Passer au contenu principal

Mathias Buschbeck: Un.e Vert.e au Conseil fédéral... et vite !

Nouvelle édition de notre revue des blogs publié sur le forum blog.tdg.ch de la Tribune de Genève.. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci, pour la qualité de notre forum, d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

Mathias Buschbeck: Un.e Vert.e au Conseil fédéral... et vite !

Depuis hier après-midi, j’entends et je lis les plus grandes sottises sur une présence verte au Conseil fédéral. Evidemment que nous avons le droit à notre siège ! Et tout de suite ! Ceci essentiellement pour trois raisons. Premièrement, la volonté populaire s'est exprimée et souhaite que les Verts prennent des responsabilités. Il est inimaginable, dans l'esprit des institutions helvétiques, que la cause écologiste, au sens large, qui représente 44 sièges au Conseil national, ne soit pas présente au gouvernement. Deuxièmement, en rester à la situation actuelle ne représenterait pas le rapport de force actuel du parlement et serait rapidement synonyme de blocage, tout le contraire de ce que nous avons besoin aujourd'hui. Le bloc UDC-PLR a subit une déroute et ne peut tout simplement plus être majoritaire au Conseil fédéral. Enfin, le contre-argument le plus fallacieux… (...)

Hani Ramadan: Où va la France ?

Il ne fera bientôt pas bon être musulman pratiquant en France. Que des gens d’extrême droite, ou des islamophobes notoires comme Zemmour voient dans le drame qui s’est déroulé à Paris l’occasion de fustiger sans détour l’islam, on pouvait s’y attendre. Que des voix s’élèvent pour réclamer la démission d’un ministre qu’on estime responsable de ce que personne ne pouvait prévoir en réalité, rien d’étonnant à cela. Mais que la classe dirigeante adopte des mesures qui résonnent comme une criminalisation des pratiques musulmanes, perçues comme autant de signes de radicalisation, voilà qui est inquiétant. (...) Il est temps de rappeler aux dirigeants et aux responsables politiques en question un certain nombre de principes qu’ils ont visiblement perdus de vue : D’abord, les lois et les valeurs de la république imposent à tous les citoyens de défendre le droit de chacun de vivre selon ses convictions religieuses, et de dénoncer tous les amalgames qui pourraient conduire à des généralisations orientées contre un segment spécifique de la société, en l’occurrence contre les musulmans. C’est cette attitude qui est condamnable, et non pas les pratiques religieuses, qui peuvent s’exercer librement, en privé ou en public, selon la Déclaration des droits de l’homme. (...)

Alice Genoud: « Pour un pilotage démocratique de l’aéroport »

Le développement acté par le PSIA va à l’encontre des demandes des riverain-e-s, des communes et des milieux environnementaux. Il est donc plus que nécessaire que cette infrastructure, importante pour le canton mais aussi ayant un tel impact sur la population, soit mieux encadrée par un processus démocratique, afin que son développement fasse l’objet d’une réelle concertation, constructive et transparente. C’est seulement ainsi que l’aéroport sera porté et soutenu par l’ensemble de la population genevoise. (...) Après plus de trois ans de processus législatif, force est de constater que le contre-projet ne répond aucunement aux attentes. Elaboré en vitesse, avec une concertation minime, il acte la situation actuelle dans notre Constitution : recherche d’un développement effréné de l’aéroport sans réflexion plus large sur les conséquences de ce dernier. Alors que l’initiative fait de la limitation des nuisances une des missions de l’AIG, le contre- projet place à nouveau les objectifs financiers des compagnies aériennes au-dessus. De fait, il s’oppose à ancrer la concertation avec les communes proposée par l’initiative, refusant ainsi un débat nécessaire. (...)

David Frenkel: La corruption multiforme

(...) Par exemple : dans un marché du logement asséché, combien de bails à loyer se signent-ils grâce aux coups de piston ? Dans la jungle des affaires, combien de contrats procurant de gros avantages se concluent-ils entre la poire et le fromage ou entre la flatterie et la gâterie ? Et de manière générale, dans ce bas-monde, combien de rapports de complicités acquises avec des espèces sonnantes et trébuchantes ou naissant à la faveur de rapports de sympathies spontanées jalonnent-ils le quotidien de nombre de personnes ? Ne jouons donc pas les vierges effarouchées, car qui d'entre nous à un certain moment de sa vie ne s'est-ils pas fendu d'un sourire enjoliveur pour obtenir une faveur, n'a-t-il pas élevé un regard énamouré vers la personne que l'on aimerait amadouer ? La corruption, cette vilenie, ne se mesure pas uniquement à l'aune de l'argent, mais aussi à l'aune de l'entregent. (...)

Maurice-Ruben Hayoun: Les Kurdes, la quadrature du cercle...

(...) Les enseignements à tirer à la faveur d’un tel affolement sont très nombreux et d’une extrême gravité. (...) Israël a pu confirmer sa règle immuable : ne compter que sur Dieu et sur soi-même. Ce qui est bon pour l’Amérique n’est pas nécessairement bon pour le reste du monde. Cette volte face des USA, que dis-je, d’un seul homme, le président, a surpris tout le monde, y compris le ministère de la défense et les conseillers pour la sécurité du pays. Imaginez qu’il agisse de la sorte en ce qui concerne la sécurité de l’Etat juif… (...) Une brève rétrospective : lors de la guerre du golfe, la première, les Chiites avaient été abandonnés, livrés à eux mêmes et à la fureur vindicative de Saddam Hussein : ils ont payé très cher leur soulèvement, pensant que les USA les soutiendraient… On connaît la suite. Le chah d’Iran et le président égyptien Husni Moubarak l’ont eux aussi appris à leur dépens : après de beaux discours et des années de politique amicale, ces deux dirigeants, qui ont été ce qu’ils ont été, furent écartés du pouvoir, sans que Washington ne remue le petit doigt alors que la politique US dans la région était fondée sur leur coopération…

Hélène Richard-Favre: Sourd rapport de force

(...) C’est lorsqu’un pouvoir peine à imposer le respect des valeurs qu’il est censé incarner que menace le désordre. Et nombre de situations s’observent où ce qui devrait prévaloir en démocratie, échoue. Dans ce sens, qu’il s’agisse de violence policière à l’encontre de manifestants ou de violence d’élèves envers leurs professeurs, force est de constater que transgression il y a. Autant des forces de l’ordre que des adolescents. Et quand la violence, d’où qu’elle émane impose sa loi, on n’est plus dans l’idéal démocratique mais dans le sourd rapport de forces.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.