Olivier Perroux: Table avec vue sur le canyon

Bons blogsMaurice-Ruben Hayoun: Antisémitisme. John Goetelen: Violence domestique en Grande-Bretagne. Rodolphe Weibel: La paille et la poutre. Captain Marvel.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Sur //blog.tdg.ch, tout plein de bons blogs à consulter et à commenter. Rendez-vous sur le portail des blogs de la Tribune de Genève Pour consulter les blogs sélectionnés ci-dessous, cliquez sur la signature. Les blogueurs apprécieront d’autant plus vos commentaires qu’ils seront courtois, argumentés et signés. Pour lire les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre!

Retrouvez toutes les revue des blogs

Olivier Perroux: Table avec vue sur le canyon

(...) Le viol de l’imaginaire. Une notion née il y a maintenant près de 70 ans dans la pensée d’un psychiatre Antillais, Frantz Fanon, pour décrire un processus lent et inconscient d’asservissement de la pensée des peuples colonisés ou asservis. Le dominant, blanc, chrétien et « civilisé » est supérieur aux autre peuples qui sont dominés. En quelques années, le viol de l’imaginaire habite chaque pensée de chacun des membres de ces peuples indigènes, à un point tel que le blanc n’a même plus besoin d’exprimer sa supériorité. Elle est intériorisée par tous. Ils ont été nombreux à lutter contre cette construction inconsciente du viol de l’imaginaire: Fanon bien sûr, mais encore Aimé Césaire, Steve Biko, Nelson Mandela, Thomas Sankara, et tant d’autres noms qui sont célébrés aujourd’hui encore comme des modèles à suivre. L’Afrique du Sud est désormais une démocratie et l’égalité y est une valeur fondamentale. Nom d’une pipe, mais comment a-t-on pu se laisser piéger pareillement? Je suis blanc et maintenant que la salle est presque pleine, je remarque que je suis assis sur le podium face à la vue. Aucune ruée sur ces tables, tout s'est fait naturellement. En jetant un rapide coup d’oeil autour de moi je constate que tous les blancs sont dans la même partie du restaurant et tous les noirs dans les deux autres. D’autant plus saisissant que nul ne semble vivre ce petit-déjeuner dans une atmosphère discriminante. (...)

Maurice-Ruben Hayoun: Antisémitisme

Karl Kraus, phare et brûlot de la modernité viennoise par Jacques Le Rider (Le Seuil) A vrai dire, ce qui m’a le plus frappé dès la lecture des premières pages de l’introduction, c’est l’accumulation, la récurrence (amplement justifiée) de l’épithète antisémite accolée à tant de personnalités autrichiennes, depuis le personnel politique jusqu’aux artistes et aux hommes de lettres, de sciences, aux membres des associations estudiantines, etc… (...) Comment conclure ce long compte rendu d’une personnalité aussi paradoxale, aussi fuyante et aussi flamboyante ? Pour l’auteur de ces quelques lignes, traducteur de La haine de soi de Théodore Lessing (Agora, 2011), il est difficile de ne pas souligner les rapports hautement conflictuels que cet homme entretenait (volontairement ou involontairement) avec ses origines, son héritage juif. Parfois, on lisant des pages et des pages de ce grand livre sur Kraus, j’avais l’impression de lire une sorte d’histoire de l’antisémitisme à Vienne ou en Autriche. (...) Je renvois bien volontiers à un article de Moritz Goldstein paru en 1912 dans la revue pangermaniste Kunstwart de Ferdinand Avenarius (car nul ne voulait le publier) ; le jeune auteur tirait la sonnette d’alarme en ces termes :… Nous autres juifs, gérons le patrimoine intellectuel d’un peuple qui nous dénie le droit de le faire. Triste constat, annonciateur de choses encore plus horribles. Mais quelle différence par rapport à aujourd’hui où la langue hébraïque a reconquis ses lettres de noblesse.

John Goetelen: Violence domestique en Grande-Bretagne

(...) Sur la décade 2001-2010 le taux d’hommes parmi les victimes est autour de 40%, y compris pour des faits graves. Soit près de la moitié. C’est ce que révélait une étude publiée en 2010 par The Guardian. (...) Le déni vient donc en partie des hommes eux-mêmes. Mais il vient aussi largement des organisations féministes. L’idéologie victimaire règne sans partage. Elle permet de gagner une posture morale, celle de la victime innocente, et donc d’être écoutée, et de soutirer des fonds à la collectivité. L’accusation généralisée des hommes est une émotion jouissive et un job rémunérateur. Et puis, franchement, un homme qui pleure, non seulement ça fait désordre, mais les femmes n’aiment pas trop – ou pas longtemps, ou si c’est le mari d’une autre: c’est signe que cet homme n’est plus un protecteur. De plus il subtilise aux femmes leur deuxième arme principale, juste après la séduction: les larmes.

Rodolphe Weibel: La paille et la poutre

Genève Home information, sous la plume de Monsieur Fabio Bonavita, et Le Matin Dimanche, Monsieur Julien Culet, ont tous deux publié pendant la semaine écoulée un article consacré à la bataille du rail, excellents tous les deux. (...) Voici la réponse donnée au Matin Dimanche : « Dans cette proposition, la logique de circulation des trains remet fortement en cause le fonctionnement du cadencement suisse et dégrade l’offre proposée aux voyageurs avec notamment un allongement du temps de parcours entre Genève et Lausanne, et la modification des liaisons entre Genève Aéroport et le centre-ville. » Point final également. Mais scrogneugneu ! Ces inconvénients, d’ailleurs mal fondés, sont-ils suffisants pour faire oublier les inconvénients de la solution que proposent les services de l’Etat ? On résume…

Captain Marvel

Hassan (nom connu de la rédaction): (...) Ce film n'est pas parfait. Certaines scènes ne sont pas tout à fait réussies et le rythme est parfois un peu étrange. Ce dernier point est souhaité par la réalisation puisque Carol Danvers est sujette à des flash-back lorsqu'elle comprend une partie de son histoire. Ce film concerne moins une intrigue générale que l'histoire de Carol Danvers. On la découvre amnésique et, au fur et à mesure, elle récupère son histoire personnelle et donc son identité. D'une simple soldate elle devient une personne individuelle qui prend ses propres décisions. Ce processus passe aussi par son passage d'apprentie à celui d'héroïne. Dès le début, le film et les personnages, masculins, principaux lui déclarent qu'elle n'est pas assez forte, pas assez entrainée et qu'elle a besoin d'eux. Lors d'une scène précise, elle comprend que ce qu'elle pensait être des échecs n'étaient que des épisodes durant lesquels elle se relève afin de continuer à se battre. À partir de ce point, elle refuse d'essayer de prouver ses capacités pour simplement les utiliser. Le film s'intéresse aussi à la guerre. (...)

Jean-François Mabut: Des journalistes sans formation préalable à la RTS

Session de rattrapage de Medialog, pratiquement la seule source d'actualité en Suisse romande sur le métier de journalisme, ce métier si divers qui fabrique les journaux d'actualité citoyens, qu'ils soient imprimés ou en ligne, édités en flux continu ou une fois par heure, par jour, par semaine, par mois..., sur des chaînes de radio ou de télévision ou sur l'Internet... Et ce n'est pas du tout la même chose. Première séquence, voilà dix ans que Tamedia (Tages Anzeiger, Bund, Berner Zeitung, Basler Zeitung...) a acheté Edipresse (24 Heures, Le Matin, La Tribune de Genève). Seconde séquence: vocation journaliste, trois journalistes récemment sortis de la formation dispensée par le CFJM racontent leur motivation. Un constat: à aucun moment, on n'a évoqué la démocratie, la participation citoyenne, la formation de l'opinion, l'édification des gens, la valorisation de l'esprit scientifique. Bref le journaliste exerce-t-il un métier de service public? Quelle est l'intérêt public de médias qui seraient de pure distraction? (...) Comment regagner la confiance du public? La RTS, dit Antoine Droux, journaliste producteur de Medialog, a décidé de revoir le mode de recrutement de ses journalistes. Fini le cursus universitaire obligatoire… (...)

Créé: 10.03.2019, 16h44

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

)6 nouveaux projets en faveur des piétons et des cyclistes
Plus...