Passer au contenu principal

Le meilleur des blogsHouda Khattabi: Vote électronique : où en sommes-nous ?

Nouvelle édition de notre revue des blogs publiés sur le forum blog.tdg.ch de la Tribune de Genève et dans notre Webzine. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Les blogs sont publiés sous la seule responsabilité de leur auteur. Pour retrouver les blogs, sélectionnez la rubrique OPINION! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

Houda Khattabi: Vote électronique : où en sommes-nous ?

Lancé en 2004, le projet de vote électronique a permis d’acquérir une vaste expérience dans le domaine, avec quelque 300 essais et des ratés qui ont fait couler beaucoup d’encre. Et ce ce vote électronique, on y tient ! Car malgré les craintes quant à d’éventuelles manipulations de résultats ou de tentatives de piratage, il présente de nombreux avantages, dont la principale reste sa simplicité. Mais il y a en a d’autres de taille : résultats de scrutins rapides, impossibilité de voter en retard ou de déposer des suffrages nuls, possibilité de voter même en vacances, accessibilité facilitée à tous les votants... Et à l’heure où l’on utilise fréquemment l’ebanking ou les sites marchands, les plateformes de vote électronique présentent des mesures de sécurité qui n’ont rien à envier aux magasins en ligne : nombreux codes de vérification, vérifiabilité individuelle, chiffrages effectués à différents niveaux, sont autant de mesures qui sont exigées par l’administration fédérale pour qui la fiabilité est un critère non négociable. Or après l’adoption du vote électronique par 10 cantons, les systèmes en vigueur ont été successivement abandonnés. Genève d’abord en 2018, puis les autres cantons début 2019, après la découverte de failles majeures dans le code source du système développé par La Poste. (...)

Marc Schindler: Twitter, l’arme fatale

Le tweet, c’est l’arme fatale de Trump depuis qu’il est à la Maison Blanche. Il en a déjà lancé plus de 12 000. (...) Son compte Twitter compte plus de 80 millions de followers. En 280 signes, Trump annonce sa politique, il crée l’événement, il crucifie ses adversaires, il distille ses théories du complot. Twitter permet à Trump de se présenter comme un président fort qui tient tient tête aux soi-disantes élites politiques. Ses cibles favorites (...) Un nouveau tweet, après les graves incidents à Minneapolis qui ont suivi la mort d’un Noir abattu par la police : « Quand les pillages commencent, les tirs commencent ». Twitter a jugé que cela constituait « une apologie de la violence ». Comme on pouvait s’y attendre, les soutiens de Trump se déchaînent contre les réseaux sociaux : « Si nous attendons, les Big Tech voleront l’élection du président Trump ». Ses adversaires fustigent l’usage du pouvoir présidentiel à des fins personnelles. (...) Mais ce que Trump n’a pas compris, c’est qu’il risque d’être la première victime de son décret. La loi sur la décence dans la communication, promulguée au début d’Internet, donnait aux réseaux sociaux la liberté de diffuser ou non les messages, sans être responsables de leur contenu. Au contraire de la presse. En 1966, Internet était considéré comme un forum pour la diversité des opinions politiques. En mettant en cause ce principe, Trump abuse de son pouvoir et viole le Premier Amendement de la Constitution, qui garantit la liberté d’expression. Trump a ouvert la boîte de Pandore, sans s’en rendre compte. (…)

Philippe Meyer: Les mystères du crash de l’Airbus A320 de Pakistan Airlines

Vendredi 22 mai en début d'après-midi, un Airbus A320 de PIA, en provenance de Lahore, s'est écrasé sur un quartier résidentiel, alors qu'il approchait de l'aéroport de Karachi. 97 des 99 personnes à bord, dont huit membres d'équipage, ont été tuées dans cet accident. (...) A la nouvelle de cet accident, les commentateurs ont trop rapidement accusé la maintenance de l’avion. En effet, on imagine aisément une mauvaise procédure de sortie de stockage après plusieurs mois d’arrêts… Mais les différents éléments d’enquête permettent désormais plutôt de s’orienter vers l’hypothèse d’un accident dû à une erreur humaine. Rétrospective des événements : (...)

----------

Tous les jours une nouvelle revue des blogs hébergée par @tdg.ch. Les blogs sont publiés sous la responsabilité de leur auteur. Ils n'engagent pas la rédaction de la Tribune.

----------

Jean-Noël Cuénod: Aux confins du déconfinement

Le déconfinement réserve plein de chocs. Entre ceux qui désirent que tout revienne comme avant, les autres qui veulent que tout change et les autres, sans doute les plus nombreux, qui souhaitent changer de monde, un peu, tout en le conservant, beaucoup. Petits chocs, cela dit, en comparaison avec la violence des faillites et du chômage. En attendant, 10e série des tankas à lire et à ouïr. (...)

Rémi Mogenet: J. R. R. Tolkien et les démons du mensonge

question de Dame Nature offensée par la pollution, ainsi que la dimension morale de la pollution dans l'ancien lexique religieux, me demandant dans quelle mesure le mensonge pouvait offenser la Nature, qui est réputée n'avoir pas de pensée. Un lien objectif entre les deux a été établi par J. R. R. Tolkien dans sa mythologie, car ses démons, au sens propre, sont désignés comme des princes du mensonge, et en même temps ils sont les pères évidents de l'industrie moderne, et par là-même les pourvoyeurs d'une effroyable pollution extérieure. La dimension écologique de ses écrits a été remarquée par tout le monde: Sarúman a une voix d'enjôleur et de menteur, il arrange continuellement la réalité par ses mots subtils – et en même temps il crée une industrie polluante, détruit des arbres, s'adonne à la manipulation génétique et forge des armes destructrices fondées sur l'explosion. Sauron fait, lui, de son royaume un champ de ruines et de scories ne laissant plus de place au règne végétal – et en même temps il crée l'illusion que son anneau peut être utilisé pour le bien, alors qu'il ne répand ce mensonge que pour mieux étendre son empire. Tolkien même a dit que Melkor le Morgoth, le premier dieu du mal à être apparu sur la Terre (évoqué dans le Silmarillion), est lié en profondeur à l' ge de la Machine, et que ses monstres sont en réalité des créations mécaniques (...)

Djemaâ Chraïti:Sourire avec les yeux

Mon invitée Marie-Andrée Ciprut, psychologue-écrivaine Quelle gageure en effet ! Assise dans un tram, j’aperçus une amie qui attendait le sien de l’autre côté de la rue, un masque sur le visage. « Mais c’est Unetelle ! » me suis-je dit en m’apprêtant à lui faire un signe amical. J’ai brusquement arrêté mon geste, en proie à un terrible doute : La taille et la carrure, c’était elle, Le style d’habillement, c’était elle, Les couleurs pastel, c’était elle, La coiffure, c’était peut-être elle, Mais, derrière son masque, était-ce vraiment elle ?... J’ai dû alors affronter cette brutale réalité : le coronavirus allait désormais s’immiscer dans nos vies pour les influencer, les contrôler, les diriger, les changer… Quelle histoire, ces masques ! (...)

Pascal Holenweg: Déconfinement du 6 juin : Le jour le plus soûlon?

(...) Et donc, les manifestations jusqu'à 300 personnes seront autorisées dès le 6 juin (même les manifs à vélo à Genève ?), (...), les récoltes de signatures pour référendums et initiatives et presque toutes les activités pourront reprendre (à quelques exceptions près, comme la boxe, je judo, la danse de salon...), y compris celles des travailleuses et travailleurs du sexe. Les cinémas, les théâtres, les salles de concerts pourront rouvrir (mais les saisons seront terminées) et quelques festivals (comme celui de La Bâtie) estivaux pourront avoir lieu La présidente de la Confédération, Simonetta Sommaruga, résume : (...) Le monde d'après la pandémie pourrait-il n'être que la copie conforme du monde d'avant, quitte à ce que cela prenne du temps (et coûte des milliers de milliards) ? Ce n'est pas seulement un risque, cela semble être le projet des principaux acteurs politiques et économiques, un peu partout dans le monde -et donc en Suisse comme ailleurs. Il nous faudrait faire, pour notre temps, mentir le constat amer de Walter Benjamin pour le temps de l'entre-deux-guerres du XXe siècle : "Les choses continuent comme avant : voilà la catastrophe", mais pour cela, il nous coaliser des forces encore souvent dispersées. (...)

David Frenkel: En toute bonne foi

Je ne résiste pas à publier un article de Jean Patrick Grumberg, admirablement documenté, qui tort le cou à tout ce que les journalistes et les médias ânonnent concernant la guerre que mène Donald Trump contre Twitter. Cela d'autant plus que mon commentaire qui rapportait “Ce Tweet a violé les règles de Twitter sur la glorification de la violence. Cependant, Twitter autorise les terroristes, les dictateurs et les propagandistes étrangers à abuser de sa plate-forme”, a été censuré par un bien-pensant. (...)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.