Passer au contenu principal

Le meilleur des blogsMaurice Gardiol: L'esprit des fleuves

Nouvelle édition de notre revue des blogs publiés sur le forum blog.tdg.ch de la Tribune de Genève et dans notre Webzine. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Les blogs sont publiés sous la seule responsabilité de leur auteur. Pour retrouver les blogs, sélectionnez la rubrique OPINION! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

Maurice Gardiol: L'esprit des fleuves

Pour sa 25ème édition, le calendrier des religions publié par les éditions AGORA, a travaillé en collaboration avec l’Initiative pour l’Avenir des Grands Fleuves présidée par l’académicien Erik Orsenna. Illustré de magnifiques photos, il comporte non seulement un agenda des fêtes religieuses ou laïques de septembre 2020 à décembre 2021, mais aussi toute une présentation didactique et passionnante sur les fleuves et leur environnement. (...) Dans bien des cas, cette relation privilégiée est tout à la fois spirituelle et mémorielle. Elle se traduit dans des rites, comme celui du baptême tel que le pratiquent certaines Églises chrétiennes dans le delta du Mississippi. Par-delà sa diversité, la relation des religions avec les ?euves témoigne de la vitalité universelle de ce lien. La plupart d’entre eux sont ainsi chargés d’histoire et de spiritualité. Le calendrier des religions, créé à l’origine par la Plateforme interreligieuse de Genève qui en assure toujours la diffusion dans notre canton, est publié depuis de nombreuses années par les éditions AGORA (...) Pour un savoir plus: www.interreligieux.ch/calendrier-2020-21

Denis Berdoz: Décrypter la courbe de fréquentation

(...) Après avoir été au plus bas à 15% à la fin mars, elle se situe actuellement à plus de 80% par rapport l’année dernière. (...) En comparaison avec d’autres secteurs – le transport aérien, par exemple – je me garderai bien de me plaindre. Il m’importe toutefois de comprendre cette évolution. D’autant plus que nous appliquons des mesures strictes depuis plusieurs mois pour protéger la santé de nos collaborateurs et de nos clients, soit le port du masque obligatoire, le nettoyage renforcé de nos véhicules, la sécurisation de nos cabines de conduite et l’incitation à l’achat en ligne. (...) La promotion des transports publics dans les collectivités et dans les entreprises s’impose comme un autre axe d’action. Le professeur Vincent Kaufmann de l’EPFL illustre cette piste en proposant dans la Tribune de Genève de conditionner la pratique du télétravail au renoncement à une place de parking afin d’inciter les travailleurs à se rendre ponctuellement au bureau en transport collectif. Plus qu’une contrainte, l’évolution de la courbe de fréquentation se présente comme une opportunité à repenser nos pratiques, sachant que la mobilité demeure une préoccupation centrale des Genevois. La réflexion ne fait que commencer.

----------

Tous les jours une nouvelle revue des blogs hébergée par @tdg.ch. Les blogs sont publiés sous la responsabilité de leur auteur. Ils n'engagent pas la rédaction de la Tribune.

----------

Edmée Cuttat: Dans ”Misbehaviour”, des féministes perturbent le concours de Miss Monde

Emission la plus regardée sur la planète en réunissant plus de cent millions de téléspectateurs, le concours de Miss Monde est au faîte de sa gloire à la fin des années 60. Pour Sally Alexander, étudiante anglaise en histoire, ce spectacle est particulièrement dégradant. Selon elle, il s'apparente plutôt, notamment avec la pesée des concurrentes et les zooms sur leurs fesses, à une foire aux bestiaux. (...) Aux commandes de cet épisode authentique du combat féministe en Angleterre, Philippa Lowthorpe, qui use d’un ton léger pour raconter les coulisses du concours menacé par l’opération de cette bande d'agitatrices rebelles. Elle propose une comédie socio-politique pimentée d’humour, tout en se livrant à une observation intelligente d’un sexisme et d’un racisme loin hélas d’être aujourd’hui dépassés. La réussite de Misbehaviour, il est vrai moins virulent que le laisse supposer son titre français Miss Révolution, tient beaucoup à ses acteurs. (...)

David Frenkel: Les CFF roulent pour certaines gens

En lisant le journal 20Minutes, j’apprends que les contrôleurs CFF s’abstiennent à verbaliser certains resquilleurs. (...) « Comment ça va chef ? Ça faisait longtemps, hein ?" Au grand étonnement des observateurs, le contrôleur, bon prince, imprime alors trois billets surtaxés et les leur tend, et cela, sans recevoir aucun paiement, oui, vous avez bien lu ! Interrogé par le journaliste sur la raison du tutoiement, le contrôleur a répondu avec le plus grand sérieux : « A force de les croiser à bord plusieurs fois par semaine et de les contrôler sans titre, ça crée un lien. » Il faut se pincer pour se demander si l’on a bien lu. (...)

John Goetelen: Vésubie 1926, l’autre drame

(...) Mais pourquoi cette catastrophe? La pluie, mais pas seulement. Les pluies exceptionnelles d’octobre et novembre 1926 avaient arrosé une région aux sols déjà saturés. (...) Météo-Paris le raconte ainsi et fixe le record mensuel de pluie, encore valable aujourd’hui: (...) Mais une autre cause, permanente, structurelle, est due à l'homme. Au-dessus de Roquebilière, les paysans arrosaient parfois à l’excès, tout l’été, par des canaux, cela depuis des années. La terre, jamais sèche, a commencé a former des poches. Les masses d’eau déversées pendant des années ont déstabilisé les sols. À cela s’ajoute une sismicité de la région. Quelques heures avant la catastrophe, « des mouvements sismiques ont été ont été constatés par des témoins nombreux, tout le long de la bande triasique. » Toute cette région est sous la menace des pluies habituellement torrentielles de l’automne, les épisodes méditerranéens. Il y a une semaine, l’un d’eux a rencontré la tempête Alex, au mauvais endroit. Ce fut comme une déflagration.

Marie-France de Meuron: Que devient la créativité?

(...) Je me souviendrai toujours d'une jeune fille qui pleura en se souvenant d'un événement survenu à l'âge de 8 ans: elle avait dessiné une belle vache bleue et la maîtresse lui dit froidement : As-tu déjà vu une vache bleue, recommence! Combien de fois des adultes, surpris par une attitude ou un geste non conforme de leurs enfants, leur coupent-ils leurs propensions naturelles à s'exprimer? La crise coronavirale nous procure des conditions extra-ordinaires de créer des solutions, tout en nous recréant nous-mêmes, en développant des qualités encore enfouies en nous. Les vieux marins disaient : "la nécessité est la mère de toutes les inventions". Ce qui est désolant, c'est qu'au contraire, la réaction de nos dirigeants va dans l'autre sens : ils se figent dans des décisions très arbitraires et peu nuancées, tout en nous privant en premier lieu d'une bonne partie de nos moyens de créer nos propres défenses immunitaires et nos propres habitudes de vie afin de nous protéger, tout en étant attentifs aux besoins des plus vulnérables. On attendrait des journalistes qu'ils nous incitent à stimuler notre créativité. Au contraire… (...)

Pascal Holenweg: Action sociale d'urgence : Dialogues de sourds

(...) Si le canton, par la voix du Conseiller d'Etat Thierry Apothéloz, se défend dans "Le Courrier" de lundi de ne pas en faire assez (personne, en tout cas, ne lui reproche d'en faire trop), les communes, elles, refusent de faire plus si le canton n'en fait pas plus ou ne le fait qu'en le leur faisant payer, et la Ville attend que toutes les collectivités publiques prennent leur part d'une tâche qu'on ne peut assumer en se confinant dans les limites d'une commune, fût-elle la principale. (...) Le Conseil d'Etat a donc concocté un avant-projet de loi pour, selon lui, "clarifier les responsabilités" (...) Les communes ne refusent pas de contribuer à l'action sociale, elles refusent qu'on leur transfère des charges sans les compétences qui correspondent à ces charges. (...) La pauvreté est là. Y répondre est une tâche d'urgence, et y répondre en la prenant telle qu'elle est, dans toutes ses manifestations, et toutes les catégories sociales qui y sont confrontées, un devoir des collectivités publiques. Choisir ses pauvres, (...) c'est la vieille pratique de la vieille charité. A quoi s'oppose la solidarité sociale, celle qui redistribue à tous ceux qui n'ont rien, ou pas grand-chose, un peu de ce qu'on a pris à ceux qui ont beaucoup. (...)

Claude Bonard: Calendrier, Genève a fait de la résistance

La date du 15 octobre 1582 marque la naissance du calendrier grégorien. Mais comme nous l'apprend le Dictionnaire Historique de la Suisse, Genève attendit l'année 1701 pour l'adopter. A l'aune de ce nouveau calendrier, la nuit du 21 au 22 décembre est la plus longue de l'année. Et suivez mon regard, ce fut celle de l'Escalade, que l'on célèbre en toujours en fonction du calendrier julien, à savoir du 11 au 12 décembre pour les Genevois de 1602. Pourquoi en 1701 ? tout simplement parce que les Genevois ont suivi les exemples des cantons et territoires protestants de Zurich, Berne, Bâle et Schaffhouse et Neuchâtel qui s'alignèrent sur les Etats protestants allemands.

Jean-Philippe Accart: Annemarie Schwarzenbach : ”Départ sans destination”

C'est le titre de l'exposition photographique que le Centre Paul Klee à Berne consacre à cette voyageuse impénitente que fut la Zürichoise à partir des années 1930. A la fois voyageuse, écrivaine et journaliste, elle est aussi photographe et témoigne donc de son temps au travers de son Leica. Les Archives littéraires suisses conservent 7 000 de ses clichés, dont certains sont en ligne, et c'est un vrai bonheur de naviguer de l'Orient à l'Afrique et aux Amériques avec elle, en compagnie parfois d'une autre voyageuse célèbre, Ella Maillart (elles accomplirent ensemble en 1939 un voyage qui les mena en Iran et en Perse à bord d'une Ford). Annemarie Schwarzenbach écrit beaucoup (...)

Pierre Béguin: CEVA, cherchez l'erreur!

(...) Pour autant, je reste avec une double question lancinante qui, encore une fois, n’aura pas de réponse: - Mais à quoi peut donc bien servir une gare CFF si coûteuse, si immense et si vide, sans rien à l’intérieur et sans une seule place de parking à l’extérieur? - Mais à quoi peut donc bien servir l’office des TPG au Bachet? Et ce long silence des espaces transports publics m’effraie… Ce n’est pas fini. Retour donc à Pont-Rouge. Je cherche l’office des TPG. Introuvable. Je demande aux quelques rares passagers, aux commerçants alentour, aux passants… Je pense au capitaine Haddock au Pérou: No sé, no sé, no sé… (les tintinophiles comprendront). Au bout d’une vingtaine de minutes, miracle! Je tombe par hasard sur l’entrée de l’office, cachée dans une petite rue où personne ne passe: - Mais pourquoi ne mettez-vous pas une enseigne bien visible sur la grande artère où circulent les trams? demandai-je courroucé par tant de temps perdu. Réponse de l’employé avec son uniforme frappé des lettres TPG sur la poitrine: - Nous occupons des locaux des CFF et les CFF nous interdisent de placer une telle enseigne côté route du Grand-Lancy. (...) Cédric Ségapelli: Colin Niel

Outre La Série Guyanaise qui a fait sa renommée avec les enquêtes passionnantes du capitaine de gendarmerie André Anato se déroulant dans le contexte lointain de ce département d’outre-mer, Colin Niel, loin de surfer sur le succès de cette série, trouve encore le moyen de nous séduire avec des romans noirs comme Seules Les Bêtes (Rouergue Noir 2017) dont l’adaptation au cinéma par Dominik Moll a connu un très grand succès. Jalonnant toute l’oeuvre du romancier, la nature et la faune, sont des thématiques omniprésentes qui prennent davantage de place dans un roman tel que Ce Qui Reste En Forêt (Rouergue Noir 2018) où l’on découvrait les enjeux des recherches scientifiques dans une station scientifique de la Guyane française. Avec Entre Fauves, Colin Niel reprend ces thèmes en abordant notamment tout l’aspect lié à la chasse et à ses abus, ainsi que les dérèglements climatiques qui bouleversent les habitudes d’une faune locale que ce soit dans les Pyrénées ou du côté de la Namibie, deux régions fascinantes où l’auteur nous entraîne dans un véritable chassé-croisé bourré de suspense. (...)

André Pfeffer: « Non » à des atteintes à la sphère privée.

(...) Sur le fond, la crise du COVID-19 constitue un choc non seulement pour les personnes touchées par ce fléau, mais aussi pour plusieurs secteurs économiques avec des pertes massives et de nombreuses suppressions d’emplois. Par ricochet, d’autres branches sont à leur tour victimes du ralentissement économique. S’il convient de nous protéger contre le coronavirus et ne pas sous-estimer ce danger, les mesures destinées à lutter contre l’épidémie de COVID-19 doivent être raisonnables et proportionnées. Pour l’UDC, il importe non pas de restreindre excessivement nos libertés fondamentales, mais de sensibiliser la population en développant la responsabilité et la discipline individuelles de tout un chacun afin de viser la reprise de la vie sociale et économique.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.