’incite à revisiter de manière succinte son œuvre qui est importante. (...) Ne faisant pas partie de l’honorable confrérie des sociologues, je m’en tiendrai aux résultats les plus évidents de l’enquête diligentée par Erik Cohen. Il s’agissait de voir la signification de l’essence juive (qu’est ce qu’être juif en France ?) et d’en élucider les implications. En posant le problème en ces termes, le sociologue revenait à circonscrire la place qui revient à l’éduction juive dans notre pays, car c’est d’elle que dépendent la transmission des valeurs juives et la pérennité du judaïsme. Il a fallu adopter une méthodologie rigoureuse : choisir des échantillons parlants, représentatifs, élaborer les questions et surtout bien interpréter les réponses. Un fait n’a pas manqué de me surprendre : des personnes portant des noms spécifiquement juifs ont nié appartenir à la religion juive… Ce qui est évidemment leur droit mais ne laisse pas d’être hautement intéressant ou préoccupant d’un point de vue sociologique… Mais il peut aussi s’agir d’un couple exogamique dont les enfants portent des patronymes juifs alors qu’ils ne le sont pas eux-mêmes. Il y avait, dès le début, un important écueil à surmonter, à savoir que le judaïsme français originaire n’est pas endogène, c’est-à-dire que ses familles les plus anciennes ont été dissoutes par l’assimilation. (...)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.