John Goetelen: Paris bat enfin le record de 1947 !

Blogs d'étéEric Bertinat: Genève, combien de plages ? Pascal Décaillet: Plus européen que la Suisse, tu meurs ! Jean-Noël Cuénod: Greta Thunberg : Onfray odieux tout puissant ! Charly Schwarz: A moins de 10 km… Pierre Kunz: Médias, fin de l'info noire ?

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Voici la revue des blogs de notre forum blog.tdg.ch. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci, pour la qualité de notre forum, d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

John Goetelen: Paris bat enfin le record de 1947 !

Cette deuxième vague de chaleur de l’été était presque une répétition de celle de fin juin (image 1, jeudi 25 à 17h, clic pour agrandir). Même disposition des pressions, même déferlement d’air saharien surchauffé par l’autoroute espagnole, même fraîcheur sur l’Europe de l’est. Même durée courte. Et même réserve d’air brûlant sur le Maghreb et l’Arabie Saoudite. Si quelques records sont tombés on est très loin de la durée de la canicule de 2003 ou de la sécheresse de 1976. Douze jours en 2003, alors qu’une chaleur forte s’était installée dès fin mai, aggravée par une sécheresse d’enfer. Une colonne brulante était figée sur l’ouest européen pendant des semaines. Les records ne montrent pas tout. Un coin de territoire non surveillé par une station météo peut être plus chaud, et on l’ignore. Dans les villes les îlots de chaleurs urbains ajoutent 3 à 5 degrés par rapport à l’air en périphérie ou en zone rurale. On pourrait à ce titre contester le nouveau record pour la ville de Paris. 72 ans ont passé depuis le précédent en 1947. Or les villes sont plus chaudes, par la construction, par la circulation et le chauffage. (...) Greta Thunberg qui annonçait il y a quelques jours: « Ce n’est que le début. » Elle prend un statut de prophétesse de malheur, comme le fou de l’Étoile mystérieuse. Mais elle oublie de dire que le réchauffement dure – et heureusement – depuis le Petit âge glaciaire. Cela fait plus de 300 ans que « ce n’est qu’un début ».

Eric Bertinat: Genève, combien de plages ?

Saturé ! Il n’y a guère de jours sans que le problème de la surpopulation de notre canton ne transpire entre les lignes des articles publiés dans les médias. Dans La Tribune, nous apprenons sans surprise que la plage des Eaux-Vives, qui accueille d’ores et de?ja? quelque 3’000 personnes par jour, n’a aucunement fait baisser la fréquentation des autres lieux de baignades tels les Bains des Pa?quis, Gene?ve-Plage, les piscines ou les berges du Rho?ne. On nous donne toutes sortes d’explications, toutes pertinentes. Mais la seule explication qui nous intéresse est celle qui nous conduit à constater que Genève est pleine comme un œuf et qu’une seule nouvelle plage ne suffit pas à répondre aux besoins d’un demi-million de personnes dont une partie est captive dans notre canton. (...) Il serait temps de lever le pied dans cette course effrénée que permet la libre-circulation. Pascal Décaillet: Plus européen que la Suisse, tu meurs !

Il n'y a pas de pays plus européen que la Suisse. Toutes les grandes secousses historiques du continent, toutes ses grandes structurations, furent aussi les nôtres : la romanisation, la christianisation, la féodalité, l'imprimerie, l'humanisme, la Réforme, la Contre-Réforme, les Traités de Westphalie (1648), les Lumières, la Révolution française, l'épopée napoléonienne, la Restauration, le Printemps des Peuples en 1848, le Kulturkampf, la Révolution industrielle. Certes, au vingtième siècle, la Suisse n'a pas eu à s'impliquer dans les deux conflits mondiaux. Ce qui a pu donner l'impression d'une insularité heureuse. Mais c'est une illusion : si la Suisse doit impérativement demeurer souveraine et indépendante, cela ne signifie nullement qu'elle puisse agir comme si elle n'était pas intrinsèquement européenne. Peut-être l'un des pays les plus européens ! (...)

Jean-Noël Cuénod: Greta Thunberg : Onfray odieux tout puissant !

Noircir ses cibles pour mieux prendre la lumière. Michel Onfray n’est ni le premier ni le dernier à user de ce système. Après Dieu et Freud, entre autres, il vient de prendre pour tête de Turc une Suédoise de 16 ans, Greta Thunberg qui a réussi là où des bataillons d’adultes avaient échoué: mobiliser des foules de tous pays pour s’opposer au réchauffement climatique. Contre l’adolescente, ce tout puissant médiacrate qui a son rond de serviette au Point, à France-Culture notamment, a sécrété sur son blogue un texte où l’odieux le dispute au navrant. Son contenu est disponible en entier ici. Vous y trouverez peu d’arguments et beaucoup de mépris. (...)

Charly Schwarz: A moins de 10 km…

(...) Ainsi le e-shopping, le télétravail ou les substituts à la voiture thermique sont des moyens de minimiser notre impact écologique. Mais le débat autour de ces derniers n’est pas clos. Vélos, voitures, scooters électriques sont présentés comme des solutions technologiques envisageables et réalistes. Selon l’OFS, nous travaillons en effet à moins de 9 km de notre domicile et nous pourrions donc tout à fait utiliser des transports non-thermiques, ne rejetant pas directement de C02. Selon la REMP, 51,3% utilisent encore leur voiture/moto pour aller travailler, contre seulement 28,2% les transports en commun et 8,4% le vélo. Mais plusieurs questions restent entières, notamment celles des pollutions liées à la fabrication des batteries et l’origine de l’électricité.

Pierre Kunz: Médias : fin de l'info noire ?

Une excellente chroniqueuse du quotidien Le Temps disait en ce samedi combien ce qu’elle appelle « l’info noire » fatigue, cette information sensationnaliste, macabre, orientée vers les scandales, les tragédies et le futur dramatique qui nous attend. Et elle poursuivait, dans un optimisme plaisant, en nous annonçant le retour d’un « journalisme positif », celui qui, confronté à la collapsologie ambiante, insiste sur les bonnes nouvelles, celui qui recherche le pourquoi des choses et cultive l’enquête sérieuse et la mise en exergue des solutions. Sans sombrer dans le pessimisme, on doit accueillir avec prudence l’évolution qui nous est promise. Les progrès qui restent à accomplir en la matière par la très vaste majorité des médias demeurent en effet considérables. Et on ne peut s’empêcher d’illustrer le propos en mettant en exergue la légèreté stupéfiante avec laquelle les journalistes presque unanimement, depuis une vingtaine d’années, encensent les politiciens qui distillent les discours humanitaristes, égalitaristes et internationalistes et maltraitent ceux qui s’écartent de la « bien-pensance » qui paraît constituer la colonne vertébrale des rédactions. (...)

Maurice Ruben Hayoun:Résistances juives à la kabbale

(...) Dès la fin du XVe siècle, on peut affirmer que toute mise en cause de la théologie kabbalistique était considérée par les autorités religieuses comme une attaque frontale à l’encontre du judaïsme lui-même. C’est seulement après la redoutable crise provoquée par le sabbataïsme qui se solda par des milliers de défections que la kabbale et ses théologiens furent appelés à rendre des comptes. A partir de cette date, la kabbale fut suspectée d’avoir des idées hérétiques. Les premières contestations de l’antiquité du Zohar et de la paternité littéraire de Rabbi Siméon ben Yochaï. (...) Le pire pour le courant ésotérique juif était encore à venir; en effet, en 1639, le rabbin vénitien bien connu, Léon de Modène, qui nous a laissé une autobiographie (Hayyé Yehuda), pleine de candeur et où il avoue sans détours sa passion pour le jeu, publia un véritable brûlot contre la kabbale sous le titre Ari nohém (Lion rugissant). (...)

Joseph Daher: Soudan espoirs et méfiances (...) Un accord entre le Haut Conseil militaire, au pouvoir depuis la chute du dictateur Omar al-Bachir, et l’Alliance pour la liberté et le changement (ALC), coalition menant les négociations pour le mouvement populaire, a été conclu le vendredi 5 juillet. (...) Le Parti Communiste soudanais a notamment exhorté les manifestant·e·s à maintenir la pression sur la junte militaire en continuant les mobilisations. Le parti a également ajouté qu’il était nécessaire de négocier la fin de la guerre civile, le retrait des troupes soudanaises du Yémen et la fermeture des bases militaires étrangères. Le général Dagalo, nouvel homme fort du pays, avait auparavant assuré à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis qu’il continuerait à soutenir leur guerre contre le Yémen. Environ 14 000 soldats soudanais y sont déployés. (...) //emancipations.blog.tdg.ch/archive/2019/07/27/soudan-entre-espoirs-et-surtout-mefiances-299932.html

Créé: 28.07.2019, 17h51

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Cycle genevois toujours aussi inégalitaire
Plus...