Passer au contenu principal

Marc Schindler: Dr Carlos et Mr Ghosn

Nouvelle édition de notre revue des blogs publié sur le forum blog.tdg.ch de la Tribune de Genève.. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci, pour la qualité de notre forum, d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

Marc Schindler: Dr Carlos et Mr Ghosn

Ah, quel coup de génie ! A la veille de la nouvelle année, quand tous les regards sont tournés vers 2020, le grand marionnettiste de la bagnole, Carlos Ghosn prend la poudre d’escampette et quitte sa résidence japonaise pour le soleil de Beyrouth. L’homme le plus surveillé du Japon, emprisonné depuis novembre 2018, privé de ses passeports, interdit de communication, s’est fait la malle. Battu, James Bond ! Ridiculisé, John Le Carré ! On l’avait un peu oublié, l’arrogant shogun tombé dans les terribles geôles japonaises, victimes des ses redoutables seigneurs de Nissan et des effrayants procureurs de l’Empire du Soleil levant. Enfin, ça c’est la version des thuriféraires de l’empereur déchu, le bon Dr Carlos. L’histoire de Carlos Ghosn, c’est une tragédie grecque revisitée par Shakespeare. (...)

Fred Oberson: Tous foutus, comme les dinosaures !

(...) Ne clouons pas tout le monde au pilori, il y a des pétochards sincères qui trient leurs ordures, achètent en vrac quelques fruits et légumes bio au péquenot du coin. Quant à la majorité, c’est vogue la galère, car on ne va tout de même pas attendre les vacances annuelles à l’autre bout de la terre pour déglutir une banane ou un ananas sur place. Au tarif lowcost, ça vaut le coup, car ces zingues ça consomment moins que rien ! Dix fois moins au kilomètre que la bagnole par flemmard transporté. Avant de faire le tour du Monde de l’inconscience populaire, la moindre des choses consiste donc à faire mon introspection personnelle. De ce coté là, honnêtement, je n’ai pas été un modèle de sagesse, à vrai dire, mon comportement n’a pas été blanc-bleu. (...)

Didier Bonny: Mes vingt films préférés de 2019

Alors qu’une nouvelle année cinématographique va débuter, il est temps de jeter un coup d’œil dans le rétroviseur pour dresser la liste, parmi plus de soixante films vus sur le grand écran, de mes vingt films préférés de 2019. J’en profite pour adresser mes meilleurs vœux pour 2020 à toutes celles et ceux qui lisent régulièrement mes critiques et à qui, je l’espère, je donne envie d’aller au cinéma, cette merveilleuse invention ! 1. « Hors normes » est un film d'un grand réalisme avec une très forte intensité sur le plan émotionnel, difficile en effet de retenir par moment ses larmes. (...) 2. « Joker ». Un film de super-héros tiré d’une bande dessinée qui reçoit le Lion d’or à Venise, voilà qui peut surprendre. (...) 3. « Parasite ». Palme d’or du Festival de Cannes, « Parasite » est un long-métrage coréen qui a beaucoup d’atouts (...) 20. « Douleur et Gloire ». Film dont la fiction s’entremêle avec la réalité, « Douleur et Gloire » s’inspire largement de la vie d’Almodovar.

Edmée Cuttat: Mes films préférés de 2019, année riche

Dans différents genres, 2019 a été une belle année pour le cinéma. Sauf dans la comédie où, à quelques exceptions citées dans ce texte, un trop grand nombre de navets français et américains, à l'image par exemple de Toute ressemblance... de Michel Denisot, ont envahi les écrans. Mais attachons-nous plutôt aux meilleurs. J’en oublie sans doute, mais voici, plus ou moins dans l’ordre, mes films préférés 1) Portrait de la jeune fille en feu de Céline Sciamma, avec Adèle Haenel et Noémie Merlant. (...) 2) Grâce à Dieu de François Ozon, avec Melvil Poupaud, Denis Ménochet, Swann Arlaud. (...) 3) Joker est porté de bout en bout par un Joaquin Phoenix époustouflant, à la fois sinistre, effrayant, humain, monstrueux, provoquant. (...) 20) Rocketman de Dexter Fletcher, avec Taron Egerton. Le film nous raconte la vie hors du commun d’Elton John, depuis ses premiers succès jusqu’à sa consécration internationale. (...)

Anne Cendre: Beauté pure

Lorsque vous lirez ces lignes, vous serez en 2020, une nouvelle décennie qui, si l’on écoute les collapsologues, devrait n’apporter que des catastrophes, climatiques, sanitaires, politiques, financières, et autres. Faisons le pari de la résilience et de l’espoir. Plutôt que de souligner le malheur, découvrez la bonté et surtout la beauté. Même la beauté pure. Où trouver la beauté pure ? Cherchez-là dans la nature. Je n’écris pas cela pour composer une rime, pauvre par ailleurs. Mais parce que j’y crois. Regardez ces images, des photographies prises dans le ciel genevois ce printemps 2019. (...) Un enfant, un chien, une femme, un chat, un homme, un cheval peuvent être diablement beaux. Je vous laisse allonger la liste. Et les œuvres d’art ? Lorsque je me balade dans les musées et les expositions, la beauté pure me saisit souvent aux yeux et au cœur. En feuilletant le livre consacré au peintre genevois Dominique Appia par Hubert Monteilhet et Jean Dethier (Julliard-L'Age d’homme, 1985) à la recherche de beauté pure, je suis tombée sur ce tableau. (...)

Esther Alder: La solidarité, mon voeu pour 2020

(...) En la Suisse, où la pauvreté a fait, en 2019, un bond de 10% par rapport à l’année précédente, touchant désormais 675'000 personnes contre 615'000 l’année précédente ! Jusqu’où cela va-t-il aller ? C’est pourtant clair : le chacun pour soi mène dans une impasse, où règnent la violence et le chaos. La solidarité, au contraire, est porteuse de vie. Sans elle, il n’y a pas de société. Bien sûr, c’est un mot un peu galvaudé. Mais la solidarité, ce n’est pas seulement donner de l’argent pour les bonnes causes en fin d’année. La solidarité est un état d’esprit permanent, la colonne vertébrale de nos sociétés. Elle est aussi un choix politique, centré sur la réalité concrète des gens, et notamment des plus démunis. (...)

David Frenkel: Tout bientôt, elle sera née la nouvelle année

(...) Le futur naissant attire les flonflons. Au berceau de l’an nouveau la fête s’emballe ; Les bons vœux pétaradent ; les liquides gonflent les flots de l’an nouveau et débordent sur les ivres sentiments. L’ivresse endormie ronfle sur l’an nouveau. Les corps sommeillent dans la flasque platitude d’une année nouvelle qui chicane un tel, d’une année nouvelle qui flatte une telle. Les hommes se réveillent aux vagissements de l'année nouvelle ; elle a faim d’événements ; l’homme et la nature l’en gaveront sûrement.

Philippe Souaille: Le Petit Poisson qui en savait trop

Lorsqu'une call girl raconte comment les oligarques se vantent en privé d'avoir trafiqué les votes sur le Brexit et l'élection de Trump, elle prend des risques. Et lorsqu'elle passe près d'un an dans une prison thaïe pour lui clore le bec… Avant d'être expulsée sur un vol en partance pour Moscou, il est difficile de ne pas penser que le Kremlin a décidément le bras bien long.

Maurice-Ruben Hayoun: Réflexions sur le temps qui passe.

(...) Ce qui est encore plus frappant dans cette crise de la civilisation, c’est l’angoisse de tout un pays pour ses vieux jours. Au lieu de se lancer dans une nouvelle frontière comme le firent des présidents US, les gens se conduisent comme des petits vieux, soucieux de leur pouvoir d’achat pour leurs vieux jours. Et personne ne semble se préoccuper de l’inquiétante tournure des événements : des êtres jeunes, signe non du vieillissement mais de décrépitude morale, veulent savoir, avant même que d’avoir œuvré, quelle sera leur pension quand sonnera l’heure de leurs vieux jours… Comment voulez vous que la jeunesse reste la richesse de la nation lorsqu’elle pense dès l’âge de vingt ans à la retraite ? Un autre élément ne manque pas de retenir l’attention, c’est l’augmentation de l’espérance de vie et les conséquences qui en découlent : une dernière tranche de vie, encore inconnue jusqu’ici, va permettre à nos congénères de se trouver de nouvelles occupations, et de relever de nouveaux défis. Certains voudront reprendre des études interrompues en raison de l’obligation de travailler, d’autres vont entamer de nouvelles études qui peuvent aller de l’égyptologie à la médecine ou à la philosophie. Bref, une autre civilisation se montre à l’horizon… Est ce que ce pays, empêtré comme toujours dans des affaires de pouvoir d’achat et de vacances prolongées, entrecoupées de grèves, va encore rater le coche et refuser de se réformer ? Ce changement de décennie a été précédé par l’annonce en une du Figaro que la dette dépasse désormais le PIB… Dans tout autre pays, habité par des citoyens sérieux et responsables, cela aurait changé les mentalités, attiré l’attention des gens, en France cela n’a rien provoqué de tel (...)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.