Jean-Michel Olivier: L'affaire Polanski nous rend fous (et folles) !

Le cinéaste Roman Polanski

Le cinéaste Roman Polanski Image: Georges Biard/CC

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Nouvelle édition de notre revue des blogs publiés sur le forum blog.tdg.ch de la Tribune de Genève et dans notre Webzine. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Les blogs sont publiés sous la seule responsabilité de leur auteur. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

Jean-Michel Olivier: L'affaire Polanski nous rend fous (et folles) !

L'affaire Polanski rend fou : elle concentre en elle bien des passions incandescentes. Le néoféminisme, d'abord, teinté de misandrie et de politique, mais aussi la pédophilie, les violences sexuelles, sans oublier un élément déterminant, l'antisémitisme. Cela fait beaucoup pour un seul homme ! Mais cela explique aussi les vagues de haine, d'incompréhension et de bêtise que suscite cette « affaire » sur les réseaux sociaux. On l'oublie bien sûr, car notre époque est amnésique, mais l'« affaire » a déjà fait un mort (...) Aujourd'hui, lors d'une misérable cérémonie des Césars, on se moque de sa taille (« un nain»), on écorche son nom (Jean-Pierre Daroussin), on oblige un comédien à faire le salut nazi sur scène (!). Pour rire, bien sûr. Une écrivaine néo-punk à la dérive, amoureuse des frères Kouachi, crache son venin dans Libération sur un réalisateur de films dont le talent la dépasse. On en revient aux bonnes vieilles méthodes en vigueur en Allemagne ou en URSS il n'y a pas si longtemps. Et cela ne scandalise personne… Vite ! Passons à une autre « affaire » ! Par exemple l'affaire Josette Bauer, bien plus intéressante !

Xavier Comtesse: Le coronavirus, vers un nouveau système de santé ?

Il faut écouter Bruce Aylward qui vient de rentrer d’une mission en Chine pour le compte de l’OMS, il est formel : de nouvelles caractéristiques sont en train d’émerger dans le système de santé pour endiguer la pandémie en Chine, ce qui d’une certaine manière influencera nos propres systèmes à l’avenir. Voici ce que l’on peut tirer de ses observations : 1.- la vitesse est le facteur déterminant de toutes interventions (...) 2.- la population est le premier maillon de la chaine de santé (...) 3.- Diminuer les contacts sociaux (...) 5.- le « chez-soi » comme premier lieu de traitement (...) C’est dons un système de santé très décentralisé, organisé en réseau à partir des gens eux-mêmes et de leur « chez-soi ». C’est très nouveau à cette échelle et cela donne à réfléchir pour l’avenir du système de santé dans sa conception globale. Ces recommandations paraissent pleines de bon sens … vous pouvez lire ici un interview en anglais de Bruce Aylward sur ce sujet

Mireille Vallette: Prix “Stop Islamization” 2020: ouvrez votre bourse!

«Il Guastafeste», alias Giorgio Ghiringhelli et ses fans, lancent un appel de fonds pour la troisième édition du “Swiss Stop Islamization Award”. Ce prix créé en 2018 récompense chaque année trois personnes ou associations prioritairement en Suisse, mais aussi dans les pays limitrophes, qui se sont distinguées pour leur activité contre l'islamisation et contre le radicalisme islamique. Chaque lauréat reçoit 2'000 francs. L’attribution du prix de cette troisième édition aura lieu durant l’été. (...) Les nominés de l’édition 2020 Suisse francophone et France (...) Uli Windisch (Genève), né en 1946, a été professeur à l’Université de Genève de sociologie, communications et médias et invité par de nombreuses universités européennes et nordaméricaines. Il a créé et dirigé le master et l’école doctorale en communications et médias. Il est l’auteur de 18 ouvrages et de très nombreux articles. C’est en 2012, après avoir quitté les universités, qu’il a lancé le «web-journal» suisse romand LesObservateurs.ch, dont il est le rédacteur en chef et avec lequel il a déjà conquis une audience internationale. (...) La première édition du prix avait été gagné par Mireille Vallette, Walter Wobmann et Lorenzo Quadri, et la deuxième par Sami Aldeeb, Alain Jean-Mairet et Magdi Cristiano Allam.

Cédric Segapelli: James Ellroy

C’est toujours enthousiasmant d’évoquer l’oeuvre de James Ellroy à l’occasion de la parution d’un de ses romans qui entre dans l’actualité littéraire parce que cela nous donne l’occasion de faire la retrospective d’un auteur monumental qui a radicalement changé la perception que l’on pouvait avoir de la littérature noire. Et si l’on me demande quel est mon roman préféré de James Ellroy, je réponds sans hésitation Lune Sanglante (Rivages/Noir 1987), premier opus de la série Llyod Hopkins, sergent tourmenté du LAPD. Adoubé à l’époque par Jean-Patrick Manchette avec cette phrase emblématique où balistiquement parlant, le redoutable chroniqueur faisait référence à «son épouvantable puissance d’arrêt » pour un ouvrage qui détonnait dans le paysage du roman policier francophone. A sa parution, alors à peine âgé de 20 ans, je découvrais donc un livre où l’auteur passait déjà un contrat moral avec son lecteur où l’intellectualisation de la pensée faisait déjà partie de l’exigence pour accéder à un texte dense au ramification complexe où l’on rencontrait le personnage « ellroyien » par excellence, implicitement maudit (...)

Olivier Baud: L’enfer des cyclistes perdure à Genève

D’aucun.es s’autorisent à mettre en doute les conditions épouvantables réservées aux cyclistes dans le canton. (...) Un exemple parmi d’autres, qui frappe par le fait qu’il se répète exactement au même endroit à près de 10 ans d’intervalle ! (voir billet du 10 octobre 2010 « Cyclokamikaze ») : la bande cyclable qui court tout le long de la rue du Contrat-Social s’interrompt brusquement en ce début du mois de mars 2020 sans aucun signe ou avertissement préalable. (...) David contre Goliath version XXIème siècle. Vivement une politique de mobilité douce cohérente !

David Frenkel: Courageux mais pas téméraires

Après le carnaval d’Alost, en Belgique, de Campo de Criptana, voilà qu’un troisième carnaval, en Espagne encore, et plus précisément dans la ville de Badajos, brocarde la Shoah. Allant plus loin dans la provocation, les animateurs y ont amalgamé les nazis et les victimes juives. Selon le JTA, les participants au cortège ont brandi des bannières où était dessiné une croix gammée et le mot "Juif" en allemand, entourés d'étoiles de David. (...) Cette Europe qui peine à se défaire de la bête immonde, ne pardonne toujours pas aux juifs de lui rappeler, par leur existence même, l’horreur commise envers eux. Méditons sur cette pensée : si la cartouche contient la charge d'une arme à feu, l'esprit infecté d'horreurs banalisées, renferme les explosifs d'un dispositif froid. (...)

Patricia Aline: Pourquoi, pour moi, Netanyahu n'a pas gagné.

Parce que même si il y gagné quelques voix, ou quelques sièges, cette majorité il ne l'obtient pas. Il reste en échec, après 3 élections, et il n'arrive toujours pas à monter un gouvernement. Il reste accroché à son siège, faute de mieux, un PM sans budget, sans vrai gouvernement. Une majorité des électeurs israéliens ne souhaite pas Netanyahu comme PM (premier ministre). Pas de Rak bibi (seulement bibi) Netanyhau (BN) au long de cette année a perdu des soutiens, d'abord (...) aujourd'hui, après ses élections à répétition, on a pu constater la faille de la démocratie israélienne, sa faiblesse, mais aussi sa force, celle de mettre en examen un PM, de mettre en échec la corruption, même si cela coute très cher aux citoyens qui vivent maintenant une année sans budget.

Antonio Gambudsa: L’économie, le Covid 19 et la mauvaise foi

Petit tremblement de terre dans les médias télévisés locaux lors de l’intervention du magistrat genevois de l’Economie. Hormis les messages controversés des « hateurs » habituels, les opportunistes en campagne électorale et les rares défenseurs du ministre sur la page Fb de Léman Bleu, la grande majorité des commentaires concernaient les rentes à vie des élus exécutifs et plus particulièrement celle du magistrat désormais honni. (...) Concernant cet épisode de la vie politique genevoise, la tâche du ministre Maudet sera favorisée par son talent opérationnel même si l’interview était trop longue et que les réponses étaient trop détaillées. Mais ce qui a attisé les réactions c’est le mot d’ordre; celui-ci a renforcé l’antipathie des trolls. Aucune référence aux en cours et pour cause, j'aurais aimé entendre quelques mots sur un changement du business model de la République. Fini les cadeaux et les échanges de prestations qui ont accompagné pendant longtemps les négociations commerciales. Les mentalités actuelles appellent à une attitude de moines trappistes, mêlant bénéfices, éthique et la volonté de redistribuer le produit de l’impôt dans la qualité de vie quotidienne, parfois jugée superflue par le citoyen-électeur-payeur-receveur.

Sylvain Thévoz, Didier Bonny: Des défis majeurs pour les villes

Les villes sont l’échelon institutionnel le plus proche des habitant·e·s. Paradoxalement, elles ont peu de compétences décisionnelles, en particulier à Genève. Leur force et leur légitimité se trouvent dans l’action de proximité pour renforcer la cohésion sociale et l'inclusion de toutes les composantes de la population. Cet équilibre se concrétise également par un aménagement urbain respectueux du cadre de vie des gens. Aux défis de justice sociale s'ajoutent ceux générés par les dérèglements climatiques. Ses effets néfastes ont un fort impact sur les populations urbaines ; davantage encore sur les personnes défavorisées sur le plan socioéconomique. Les villes doivent préserver et consolider leurs compétences (...)

Adrien Faure: Le blog et ses lecteurs

Il y a plusieurs années, la blogosphère de la Tribune nous avait enjoints de créer un compte Google Analytics pour enregistrer l’évolution statistique de nos lecteurs. Pour la première fois depuis, je suis allé voir ces statistiques qui se sont accumulées au fil du temps loin de mon regard. Il s’avère que, durant les quatre dernières années, 100'550 lecteurs sont venus visiter le blog, consultant en moyenne 2,45 pages. 46,22% d’entre eux se sont connectés depuis la France, 24,36% depuis la Suisse (...) 100'550 lecteurs sur quatre ans, nous donne une moyenne de 25'138 lecteurs par année, 2095 par mois et de 70 par jour. En vérité, entre 2016 et 2017 ils étaient 22'357, entre 2017 (...) Utopies concrètes gardera son rôle d’espace à présent entièrement théorique et abstrait et continuera de servir des lecteurs effectuant des recherches. Le troisième blog, qui regroupe majoritairement des carnets de voyage et des poèmes, poursuivra sa vie avec probablement l’ajout de quelques écrits fictionnels.

Créé: 05.03.2020, 14h13

Le meilleur des blogs

Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Les blogs sont publiés sous la seule responsabilité de leur auteur. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch. Conditions générales d'utilisation.

Haykel Ezzeddine: Ah ce racisme ambiant!

Pascal Holenweg: Ce virus est altermondialiste et écosocialiste

Anne Cendre: La messe et les Huguenots

René Longet: Coronavirus et climat, deux poids deux mesures

Vincent Strohbach: La fin des grandes gueules ?

Vincent Strohbach: La fin des grandes gueules?

Sylvain Thévoz: Davantage de verdure et de liens sociaux dans les quartiers?

Eric Bertinat: Mais quand donc les syndicats protégeront-ils les travailleurs suisses ?

Claude Bonard: La neutralité suisse, un moyen et non une fin en soi

Didier Bonny: « La Communion » : en état de grâce

Xavier Comtesse: 2020 catastrophique pour l’horlogerie suisse

Haykel Ezzeddine: Ah le Jet d'eau!

Vincent Schmid: #Griveaux et le onzième commandement

Djemaâ Chraïti: Ouf, Gallimard ne me publiera pas

Rolin Wavre: Route suisse, une belle occasion manquée

Jean-Noël Cuénod: L’insoutenable légèreté de Benjamin Griveaux

Guy Mettan: Affaire Crypto, mais que font nos espions ?

André Thomann: Douce France

Rodolphe Weibel: J’ai présenté la boucle CFF genevoise

Christian Brunier: Chœur de pomme

Vincent Schmid: Pour Mila

Marc Schindler: La chute du banquier noir

Gabriel Jaccard: La politique extérieure de l'UE en Suisse

Pierre Kunz: L'autoritarisme pour sauver l'humanité ?

Edmée Cuttat: «Adoration», l'éloge de l'amour fou

Jean-Michel Olivier: Georges Steiner, professeur et tyran

Bruno Hubacher: Crime en col blanc

Jean-Noël Cuénod: Edouard Philippe, à quoi peut-il bien servir?


Pierre Béguin: La rééducation des citoyens

Anne Cendre: Arsenijevic à Marmottan

Simon Brandt: Ma vision et mes projets pour Genève

Sami Kanann: La possibilité d’un avenir à chaque enfant


Pascal Décaillet: Suzette face à la Communauté du Bien


Olivier Baud: Salaires « hors classes »... mais pas hors canton

Didier Bonny: « 1917 » : époustouflant

David Frenkel: 75e anniversaire de la libération d'Auschwitz

Sylvain Thévoz: Les arbres repoussent, pas la vie humaine

Pierre Kunz: La propagande trompeuse d'Oxfam

Paolo Gilardi: Toutes des salopes?

Jacques-Simon Eggly: Sur ces scandales sexuels

Catherine Armand: Des inégalités aussi dans les communes «riches»!

Valentin Dujoux: Des panneaux de signalisation féminisés

Edouard Dommen: Munitions englouties

Christian Brunier: Défendons la parole libérée des femmes

Patrick -E. Dimier: Un renoncement à juger

Link

Manuel Alonso Unica: Les Pâquis contrent les vélos

Edouard Dommen: Les vaches à lait sont des travailleuses

Djemaâ Chraïti: Sur les traces du héros, l'esclave Benkos Biohò


Philippe Meyer: Après le crash ?

Pierre Béguin: L'ogre Matzneff

André Naef: Trump et l'Iran: la loi de la jungle

Didier Bonny: L'enjeu de la votation du 9 février

Abbas Aroua: Critères pour différencier les entités à référence religieuse

Arnaud Cerutti: Roger Federer: 2020, avec l'envie d'y croire

Rolin Wavre: Souffrance et incompréhension

Charly Schwarz: Une démocratie à réinventer

Hank Vogel: Bonne année 2020!

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

C'est le week-end: restez chez vous!
Plus...