Passer au contenu principal

Jean-Noël Cuénod: Les «sachants» ne sachant plus «sacher»…

Nouvelle édition de notre revue des blogs publiés sur le forum blog.tdg.ch de la Tribune de Genève et dans notre Webzine. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Les blogs sont publiés sous la seule responsabilité de leur auteur. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

Jean-Noël Cuénod: Les « sachants » ne sachant plus « sacher »…

(...) Coronavirus a donc pris tout le monde de court. Les « sachants » ne sachant plus « sacher », n’en ont pas moins causé dans tous les azimuts. Certes, des scientifiques ont fait preuve d’humilité en avouant qu’au stade de leurs investigations, ils ne pouvaient émettre aucun avis fondé. Mais voilà, ce genre de discours n’intéresse pas les médias, surtout dans leur format « déformation continue ». La pondération est devenue obscénité. Si cette frénésie à expliquer ce que l’on ne peut pas encore expliquer a pris une telle intensité, c’est qu’elle correspond à un besoin profond : se projeter. Depuis la nuit des temps, en dessinant au fond de sa caverne le gibier qu’il allait chasser, l’humain se projette. (...) Toutefois, pour se projeter, il est indispensable de disposer de quelques certitudes, même vagues, quant à l’avenir. Or, Covid19 nous signale que la seule certitude réside dans l’incertitude. (...) L’impossibilité de se projeter et ce trouble dans le rapport intime de l’espace-temps nous fait vivre entre parenthèses, c’est-à-dire au présent. Qu'est-ce au juste que le présent ?, interrogeait le philosophe Henri Bergson (...)

Pascal Décaillet: Le multilatéral passe, la nation demeure

Ennemies jurées de Trump, depuis le début et quoi qu'il fasse, nos belles âmes ne manqueront pas de pester contre la suspension de la contribution américaine à l'OMS, jugée totalement inefficace dans la lutte contre le coronavirus. Elles ont tort. La décision américaine n'est que l'un des aspects - certes le plus sensible sur le plan financier - de la désaffection croissante des peuples pour un édifice multilatéral qui, de façon criante, affiche aujourd'hui son inexistence. Avez-vous, dans cette crise, entendu parler de l'ONU ? Ou de l'Union européenne, si ce n'est pour tenter désespérément de jouer un rôle ? Cette crise, je l'ai déjà dit ici, marque le retour de la nation comme unité de référence, non seulement opérationnelle mais affective. À l'inverse, elle précipite la décomposition d'une toile multilatérale tissée à partir de 1945, pour donner l'illusion d'une grande horlogerie planétaire. (...)

Rolin Wavre: le vélo est une vraie solution

Quand nous sortirons du confinement actuel, il faudra à nouveau se déplacer, en respectant une distance sociale et sanitaire. Ca vous dit de vous entasser à nouveau dans des trams ou des bus bondés ? à l'évidence non. Voulez vous reprendre votre voiture et vous auto-confiner des heures tout seul dans votre bulle automobile ? Cela plaira à certains, beaucoup moins à d'autres. La marche à pied ? oui, pour ceux qui le peuvent et sur des distances raisonnables, mais au-delà de quelques centaines de mètres, pour les personnes âgées ou à mobilité limitée, marcher n'est pas la bonne réponse. (...) La sortie de crise devrait donc être l'occasion d'une accélération massive des efforts pour faire une place au vélo dans nos villes. Comme cycliste, vice-président de PRO VELO Suisse, comme député, comme citoyen contribuable, je me battrai pour qu'on change de braquet dans ce domaine. La sortie de crise, c'est l'occasion de le faire.

Carol Scheller: Une technologie du futur pour sauver des vies !

En ce moment dans le monde, une situation sans précédent inspire des initiatives créatives partout. Dans la bande de Gaza, où le manque de machines et de matériel force l’ingéniosité, une équipe d’ingénieurs de l’entreprise Tashkeel 3D (On peut le traduire comme « Mettre en formes en 3 dimensions ») s’efforce à prévenir les besoins médicaux en cas de pandémie. Un article en anglais sur Al Monitor décrit leurs préparatifs. Je le résume ici.(...)

Patricia Aline. Gantz ou le choix de Salomon

Salomon, roi d’Israël, un jour à Jérusalem, bien avant JC, doit choisir entre deux mères qui revendique la maternité d'un bébé. Il propose la chose suivante, pour satisfaire les deux femmes, de couper l'enfant en deux et d'en offrir à chacune la moitié. Une des femmes accepte, l'autre refuse et Salomon décide que c'est cette dernière la mère, car elle aime son enfant et n'aurait pas accepté qu'il meure. Belle histoire de sagesse. A l'heure qui l'est, il n'y a toujours pas de gouvernement élu depuis plus d'un an. Gantz a décidé de créer un gouvernement d'union nationale en perdant une partie de ses alliés avec cette décision, que certains ont appelé de trahison électorale. Il a pris une décision en temps de crise Korona (comme on l'appelle ici) et pour sauver l'état d'une quatrième élection, d'une catastrophe financière supplémentaire pour l'état et compliqué sans doute à organisé dans ces temps pré apocalyptique. (...)

Joseph Daher: La matraque comme remède

(...) La lutte contre le Covid-19 sert de prétexte à de nombreux gouvernements pour intensifier la surveillance numérique. Les compagnies actives dans le domaine profitent de l’occasion pour promouvoir leurs services tous azimuts. Par exemple, la compagnie israélienne NSO Group promeut massivement son nouveau produit qui vise à aider les États à traquer les personnes infectées par le coronavirus afin de freiner sa propagation. En réalité, cet outil est une simple adaptation d’un programme déjà vendu à de nombreux régimes autoritaires. Ces derniers l’utilisent pour pourchasser leurs opposant·e·s et faire taire toute critique. (...) Luttons ici et ailleurs contre la tentative des classes dirigeantes d’exploiter la pandémie de Covid-19 à des fins autoritaires. Ces politiques s’inscrivent dans un processus constant d’affaiblissement des droits démocratiques. Leur objectif est un meilleur contrôle et une meilleure exploitation des classes populaires.

Catherine Armand: Le corps social

(...) Notre présence en dehors de chez nous est devenue furtive, presque coupable. Finis le face à face, les yeux dans les yeux, les corps à corps. Nous rasons les murs, nous fuyons les regards, comme si à eux seuls il pouvaient nous contaminer. Nous entrons dans un monde sans corps, nous repliant sur le virtuel. Nous entrons dans un monde sans visages, cachés sous des bouts de tissu ou de papier. Le lien à l'autre est mis à mal, bousculé. Nous obéissons, nous nous faisons violence, et étouffons ce besoin de voir, rencontrer, toucher les autres. Mais un jour viendra où nous pourrons à nouveau nous serrer dans les bras, et nous embrasser. D'êtres aujourd'hui presque fantomatiques et éthérés, nous nous remplirons goulûment de la présence de nos semblables pour retrouver notre densité, et ce sentiment d'exister au monde.

JF Mabut: Zundel et les migrants travailleurs

Que viennent chercher les migrants chez nous? La sécurité sans doute mais surtout du travail pour vivre, pour éduquer leurs enfants. Les discours encore dominants qu'on entend par médias interposés, à l'heure où "l'économie fait pression pour redémarrer", m'interpellent. Quelle est donc cette société qui rechigne à sortir, travailler sous prétexte qu'un risque existe d'être infecté? Ceux qui n'ont pas cessé d’œuvrer pour nous soigner, nous alimenter, nous informer depuis plus d'un mois sont-ils donc fous ou téméraires? (...) L'urgence est là. Les voix sont folles qui s'élèvent pour simultanément transformer la société et la faire plus durable, plus juste qu'avant. Ces combats doivent évidemment être poursuivis *, mais ils ne peuvent pas être la condition de la remise en marche de ce qu'attendent les gens: la paix et du travail. La paix n'est pas absence de risques ni même de mort. (...)

Gérard Prudeau: Vapoter devient difficile

(...) Alors que beaucoup de pays du monde sont en confinement, leurs gouvernements respectifs ont ordonné tous les commerces non essentiels de fermer. Ainsi, seuls ceux qui vendent des produits essentiels ainsi que les pharmacies ont le droit d’exercer. Quid de cette situation pour les vapoteurs ? L’accès aux boutiques spécialisées sont fermées dans la majorité des pays en quarantaine ou en confinement. Bien évidemment, il reste du choix, bien que très limité, dans des boutiques encore ouvertes comme celles des stations services. La difficulté réside dans le fait que les produits ne sont pas les mêmes partout et on ne retrouve pas toujours la marque qu’on utilise d’habitude. Par ailleurs, si beaucoup de vapoteurs consomment une dose précise de nicotine, ils n’ont plus désormais accès à des produits avec des doses similaires. (...)

André Thomann: Fier d’être suisse?

Non, je ne suis pas fier d’être suisse. Ça ne veut rien dire. Comment pourrais-je être fier de quelque chose à laquelle je ne suis pour rien. Je suis né d’un spermatozoïde suisse (je suis arrivé premier, ma première et dernière victoire sportive) mais c’est un pur hasard. Lequel fait quelquefois bien les choses. Si je suis fier, c’est de quelque chose que j’ai fait moi. Par exemple d’avoir toute ma vie mis un bulletin dans l’urne lors de votations ou d’élections et d’avoir ainsi contribué à ce que subsiste cette nom de dieu de démocratie directe qui est comme on sait le pire des systèmes à l’exception de tout les autres. Fier peut-être aussi d’avoir exercé mon métier de prof avec conscience à tel point que mes anciens élèves, me voyant arriver, ne changent pas de trottoir pour ne pas avoir à me saluer. (...)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.