Passer au contenu principal

Marie-France de Meuron: Pénurie de médicaments, quel en est le sens?

Pierre Kunz: La biodiversité peut attendre, pas le climat. Jean-Michel Olivier: Hommage à Marie Gaulis (1965-2019). Guy Mettan: Planète bleue en campagne, le tour des communes genevoises à pied. Valentin Dujoux: Les larmes de crocodile des lobbys d’un autre âge, et si on en parlait ? Maurice-Ruben Hayoun: La villa SAYER Le Bauhaus au cœur du bocage normand…

Voici la revue des blogs de notre forum blog.tdg.ch. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci, pour la qualité de notre forum, d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

Marie-France de Meuron: Pénurie de médicaments, quel en est le sens?

Que ce soit en Suisse, en France ou en Belgique, l'alerte est donnée. Alors les gouvernements et les associations cherchent les coupables et en accusent Big Pharma et ses modes de procéder, comme celui de faire appel à des fabricants asiatiques ou de renoncer à produire certains médicaments non rentables. (...) Il est donc temps de revenir à l'art de guérir et de revoir ce qui est à modifier dans la formation du corps médical. En effet, les futurs médecins officiels sont formatés pour appliquer les protocoles en cours et beaucoup moins pour développer leurs sens de l'observation et de la perception de ce que vivent les patients. L'art d'interroger s'est perdu : les statistiques du temps d'écoute d'un médecin face à un patient sont désastreuses : 23 secondes aux USA, 85 en France! (...) Il existe actuellement beaucoup de thérapeutes formés en médecine énergétique qui permettraient d'alléger les services d'urgence et de pratiquer une médecine précoce, sans dépendre des médicaments qui tendent vers ou sont déjà en pénurie. Une piste nous est offerte en France: le 28 novembre, de 9 à 13, Colloque L'Homéopathie, une solution en santé publique. Assemblée Nationale… Cet événement est grand public et gratuit.

Pierre Kunz: La biodiversité peut attendre, pas le climat

Les scientifiques nous annoncent avec une régularité exaspérante que les calculs qu’ils avaient faits antérieurement ont été révisés. La problématique climatique réanalysée qu’ils communiquent presque chaque mois se révèle plus dramatique que lors de leurs précédentes estimations. Tirant parti de cette escalade, il y a, principalement en Occident, les intégristes qui dessinent avec délectation l’abîme qui, selon eux, inéluctablement nous attend, ceux qui, comme le relève Pascal Bruckner (dans l’Information immobilière, automne 2019), « sont soucieux de condamner notre société et de nous faire payer les destructions que nous avons infligées à notre environnement ». Ceux qui voudraient, au prix de moult souffrances et sacrifices, nous pousser à changer radicalement nos modes de vie, quitte à appauvrir massivement l’humanité. Heureusement, face à ces « desperados », il y a les volontaristes, hommes et femmes, qui connaissent et savent comment mettre en œuvre les outils qui sont à notre disposition pour inverser la tendance au réchauffement, sans appauvrir les habitants de la planète mais au contraire en continuant offrir aux moins favorisés l’espoir d’une vie meilleure. Sur le plan des technologies, ces acteurs (Paul Hawken, Drawdown, Actes Sud, 2018) ont élaboré une liste de 80 mesures, disponibles et praticables. (...)

Jean-Michel Olivier: Hommage à Marie Gaulis (1965-2019)

C'est avec stupeur et tristesse que je viens d'apprendre la disparition de Marie Gaulis, née en 1965 à Thonon, et décédée à La Chaux-de-Fonds le 19 septembre. C'était une femme vive et talentueuse, grande spécialiste de la Grèce, auteur de plusieurs livres brillants, publiés par les éditions Zoé. Fille de Louis Gaulis, grand voyageur et auteur de théâtre, elle a marqué la littérature romande de sa poésie et de son ironie douce. Elle nous manquera beaucoup. Je reproduis un article que j'avais consacré au premier livre de Marie Gaulis, Ligne imaginaire, publiée par Métropolis en 1999.

Guy Mettan: Planète bleue en campagne, le tour des communes genevoises à pied

1e étape : Genève – Genthod en passant par Pregny-Chambésy et Bellevue Comment faire campagne sans trésor de guerre, sans agence de relations publiques grassement payée, sans lobbies prêt à débourser (soit disant sans espérance de retour) ? Réponse : en faisant le plus possible soi-même ! Et si possible en respectant ses engagements électoraux pour une planète durable. C’est avec cet esprit que je me suis lancé hier matin dans une tournée électorale des 45 communes genevoises à pied. Je me suis donné 15 jours. A raison de 3 communes par jour et quelques ampoules aux pieds, ce devrait être possible. (...) Première impression : je savais ce canton bigarré, mais jamais à ce point ! Quel prodigieux mélange de langues, de couleurs de peau, de patronymes pas évidents à prononcer. Genève est devenu un canton très baroque. Deuxième impression : un nombre sidérant de chantiers. Partout des grues, des camions, des camionnettes d’ouvriers, des rues éventrées, des lotissements en construction, des villas en rénovation. Une frénésie de construction semble s’être emparée du canton. Troisième impression : (...)

Valentin Dujoux: Les larmes de crocodile des lobbys d’un autre âge, et si on en parlait ?

(...) A Genève, la question de la mobilité est un sujet que peu de monde ose aborder de front. Tout comme la question du développement de l’aéroport pour lequel on annonce un vol toutes les 90 secondes à l’Horizon 2030. Or, il s’agit d’un levier important pour pacifier de larges zones habitées du Canton et d’au-delà nos frontières cantonales. Alors que le Grand Conseil a voté dernièrement, à une large majorité regroupant 5 partis, une suppression de 4'000 places de parking en surface, deux organisations se lancent dans un combat d’un autre âge par référendum. Soit. Mais à ce titre, faut-il rappeler qu’en Suisse, les transports émettent 32% des émissions de gaz à effet de serre, hors aviation ? Faut-il rappeler que les voitures individuelles et les avions totalisent à eux deux en 2017 plus de 16 millions de tonnes de gaz à effet de serre en Suisse ? La Ville n’est plus un lieu de passage et le canton n’est pas un réceptacle à kérosène et autres gaz mortels. Car oui, s’il a bien un discours à tenir, et une vérité à rappeler, c’est que la pollution tue. (...)

Maurice-Ruben Hayoun: La villa SAYER Le Bauhaus au cœur du bocage normand…

Qui aurait pu s’y attendre ? Une telle villa, la superbe villa SAYER, véritable joyau d’architecture, se situe à moins de dix kilomètres des planches de Deauville ; elle est encore plus près de Beaumont en Auge d’où nous partons pour la visiter en cette belle journée du patrimoine. Sur les conseils avisés du talentueux architecte Jonathan MOOS nous mettons le cap sur cette incomparable villa au cœur même de la Normandie. Du Bauhaus, cette tradition architecturale allemande qui a fait florès autour des années vingt, en Normandie ! C’est un événement à ne pas manquer. D’autant que depuis 2005 la villa a été classée monument historique… En moins d’une dizaine de minutes, nous nous engageons dans ces magnifiques prairies qui nous conduisent vers la ville SAYER, située dans un très beau domaine, verdoyant et parfaitement entretenu. Après avoir garé le véhicule, nous nous dirigeons vers la villa ; les visiteurs précédents que nous croisons nous encouragent à poursuivre, tant le style architectural est unique et original : du style Bauhaus dans toute sa pureté, des formes épurées, un côté élancé, bref une bâtisse d’un genre tout particulier. Au terme de leur visite, ces gens nous disent qu’en dépit de l’impossibilité de visiter l’intérieur de la villa, cela vaut tout de même la peine de contempler ce chef d’œuvre. De l’extérieur ! (...)

PDC Carouge: Rondeau : que fait-on ? Ben rien !!!

(...) Refaire la route de Drize sans transformer le Rondeau était une aberration et les habitants de ce quartier en pleine mutation l’expérimentent tous les jours. Et pire encore avec les nouvelles constructions de la fondation immobilière de la ville de Carouge. Arriver au Rondeau…sera un calvaire…désolé, c’est déjà un calvaire ! A l’époque, ne reculant devant rien, le PDC s’était permis de souffler à l’oreille de notre cher CA (on sait qu’ils lisent beaucoup ce blog) qu’il serait bon de proposer quelque chose rapidement, pendant que le plan d’urbanisation de Carouge Sud, magnifique projet, se met en place. Allez regarder du côté de Meyrin ou encore du côté de Vésenaz, il y a de belles tranchées couvertes, ne serait-ce pas une possibilité pour Le Rondeau ? Et ben rien… Nadinha… (...)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.