John Goetelen: Quand les championnes du monde perdaient contre des garçons de moins de 15 ans

Bons blogsAnne Cendre: Violet, couleur de la colère, couleur de la violence. Anne Cendre: Violet, couleur de la colère, couleur de la violence. Pascal Décaillet: Mme Merkel, Présidente de la Commission ? Une folie ! Pierre Jenni: #femmes, violet, manif, égalité etc.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Voici la revue des blogs de notre forum blog.tdg.ch. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci, pour la qualité de notre forum, d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

John Goetelen: Quand les championnes du monde perdaient contre des garçons de moins de 15 ans

Comment l’équipe championne du monde en 2015 a-t-elle pu perdre 2-5 en 2017, contre la section masculine des -15 ans (U15) de Dallas? Cet épisode s’ajoute à une défaite 0-7 de l’équipe nationale d’Australie, en 2016, face aux garçons de moins de 15 ans de Newcastel en Angleterre. (...) Nicole Abar est une ancienne des Bleues. Elle est ensuite devenue entraîneure et responsable technique des féminines de Toulouse. Son analyse est intéressante: « Les équipes de haut niveau ont besoin de se confronter à une opposition qui les mette en difficulté. Les garçons sont beaucoup plus vifs, vont beaucoup plus vite, obligeant les filles à anticiper, à accélérer le jeu. » Elle ajoute : « Elles travaillent aussi leur qualité technique. Face à une fille, vous faites un contrôle approximatif, il n’est pas sûr que vous perdiez le ballon. Face à un garçon, vous allez perdre le ballon. L’idée, c’est d’aller recherche de l’ultraperformance et de la mise sous pression à tous les niveaux, dans la prise d’information, la rapidité d’exécution et la qualité technique. Leur permettre d’organiser une stratégie collective différente que face à une équipe féminine qu’on pourrait dominer. » Ces rencontres n’ont donc pas de valeur de test et participent plutôt à une des phases de l’entraînement des joueuses. (...)

Anne Cendre: Violet, couleur de la colère, couleur de la violence

(...) L’Eglise catholique a fait du violet une marque d’affliction et de pénitence. Alors que pour le grand deuil on portait du noir, le demi-deuil se satisfaisait du violet. Les évêques portent le violet tandis que les cardinaux ont droit au rouge. Avant que Newton ne décrive le spectre qui place le violet entre le rouge et le bleu, on l’assimilait plutôt à un noir d’un type particulier. Du sous-noir médiéval (« subniger »), il a émergé au rang des vraies couleurs. Au second rang, cependant, avec le brun. Michel Pastoureau, l’historien ès-couleurs, raconte, dans Les Couleurs de nos souvenirs (Points, 2015), à quel point les enfants sont imprégnés d’une méfiance à l’égard du violet. Même la violette représente pour eux un aspect vieillot. Mais les symbolistes en avaient fait une couleur secrète, « en prise avec le mystère des êtres et des choses ». Dans notre siècle, les stylistes s’en sont emparés et les femmes aussi. (...) Pour les féministes inclusives, le violet reste un mélange de rose et de bleu. Il n’exclut pas totalement l'espèce masculine, semble-t-il. (...)

Pascal Décaillet: Mme Merkel, Présidente de la Commission ? Une folie !

(...) Le problème, c'est Mme Merkel elle-même. Depuis le 22 novembre 2005, donc depuis plus de treize ans (on touche au record de longévité d'Adenauer), elle est Chancelière fédérale de l'Allemagne. Pendant treize ans, elle a orienté une politique, exercé des choix, joué à fond de son influence sur l'Europe. Nous n'avons donc pas particulièrement affaire à une petite nouvelle. (...) Et quand on pense qu'un Macron, Président de la République française, successeur de quarante rois et de toutes les fiertés républicaines, garant de l'indépendance et de la souveraineté de son pays, vient allègrement, avec cette candeur sucrée des inconscients, imaginer l'hypothèse de Mme Merkel à la tête de la Commission de Bruxelles. Mais cet homme, décidément, serait-il dénué du plus élémentaire des arrière-pays historiques ? Encore trois ans de répit pour l'Ancien Monde.

Pierre Jenni: #femmes, violet, manif, égalité etc.

(...) Je n'ai jamais compris qu'on puisse rémunérer différemment un homme et une femme qui font le même travail et je pense que les employeurs qui pratiquent ce genre de discriminations sont sous le coup de la loi et devraient être dénoncés. Mais quand je vérifie que la Poste, et les CFF, pour ne donner que ces exemples, pratiquent le dumping salarial en recourant à des sociétés écran qui mandatent des intermédiaires volatils et intraçables, je me dis que la cause des femmes est bien plus large que leur appartenance au sexe dit "faible". Bon d'accord, je provoque la moindre. (...) La libido fout le camp, la qualité du sperme décline, l'androgynie devient la nouvelle norme, les femmes se plaignent du fait qu'il n'y ait plus d'homme, les hommes se plaignent de la perte de féminité. Nous sommes en guerre civile alors que nous devrions nous unir et nous aimer. Nos différences contribuent à l'attraction des pôles. Le nivellement par le bas met en péril un équilibre subtil et l'égalité revendiquée ne fait que des perdants. Si encore on s'en tenait aux questions salariales, car en ce qui concerne les ménages, je ne vois personne dans mon entourage qui ait cantonné la femelle à ces tâches. Mais non, la manif du 14 juin a servi de melting pot pour évacuer un trop plein qui ne concerne pas que les femmes et a dilué d'autant le message. (...)

Maurice-Ruben Hayoun: Donald Trump et la réunion à Bahreïn : l’économie d’abord…

(...) La force et l’originalité du plan de Donald Trump, que personne ne connaît encore dans intégralité, tiennent au fait qu’il a compris, en bon businessman, qu’on ne pouvait plus saisir le taureau par les cornes, qu’il fallait procéder par étapes, en commençant par accorder à toutes ces populations réfugiées dans des camps et des bidons-villes, des conditions d’existence décentes. Comment ? En accordant à ces territoires un super plan Marshall qui a si bien réussi à l’Europe. C’est donc, en réalité, le mode de vie, de ces populations, exploitées politiquement par les terroristes et par des politiciens corrompus, que vise ce plan économique. (...) En d’autres termes, la prospérité économique, le progrès social, l’assainissement financier, l’urbanisme, la justice, l’éducation et une répartition équitable des richesses, oui que toutes ces choses transformeraient le paysage et donneraient naissance à une situation nouvelle sur le terrain. Si le taux de chômage qui avoisine plus de 50% dans la bande de Gaza était divisé par deux ou par trois, nul doute que les habitants de cette enclave auraient d’autres préoccupations que celles qui consisteraient à attaquer Israël ou à chercher à y commettre des attentats. (...)

Bernard Comoli: La FUNAI aura un nouveau président

(...) Selon des propos rapportés par la presse, Luiz Antônio Nabhan Garcia, Secrétaire spécial des Sujets Fonciers au Ministère de l’agriculture, dit que Franklimberg a été démis de ses fonctions en raison de son incompétence. Selon Deutsche Welles, le partant est d’avis que le Président Jair Bolsonao est mal conseillé sur les questions indigènes. De plus, il indique que la FUNAI est constamment attaquée par des intérêts de tiers [opposés aux autochtones], qu’elle doit agir avec un budget limité et une pénurie de personnel. L’intérim a été confié à Fernando Maurício Duarte Melo, un Général de réserve déjà conseiller pour les projets spéciaux au sein de la Fondation. En 52 ans d’existence, l’institution est en passe d’avoir un 42e président. Ce turnover important illustre la difficulté de protéger les peuples autochtones dans un État où de nombreuse forces économiques et politiques leur sont hostiles. Et depuis le début janvier, la situation politique est particulièrement agitée.

Pascal Holenweg: De la transparence et du secret de fonction

Trois conseillers municipaux genevois (dont deux multicartes) ont donc été convoqués par la police, qui a saisi leurs portables. Une amputation, carrément. Et en voilà au moins deux (les cumulards députés-conseillers municipaux) qui brandissent leur immunité parlementaire de députés, dont un qui nous fait du Mélenchon au rabais… (...) Quant à se faire passer pour des « lanceurs d'alerte » et la réincarnation municipale de Julian Assange, parce qu'on a fait « fuiter » des informations qui auraient de toute façon été rendues publiques, la prétention le dispute là à l'indécence : entre le «ouiiiiin, on m'a saisi mon portable» des trois conseillers municipaux et le risque pour un Assange d'être condamné à la prison à vie, ou pour d'autres d'être purement et simplement éliminés, il y a un gouffre : celui qui sépare ceux qui prennent réellement des risques de ceux qui, l'agenda (de leur portable) bloqué sur les élections municipales du printemps prochain, rêvent d'un siège au Conseil administratif de la Ville de Genève, siège sur lequel ils ont à peu près autant de chances de s'asseoir que l'auteur de ces lignes de devenir président de la Banque Nationale. Ou chef de la police genevoise.

Micheline Pace: Quelle horreur, l'écriture inclusive !

(...) « Les infirmier.èr.s. reçoivent leurs nouveaux.elles patient.e.s » (point médian, pour mettre le féminin à égalité avec le masculin). « Le Centaure et la Pythie sont fabuleuses » (accord de proximité remplaçant la règle grammaticale du masculin qui l’emporte sur le féminin par un mécanisme pavlovien en réation à la règle inverse qu’on retrouve par exemple « s’il y a une femme et cinq chats, on accorde au masculin » car celui-ci l’emporte grammaticalement). Franchement, en tant que femme – que dis-je ? … en tant que représentante cis-genre - , je concède ne pas bien comprendre en quoi ce style défend la cause des femmes, comme l’affirment certaines féministes qui le défendent. En revanche, ce qu’on observe, c’est que ces règles étranges sont étrangères à la promotion de notre belle et grande langue, en somme, une véritable arme de destruction massive. (...) Il est impératif d’arrêter ce massacre programmé de notre langue, instrument issu de notre patrimoine culturel, notre ciment principal pour la cohésion sociale afin que les dirigeants politiques ne s’approprient de ce genre de niaiseries (...)

Créé: 19.06.2019, 08h00

Articles en relation

Djemâa Chraïti: Jamais sans ma mère

La revue des blogs Pascal Holenweg: 14 juin 2019 : La plus grande grève de l'histoire suisse. Jean-Noël Cuénod: Franc-Maçonnerie: des outils pour construire l'humain. Adrien Faure: Éléments d'une théorie libertarienne de l'exploitation. Pierre Kunz: Main basse sur Israël. Plus...

Jean-Philippe Accart: notreHistoire.ch : c'est votre histoire !

Bons blogs Jean-Noël Cuénod: L’écologie, la gauche et la fin des pastèques. Daniel Warner: Why is Switzerland on the U.S radar? John Goetelen: Le deuxième sex…isme. Carol Scheller: Gaza et Israël : l’effet papillon ? Plus...

Anne Cendre: Oiseau de proie et mains propres

Blogs sélectionnés Antoine Vielliard: La Suisse ne peut dire ni oui ni non à l'Europe. Didier Bonny: Multiplication urgente de petits ruisseaux. Charly Schwarz: Un dimanche soir ordinaire... Edmée Cuttat: Isabelle Huppert en prédatrice manipulatrice dans ”Greta”. Plus...

Demir Sönmez: L'orage de grêle a frappé Genève

Blogs à voir Djemaa Chraïti: Un défilé du 14 juin 2019 inoubliable. Daniel Warner: Let Us Laugh Together, On Principle. Mireille Vallette: Un ouvrage érudit autopsie le Coran et sa théologie. Pascal Décaillet: Que chacun tienne son journal ! John Goetelen: Journalistes harcelées: Tamedia nous prend pour des veaux Plus...

Michèle Roullet: Première pierre d’un tombeau !

Sélection de blogs Leila el Wakil: Supplique pour un ”avenir (radieux)”. Sylvain Thévoz: Combien étaient-elles ? Edmée Cuttat: Huppert en prédatrice manipulatrice dans ”Greta”. Didier Bonny: « Venise n’est pas en Italie » : un voyage plutôt réussi. John Goetelen: Journalistes suisses harcelées sexuellement. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.