Passer au contenu principal

Paolo Gilardi: Il faut stopper le jeu!

Nouvelle édition de notre revue des blogs publiés sur le forum blog.tdg.ch de la Tribune de Genève et dans notre Webzine. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Les blogs sont publiés sous la seule responsabilité de leur auteur. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

Paolo Gilardi: Il faut stopper le jeu!

(...) S'il n'est pas question ici de discuter de la pertinence des mesures adoptées, il est nécessaire d'attirer l'attention sur les abus qu'une telle altération des règles du jeu démocratique pourrait entraîner et sur les nécessaires antidotes à adopter. En effet, le droit de réunion, celui de manifester et le droit de grève que les mesures prises réduisent à de purs concepts abstraits ne sont pas seulement des droits constitutionnels. Ce sont des instruments qui permettent de défendre les intérêts de larges couches de la population dans le cadre de rapport contractuels bien souvent inégaux. Ainsi, le droit de se réunir, pour discuter, pour décider ensemble, n'est pas une notion vague: c'est l'instrument de la mise en commun des idées, des intelligences, c'est l'outil de la définition de la volonté générale. S'en priver, c'est s'exposer au risque d'une volonté imposée par en haut, selon des critères sur lesquels nous ne pourrions avoir aucune prise. (...)

Jean-Dominique Michel: Covid-19 : fin de partie ?!

Nous voici donc nous dit-on en « état de guerre ». Nouveauté certes pour nos générations qui (sauf pour les plus anciens) n’ont connu que des temps de paix. L’Europe est sous un quasi-couvre-feu, avec une restriction massive des libertés individuelles et une casse économique et sociale qui promet d’être dramatique. Les discours des chefs d’état s’enflamment à qui mieux mieux: nous sommes « attaqués », l’ennemi est « invisible », « sournois », « redoutable » mais nous en viendrons à bout ! Ce genre de vocabulaire paraît d’un autre âge. La réalité est plus prosaïque… (...) D’où je parle… Je suis anthropologue de la santé et expert en santé publique. Mon métier consiste depuis plus de 30 ans à étudier les pratiques des soins et les dispositifs sanitaires. (...) Depuis le début de l’émergence du coronavirus, je partage mon analyse qu’il s’agit d’une épidémie banale. Le terme peut choquer quand il y a des morts, et a fortiori dans la dramaturgie collective hallucinée que nous vivons. Pourtant, les données sont là : les affections respiratoires habituelles que nous vivons chaque année font bon an mal an 2'600'000 morts à travers le monde. Avec le Covid-19, nous en sommes, au quatrième mois de l’épidémie, à 7'000 décès, ce qui est statistiquement insignifiant. (...) Oui, mais tous ces morts et ces services engorgés ?! C’est hélas le vrai point noir (...) C’est l’existence de ces cas graves (estimés de manière absurde à 15% des cas, probablement en réalité 10 fois moins) qui justifie que l’on ne s’en remette pas simplement à l’immunité de groupe. (...)

Catherine Armand: La sortie

Aujourd'hui, je suis allée m'approvisionner en fruits et légumes dans une ferme bio de la région genevoise (je ne vous dirais pas où, car ils sont déjà débordés et refusent donc que je leur fasse de la pub). Une dizaine de kilomètres à pied, sac au dos, pour être au grand air, et éviter la promiscuité incontrôlée de la Coop ou la Migros. (...) En chemin, c'était une autre histoire. Seule et en marche rapide, j'ai dû faire de nombreux détours et décrochages dans les champs pour éviter des grappes de promeneurs nonchalants, agglutinés sur les étroits chemins, se frôlant en se croisant, apparemment inconscients des risques. C'était ma première sortie depuis plusieurs jours (...)

Pascal Holenweg: L'épidémie qui trie

(...) Qu'est-ce qui a changé depuis un siècle, depuis la grippe espagnole ? pas la mécanique d'une pandémie, mais les moyens à disposition pour l'enrayer et la surmonter. En 1918, il fallait au moins une journée pour que toute la population soit informée des décisions prises par les gouvernants et les services de santé -il faut moins d'une heure aujourd'hui. Et on en sait plus, aussi, sur les virus et leurs vecteurs. Plus rien ne peut dès lors excuser la dénégation de ce qui devrait sauter aux yeux : cette pandémie est ravageuse, et mortelle. Peut-être est pour cela que nous y répondons parfois, ou souvent, comme, si l'on en croit Elisabeth Kübler-Ross, on répond à l'annonce de sa mort prochaine, d'abord par le déni, ensuite par la colère, puis par quelque chose qui tient de la négociation, puis encore une profonde dépression, dont on sort par une acceptation résignée. A quel stade en sommes-nous ? (...) En attendant, chantez, gueulez, battez tambours, sonnez trompettes tous les soirs à vos fenêtres ou sur vos balcons à 21 heures pour leur manifester notre soutien.

Claude Bonard: Les inventeurs oubliés du PQ

M. John Gayetti ( décédé à San Francisco en 1907) serait heureux de voir que sa découverte est très populaire aujourd'hui ! Il est en effet l'inventeur du papier-toilette "moderne" même si l'usage du papier destiné à cet usage remonte aux empereurs chinois de la dynastie Song ! Quant à M. Seth Wheeler, il fut l'inventeur, en 1891, des rouleaux si recherchés aujourd'hui et que les gens s'arrachent en ces temps de Covi-19. Pour en savoir davantage, lire (...)

Alain-René Arbez: Prière en ce temps d’épidémie mortelle

Nous te prions pour garder la sérénité et l’espérance en cette période d’épreuve, où chaque jour nous apporte son lot de mauvaises nouvelles et où se manifestent les limites de nos actions humaines. Les anciens imaginaient les épreuves et les mauvais coups du sort comme étant signes de ta colère envers des êtres humains indifférents à tes commandements. Mais le psaume relevait déjà le défi de la confiance en éclairant les aléas de la terre par les promesses du ciel : « sa colère n’est que d’un instant tandis que sa grâce dure toujours… » (...) Lorsque ses disciples lui ont demandé d’intervenir pour nourrir toute une foule affamée, le Christ leur a dit : « donnez-leur vous-mêmes à manger ! ». Aujourd’hui, il nous encourage à donner les soins nécessaires aux malades touchés par l’épidémie, il nous invite surtout à prendre nous-mêmes les précautions indispensables pour protéger les autres. Nous te prions Seigneur pour les personnels soignants actifs au chevet de ceux qui sont terrassés par la maladie. (...)

Beate Giffo-Schmitt: Journal de Confinement

Lundi j’étais fâchée parce que je voulais continuer à travailler au bureau, mais on ne m’a pas laissé. Je ne suis pas essentielle à la survie de l’entreprise. On me dit de me préparer pour travailler à distance. Comment est-ce qu’on se prépare à une chose complètement inconnue ? J’emporte avec moi une grosse pile de documents pèle-mêle. J’aurais enfin le temps de tout lire et classer. Puis quoi ? On n’a jamais eu l’occasion de tester le télétravail avant cette crise, alors ce sera l’aventure. (...) Mardi matin. Première anomalie quand le radio réveil se met en marche… J’entends les oiseaux du jardin chanter à tue-tête. Je les nourris seulement depuis le début de l’année, mais visiblement ils se sont passé le mot. (...) Ce qui me manque le plus est le fait de pouvoir marcher. Au bureau je me lève à la moindre occasion pour parcourir les corridors. (...) Pour finir la journée je décide d’attaquer mon nettoyage de printemps en rangeant mon armoire. Ne pas trop à la fois, car nous avons encore bien des journées à remplir devant nous. (...)

Didier Bonny: Du grand au petit écran

« Happy Birthdead » Inédit. 3 étoiles. « Happy Birthdead ». RTS 1, nuit du vendredi 20 au samedi 21 mars, 00h45 et « Ant-Man » 3 étoiles. « Ant-Man ». RTS 2, vendredi 20 mars, 23h20. (...) Doté de pouvoirs qui lui permettent de se faire aussi petit qu'une fourmi, mais avec une force inversement proportionnelle à sa taille, « Ant-Man » va devoir affronter le méchant de service, lui aussi en possession de cette technologie, pour l'empêcher de la vendre à des fins guerrières. Rien de bien neuf par rapport au film de ce genre sur le fond, mais on n'en dira pas autant sur le forme. En effet, l'humour est omniprésent et on rit franchement à plusieurs reprises. (...)

François Velen: Embellie, les milliards pleuvent !

(...) Que de milliards débloqués pour sauver l'économie, de la plus petite à la plus grande entreprise quelque soit son but. C'est une constellation de milliards qui vient assécher les risques de faillites, les manques de liquidités, que sais-je. Je ne sais où cela va conduire les budgets, les comptes-rendu des nations touchées par le virus. Cette embellie, louable soit-elle, me laisse pensif, je pense que vous aussi, je subodore que le monde aussi. Lorsqu'il y a péril en la demeure dans les pays pauvres, sous-développés, en manque de tout, là où la mort se fait sentir au coin de rues, on ne met pas le monde économique en émois. Mis à part des chansons interprétées par les vedettes du monde artistique aux fins de récolter le maximum d'argent, que font vraiment les pays qui ne sont pas touchés, où la vie est presque parfaite. (...)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.