Passer au contenu principal

John Goetelen: Ciel de sel, de fumée, de poussière

Jean-Noël Cuénod: Pittsburgh et les nouveaux fascismes. Haykel Ezzeddine: Les 4 saisons par World. André Naef: Un parfum de Mamco à Toulouse. Pascal Gavillet: «Nos batailles», tous les combats du monde.

Sur http://blog.tdg.ch, tout plein de bons blogs à consulter et à commenter. Rendez-vous sur le portail des blogs de la Tribune de Genève Pour consulter les blogs sélectionnés ci-dessous, cliquez sur la signature. Les blogueurs apprécieront d’autant plus vos commentaires qu’ils seront courtois, argumentés et signés. Pour lire les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre!

Retrouvez toutes les revue des blogs

John Goetelen: Ciel de sel, de fumée, de poussière

(...) Les traces de couleur sont trois aérosols majeurs dont la présence et le mouvement sont détectés par les satellites d’observation de la Terre. La Nasa a utilisé ces données pour les mettre en un modèle informatique visuel. Le résultat est à la fois esthétique et passionnant. En bleu clair c’est le sel. Les embruns océaniques sont projetés en altitude par la puissance des ouragans et des grandes dépressions. En blanc ce sont les fumées d’incendies comme ceux de Californie ou du Canada. Leur dérive s’étend parfois jusqu’en Europe. En brun on trouve les poussières, principalement celles du Sahara et du Moyen-Orient, poussées par les alizés. Les aérosols circulent dans la moitié inférieure de la troposphère – la couche basse de l’atmosphère. Dépressions et ouragans captent les poussières et les suies et les renvoient vers le sol par les pluies et les vents descendants. Ils contribuent au nettoyage permanent de notre air ambiant. (...)

Jean-Noël Cuénod: Pittsburgh et les nouveaux fascismes

La tuerie antisémite commise à la Synagogue Tree of Live (Arbre de Vie) à Pittsburgh par Robert Bowers (photo) démontre bien qu’entre les nouvelles formes de fascisme – nommées par paresse et frilosité « populismes »– et les anciennes il n’y a qu’un pas qui peut être vite franchi. L’auteur du massacre est un utilisateur régulier du réseau social Gab.ai qui est le Twitter de la fachosphère. (...) On croyait que le vieil antisémitisme d’origine occidentale s’était éteint, qu’il avait perdu toute sa virulence depuis la Shoah, comme l’avait formulé l’écrivain français Georges Bernanos déclarant en 1944 à propos du mot « antisémitisme » qu’« Hitler l’avait déshonoré à jamais ». Désormais, le venin antisémite n’était secrété que par les milieux musulmans, en premier lieu par le Hamas et la mollarchie iranienne. Force est de constater que l’antisémitisme occidental n’a rien perdu de sa nocivité. (...)

Haykel Ezzeddine: Les 4 saisons par World

Pour la deuxième année consécutive, le jeune Jaïro Mugnai dont le blase est World a gagné le "concours de fresques" de la commune de Chêne-Bourg. Ce graffeur de 20 ans est promu à un bel avenir s’il continue sur cette lancée. Vous pouvez admirer sa dernière création qui a pour thème les 4 saisons juste sur le mur menant au parking de la salle Point Favre (Avenue François-Adolphe-Grison 6). La commune de Chêne-Bourg offre des espaces pour promouvoir le street-art et embellir le mobilier public. Une belle façon pour occuper les jeunes du quartier et encourager cet art urbain. Bravo à elle! Et bonne continuation à lui! (...)

André Naef: Un parfum de Mamco à Toulouse

Peut-on célébrer le printemps à l'orée de l'automne ? C'est l'ambition du Festival d'art contemporain. (Le Printemps de septembre) qui vient de se terminer à Toulouse sur le thème "Fracas et Frêles Bruits" qu'explicite Christian Bernard, son directeur: "Non pas que notre festival se fût donné pour tâche d'illustrer le thème de la violence du monde, mais il était évident que plusieurs œuvres qui l'emblématiseront en 2018 étaient portées par la volonté de se placer au cœur des conflits et des tensions du monde". Depuis 2016, la manifestation désormais biennale de la "Ville Rose" est dans les mains de l'ancien directeur du Musée d'art moderne et contemporain de Genève (Mamco) qui, vingt-deux ans durant, en fit une institution reconnue sur la scène européenne. (...) L' art contemporain est en flux, en attente de cristallisation. Foin des écoles et des manifestes, peu de référence au dérouler de l'histoire de l'art, il est bien difficile de discerner quel artiste en vogue aujourd'hui verra son œuvre lui survivre dans cinquante ans . C'est donc en toute subjectivité qu'on indiquera nos coups de cœur, au terme de ce périple sur les bords de la Garonne. (...)

Pascal Gavillet: «Nos batailles», tous les combats du monde

«La vie n’est pas facile» disait une célèbre chanson. En tout cas pas pour Olivier (Romain Duris), qui se démène au travail pour lutter contre les injustices. Les choses se compliquent encore lorsque sa femme le quitte, le laissant en plan avec ses enfants. Guillaume Senez, lui, nous laisse sans voix à l’issue d’un film qui finit par tous nous concerner et dans lequel on emboîte le pas de son héros, sans savoir si on fonce droit dans le mur ou si au contraire on va pouvoir trouver ces chemins de traverse menant vers la liberté. Ces batailles, ce sont «nos» incertitudes. Et son combat, son parcours, un peu les nôtres, forcément. Nos batailles, réussite majeure de cette rentrée cinématographique, révélé en mai dernier à la Semaine de la Critique (non loin d’un autre film, Sauvage, sur lequel je reviens d’ici quelques jours), qui était décidément la section où tout se passait à Cannes cette année. D’où l’envie, le besoin, de réaliser un entretien avec Guillaume Senez, auteur franco-belge dont Nos batailles est le deuxième film. Et si vous ne l’avez pas encore vu, vous savez ce qui vous reste à faire. Pourquoi avoir choisi la première personne du pluriel dans le titre de votre film, Nos batailles ? (...)

Roland Meige: L'architecture vernaculaire au Népal et au Bhoutan

J'ai le plaisir d'annoncer la conférence / projection que je donnerai le 5 novembre à la Société de Géographie de Genève, sur l'architecture vernaculaire au Népal et au Bhoutan. Ceci dans le cadre de "2018, Année européenne du patrimoine culturel". Sortant d'Europe, où le patrimoine protégé devient rapidement objets touristiques, à la rencontre de sociétés vivant en osmose complète avec leur bâti traditionnel.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.