Jean-Noël Cuénod: L’insoutenable légèreté de Benjamin Griveaux

Jean-Noël Cuénod, journaliste, écrivain, poète.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Nouvelle édition de notre revue des blogs publié sur le forum blog.tdg.ch de la Tribune de Genève.. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci, pour la qualité de notre forum, d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

Jean-Noël Cuénod: L’insoutenable légèreté de Benjamin Griveaux

(...) pour qui travaille Piotr Pavlenski ? Pour ses anciens ennemis du Kremlin qui n’ont de cesse de troubler le jeu démocratique en Europe afin d’y installer leur pouvoir de nuisance ? Il ne serait pas le seul « à changer de pôle et d’épaule »[1]. Cela dit, aucune preuve ne vient étayer cette intuition. Il serait plus logique de supposer que Pavlenski ne sert que son égo dans cette corneculerie. Intense plaisir de se voir en défaiseur de rois. Ou plutôt de roitelets en l’occurrence, car Griveaux tient plus de la grive musicienne que de l’aigle royal. (...) Quelles que soient les circonstances – qui restent à établir – il s’est fait piéger, moins par Pavlenski que par sa légèreté, ajoutant ainsi sa touche personnelle à l’amateurisme qui semble caractériser l’entourage du président, des turpitudes de Benalla aux couacs à répétition sur la réforme des retraites. Serge July, le fondateur de Libération (cf. la vidéo ci-dessus) a parfaitement traduit ce qu’il fallait penser du comportement irresponsable de ce politicien qui aspirait à conquérir l’une des capitales emblématiques de la planète. (...) Pour le protestant mentir à Dieu est absurde puisqu’Il sait tout. Mais si l’on ment quand même, on commet le pire des blasphèmes en niant l’omniscience divine. Pour le catholique, le mensonge n’a pas ce caractère dramatique. (...)

John Goetelen: Vanille amère, la face cachée de la violence familiale

Une mamie dépose des fleurs devant le centre d’accueil où vivait la maman. Une manière de donner une miette d’existence à cette fillette d’un an. Une fillette dont la mère avait programmé la mise à mort depuis des semaines, selon ses aveux relayés par un procureur. On touche à l’impensable dans les stéréotypes modernes: les femmes ne peuvent être que victimes, pas criminelles. D’ailleurs, régulièrement, ces crimes sont mis au compte d’une fragilité psychologique ou de troubles psychiatriques, comme si les auteures n’y étaient pour rien. On accrédite ainsi, en creux, une idée de plus en plus présente dans les médias: celle d’une moindre responsabilité féminine en matière criminelle. L’infanticide dont Vanille est la victime rappelle cette autre face de la violence commise au sein des familles: celle de femmes, mères, épouses, concubines. La violence commise par les hommes est largement médiatisée et théorisée comme un comportement systémique (...)

Pascal Décaillet: Attention, avant de tomber sur Kaspar Villiger !

(...) Ce rapprochement avec l'OTAN, je le combattais dans mes éditos. Car l'OTAN, ça n'est plus la neutralité. Pas plus que feu le Pacte de Varsovie n'eût été la neutralité. Personnellement, ayant passé pas mal de temps en Allemagne, et connu sa partie orientale, ayant surtout étudié à fond l'Histoire de la Seconde Guerre mondiale, je n'ai jamais considéré que l'impérialisme américain fût plus reluisant que celui des Soviétiques. Donc pour moi, l'OTAN, c'était non. Et ça le demeure, trente ans après, plus que jamais. J'en viens à l'essentiel, qui m'amène à prendre la plume : Kaspar Villiger. Je veux dire ici que cet homme, dans un monde bernois qui n'était - déjà à l'époque - pas avare en pleutreries politiques, a représenté pour moi, avec Delamuraz, le prototype de l'homme intègre. (...)

Marc Schindler: No Country For Naives

(...) Il faut avoir la mémoire courte pour oublier que les boules puantes font partie des armes secrètes des campagnes électorales : l’attentat de l’Observatoire en 1959 contre Mitterrand, l’affaire Markovic en 1968 contre Pompidou. Les coups bas ont toujours été utilisés pour détruire un adversaire politique. Ce que semblent découvrir les Français naïfs, c’est qu’avec les réseaux sociaux, la foudre frappe en quelques jours. Je tourne vite fait une video avec mon smartphone, je la poste en un clic sur Facebook, Twitter, Instagram et hop, le missile fatal est parti ! Mes « amis » et le monde entier reçoivent le message. Même les mômes savent faire ça. Il faut être bête comme un footballeur, un rappeur ou…un politicien pour l’ignorer ! Tous les politiciens utilisent les réseaux sociaux pour influencer les électeurs. Mais il faut vraiment être inconscient pour balancer un sextape à sa maîtresse. Quand on manipule de la dynamite, il vaut mieux savoir y faire ! Quand il s’agit de coups fourrés politiques, la France a des années de retard sur les Etats-Unis. (...)

Mireille Vallette: Lorsqu'un coronavirus défiait Mahomet

Entre 2012 et 2014, une menace d'épidémie a concerné les chameaux du Moyen-Orient. Or, selon des descendants de Mahomet, boire leur urine est un remède des plus efficaces. La conjoncture m'invite à republier cet article intitulé "Le prophète, l'urine de chameau et le virus d'Arabie" (9 mai 2014). Il tente une fois de plus, mais toujours sans espoir, de signaler aux musulmans qu'un regard critique sur leur prophète adulé -mais né au VIème siècle- serait fort utile à l'évolution de l'islam. "Depuis que Mahomet a révélé les vertus de l’urine de chameau, des religieux n’ont cessé de les vanter et des scientifiques musulmans de les confirmer. Jusqu’au jour où le chameau a (aussi) transmis aux croyants un mortel virus. L’histoire commence il y a 1400 ans (...)

JF Mabut: Genève, 14'551 avant Jésus-Christ (Août)

Mais que s'est-il donc passé en août 14'551 avant Jésus-Christ? Un événement que les gazettes et les chroniques n'ont pas conservé dans la mémoire genevoise mais que révèle "Entre Terre et Eau", page 106, un ouvrage d'un bon kilo imprimé à Genève et payé par nos deniers (enfin surtout le denier des riches de ce canton, car bien des habitants ne paient à la collectivité que la TVA et leur cotisation maladie et encore). Il vient d'être édité par Infolio éditions à Golion sous la direction de Marcellin Barthassat avec ses compères Yves Bach, Daniel Künzi, Christian Meissner et Jacques Menoud. En août 14'551 donc fondait le dernier bloc de glace de la dernière glaciation dans la dépression au lieu-dit Sionnet, entre Choulex et la Pallanterie, où coule la Seymaz, la seule rivière entièrement genevoise.

Pascal Holenweg: Vers le droit de vote et d'éligibilité des ”étrangers”

A Genève, 85'000 personnes qui n'en disposaient pas disposent donc depuis quinze ans d'une partie - mais d'une partie seulement - des droits politiques. (...) Les étrangers peuvent voter pour ou contre les coupes dans le budget de la Ville, la rénovation du Musée d'Art et d'Histoire, les arbres de Plainpalais, le parking de Clé-de-Rive ou la vente des actions de Naxoo... mais pas sur l'ouverture des magasins le dimanche, la stratégie énergétique, la libre circulation ou les tarifs des TPG... Et ils et elles ne peuvent pas être élu-e-s là où elles et ils votent (dans leur commune). Pourtant, ils sont bien objectivement (matériellement, socialement, fiscalement) citoyens de cette ville et de ce canton, si l'on veut bien accepter de donner de la "citoyenneté" une définition qui ait les pieds dans la réalité et pas seulement la tête dans les textes de lois. Et l'exercice des droits politiques réduits qu'on leur a concédés n'a pas bouleversé les rapports de force politiques municipaux. La démocratie n'est autre chose qu'un slogan que si les citoyens participent à la prise des décisions qui les concernent. (...) La citoyenneté n'est pas la nationalité (...)

Didier Bonny: Du grand au petit écran

(...) 4 étoiles. « Le Pont des espions », W9, dimanche 16 février, 21h05. D’après l’histoire vraie de James Donovan (excellent Tom Hanks) recruté contre sa volonté par la CIA pour donner l’illusion d’une défense à un espion russe et qui va se retrouver bien malgré lui à devoir accomplir une mission quasi impossible en pleine guerre froide. Brillamment mis en scène par Steven Spielberg, dans une atmosphère parfaitement reconstituée de cette fin des années 50 synonyme de haute tension entre l’Ouest et l’Est, « Le Pont des espions » est un film de haute voltige à l’image des négociations menées par son héros, qui n’a pourtant rien fait pour en être un. Prenant du début à la fin.

Créé: 16.02.2020, 11h50

Le meilleur des blogs

Guy Mettan: Affaire Crypto, mais que font nos espions ?

André Thomann: Douce France

Rodolphe Weibel: J’ai présenté la boucle CFF genevoise

Christian Brunier: Chœur de pomme

Vincent Schmid: Pour Mila

Marc Schindler: La chute du banquier noir

Gabriel Jaccard: La politique extérieure de l'UE en Suisse

Pierre Kunz: L'autoritarisme pour sauver l'humanité ?

Edmée Cuttat: «Adoration», l'éloge de l'amour fou

Jean-Michel Olivier: Georges Steiner, professeur et tyran

Bruno Hubacher: Crime en col blanc

Jean-Noël Cuénod: Edouard Philippe, à quoi peut-il bien servir?


Pierre Béguin: La rééducation des citoyens

Anne Cendre: Arsenijevic à Marmottan

Simon Brandt: Ma vision et mes projets pour Genève

Sami Kanann: La possibilité d’un avenir à chaque enfant


Pascal Décaillet: Suzette face à la Communauté du Bien


Olivier Baud: Salaires « hors classes »... mais pas hors canton

Didier Bonny: « 1917 » : époustouflant

David Frenkel: 75e anniversaire de la libération d'Auschwitz

Sylvain Thévoz: Les arbres repoussent, pas la vie humaine

Pierre Kunz: La propagande trompeuse d'Oxfam

Paolo Gilardi: Toutes des salopes?

Jacques-Simon Eggly: Sur ces scandales sexuels

Catherine Armand: Des inégalités aussi dans les communes «riches»!

Valentin Dujoux: Des panneaux de signalisation féminisés

Edouard Dommen: Munitions englouties

Christian Brunier: Défendons la parole libérée des femmes

Patrick -E. Dimier: Un renoncement à juger

Link

Manuel Alonso Unica: Les Pâquis contrent les vélos

Edouard Dommen: Les vaches à lait sont des travailleuses

Djemaâ Chraïti: Sur les traces du héros, l'esclave Benkos Biohò


Philippe Meyer: Après le crash ?

Pierre Béguin: L'ogre Matzneff

André Naef: Trump et l'Iran: la loi de la jungle

Didier Bonny: L'enjeu de la votation du 9 février

Abbas Aroua: Critères pour différencier les entités à référence religieuse

Arnaud Cerutti: Roger Federer: 2020, avec l'envie d'y croire

Rolin Wavre: Souffrance et incompréhension

Charly Schwarz: Une démocratie à réinventer

Hank Vogel: Bonne année 2020!

Marc Schindler: Dr Carlos et Mr Ghosn

Olivier Emery: Enfant de Dieu ou du diable ?

Claude Bonard: Les nappes du Père Glôzu

Pascal Décaillet: Glôzu, pour toujours

Alain-René Arbez: Noël !

Edmée Cuttat: «Echo», singulier Noël à l'islandaise

Jacques-Simon Eggly: Vers un retour de l’éthique

Pascal Holenweg: PS genevois : du bon usage d'une crise(tte)


Vincent Schmid: La joie rare

Jean-Noël Cuénod: Amorce d’un grand ras-le-bol mondialisé ?

André Naef: Un camélon nommé Boris

Jean-Michel Olivier: Grâce à Venise

Demir Sönmez: 81e édition Coupe de Noël

Bernard Comoli: Davi Kopenawa « Prix Nobel alternatif »

Sylvain Thévoz: Les casseurs sont au parlement!

Michèle Roullet: Le PISA Nouveau est arrivé!

Marc Schindler: Jeu de Mikado en France

Gabriel Jaccard: Les Verts, pas mûrs pour le Conseil fédéral

André Naef: Menaces sur l'universalité du football

Cédric Segapelli: Morgan Audic, “De Bonnes Raisons De Mourir”

Jean-Philippe Accart: Genève, la Ville-Monde

Maurice-Ruben Hayoun: La France va de plus en plus mal…

Didier Bonny: « J'accuse » : un peu trop sage

Mathias Buschbeck: Le pire des projets de budget

Eric Bertinat: Pannes de sport

Gabriel Jaccard: Motion ”Blockchain GVA”

Bruno Hubacher: Propagande

Alain-René Arbez: Quels calendriers de l'Avent?

Mireille Vallette: Loi sur la laïcité, encore une lutte…

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

C'est le week-end: restez chez vous!
Plus...