Passer au contenu principal

Haykel Ezzeddine: Blocher et la caravane de la misère !

Nouvelle édition de notre revue des blogs publiés sur le forum blog.tdg.ch de la Tribune de Genève et dans notre Webzine. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Les blogs sont publiés sous la seule responsabilité de leur auteur. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

Haykel Ezzeddine: Blocher et la caravane de la misère !

Chaque année le sérieux magazine Bilan nous gratifie d'un numéro intitulé "Les 300 plus riches de Suisse". Son dernier opus publié à la fin de l'année dernière parle de 702 milliards de francs ramassés par 300 fortunes et attention cette enquête minutieuse ne prend en compte comme seuil d'entrée à ce palmarès que les fortunes à partir de 200 millions de francs. Parmi ceux qui ont profité et fructufié leurs millions, la famille Blocher. Ceci explique l'empressement de l'UDC pour la levée immidiate de l'état d'urgence afin de revenir aux affaires. Christophe et ses enfants ne veulent pas perdre leur rang dans cette course aux milliards. Pendant ce temps, à Genève une "Caravane de solidarité" est entrain de défigurer le paysage carte postal de la Suisse prospère. Depuis un mois, cette association au moyen limité distribue à tour de bras des denrées alimentaires aux plus démunis grâce aux dons de bienfaiteurs. (...) 2500 personnes c'est énorme pour un canton comme Genève…. Photos dans le blog de Demir Sönmez.

Thomas Putallaz: Au sein de chaque territoire, faire de son mieux, pour affronter le pire

(...) Les contraintes d’un territoire (environnementales par exemple) nécessitent des actions au-delà des périmètres propres à chaque collectivité, toute comme l’action d’une collectivité peut avoir des effets sur la commune, le canton ou le pays voisin. C’est justement pour faciliter le dialogue entre voisins, que se sont progressivement instaurées des assemblées de copropriétaires, des groupements communaux (Association des communes genevoises), des conférences intercantonales (conférence des chefs de département de l'aménagement), des assemblées extraterritoriales (comité régional franco-genevois, Conseil du Leman), ou des instances supranationales (Espace Shengen). (...) Lorsque les déséquilibres persistent ou lorsque certaines intentions ne respectent pas les conventions établies, il s’agit de trouver l’organe régulateur qui procédera à la pesée d’intérêts, sur la base de valeurs partagées au sein d’une ou de plusieurs collectivités réunies. La légitimé des décisions prises par ces organes régulateurs repose sur le respect des spécificités de son voisin.

----------

Tous les jours une nouvelle revue des blogs hébergée par @tdg.ch

----------

Pascal Décaillet: Comme le sous-préfet : aux champs !

(...) Mon modèle est celui d'une démocratie totale, beaucoup plus de place prise par le suffrage universel, et des Parlements qui se contentent de faire les lois, sans la moindre mystification nécessaire du rôle "d'élu". Ils fabriquent les lois, soupèsent les virgules si ça les excite, votent un texte final, et si le peuple n'est pas content, il attaque la loi en référendum. Surtout, ce même peuple multiplie les initiatives, celles qui viennent d'en bas : les citoyennes, les citoyens sont la pierre angulaire de la nation, ce sont eux qui font la politique, et pas spécialement les élus. Tel est mon modèle. (...) On aurait donc imaginé que d'autres que moi vinssent à la rescousse d'un pouvoir législatif que je n'adule guère. Oui, mais voilà : il y a eu la crise. Depuis deux mois, les exécutifs sont omniprésents, on ne voit et n'entend qu'eux. Sous l'imparable prétexte (en tout cas moi, n'étant pas médecin, je n'ai pas les moyens de la parade) d'urgence sanitaire, la Suisse est gouvernée par ukases, décrets, arrêtés directs. (...) Les Parlements, en Suisse, ont intérêt à réussir leur retour. (...)

b>David frenkel:Une sage décision

Le Conseil fédéral vient de refuser une aide d’urgence aux médias. Je salue cette décision. Ce n’est pas aux contribuables à supporter les errements d’une presse qui pleure misère au lieu de faire son auto-critique. Le coronavirus a réduit comme une peau de chagrin leur espaces publicitaires, une manne juteuse qui masquait le manque de courage éditorial. Les journaux traditionnels sous forme papier ou sous forme numérique se distinguent tous par un mode de pensée qui ne sort pas des sentiers battus d’une praxis qui les enferme dans un ronronnement ennuyeux voir propagandiste. Ce sont les journaux gratuits qui peuvent s'enfermer ainsi, eux qui ne vivent que de la publicité. Les lecteurs attendent d'un journal payant qu’il lui présente des articles qui reflètent les opinions d’auteurs divers. I) Jamais on y a pu lire sur les bons accomplissements de Donald Trump, homme de droite. Il y est sans cesse moqué ou dénigré, alors que bien des affaires compromettantes de Barak Obama, homme de gauche, y ont été passées sous silence, voir par exemple.. II) Concernant le réchauffement climatique, on ne peut y prendre connaissance des avis de scientifiques qui le mettent en doute (...)

Gabriel Jaccard: L'UDC veut un confinement partiel: votre avis?

Lundi à Berne, elle pourrait proposer en somme l'imposition d'un confinement partiel pour ceux qui en ont besoin, et la reprise des activités pour les autres. En effet, les analyses montrent que le risque du Corona vise les personnes immunitairement faibles et les personnes âgées; soit des individus qui ont toujours été à risque peu importe la maladie. Si nous tous, néo-germaphobes, devons évidemment rester prudent, pourquoi ne pas demander l'effort aux personnes à risque et laisser ceux qui ne le sont pas reprendre leurs activités? D'autant plus que la situation économique est extrêmement grave! Par ailleurs, il est assez amusant de voir la solidarité des nouvelles générations qui sacrifient l'économie, au profit des retraités issus d'un âge d'or qui ne leur laissera que des dettes en héritage! Memento mori. Je prends vos avis!

Houda Khattabi: Suisse-UE postpandémie

(...) Nous attendons aussi avec impatience le calendrier de réouverture des frontières, pour pouvoir revoir nos proches, regagner nos lieux de travail et emmener nos enfants à l’école. Les suisses non déclarés vont prendre congé des amis ou frères qui les ont hébergés pour retrouver leurs vrais domiciles, et les familles aficionadas des supermarchés français retrouveront leurs produits favoris. Eh oui, la fermeture des frontières avec l’Europe a eu un impact beaucoup plus fort que ce l’on imaginait avant : familles séparées, habitudes de villégiature impossibles, pistes cyclables transfrontalières fermées... et on n’aime pas se l’avouer mais les partenaires commerciaux et les clients se trouvent de part et d’autre des frontières. Alors lorsque l’activité aura repris à un rythme normal les restaurants, salles de concerts, gares et aéroports suisses seront ravis de retrouver leur nombreuse clientèle frontalière. (...)

Claude Bonard: 1801, les Polonais de Bonaparte passent par Genève

Le 3 mai est le jour de la fête nationale polonaise. L'hymne national polonais, la Mazurka de Dombrowski composée en 1797 rappelle l'épopée de la légion polonaise de l'armée d'Italie du général Bonaparte sous le commandement de Jan Henryk Dombrowski. Quelques années plus tard, cette légion va passer par Genève ainsi qu'en témoigne un document conservé au Service historique de la défense à Vincennes daté du 26 Germinal An 9 de la République une et indivisible. Cette lettre signale l'arrivée de la légion polonaise à Genève, en marche pour la Toscane. Le mois de Germinal était le septième mois du calendrier républicain correspondait, à quelques jours près (selon l'année), à la période allant du 21 mars au 19 avril du calendrier grégorien. L'an 9 de la République correspond à l'année 1801. (...)

JF Mabut: Le Temps, Heidi, la presse de qualité, comment la financer

(...) A part le New York Times et quelques autres titres qui se comptent, je crois, sur les doigts d'une main, aucun canard ne peut vivre jusqu'à présent de l'Internet, où le marché publicitaire est phagocyté par les nouveaux géants qui savent faire du prêt à porter informationnelle grâce au traçage précis des va et vient et des habitudes de consommation des internautes. Certes, disent les journaux, c'est en nous pillant que les Google et autre Facebook attirent le chaland. Ce n'est pas faux. Et c'est là qu'on revient au journalisme de qualité et à son financement... A ce propos, Heidi.news, qui fête ces jours sa première année d'existence et a reçu en décembre 2019 un appoint de la fondation Aventinus de François Longchamp, a invité Anne Sinclair à rédiger sa newsletter du jour. Pour la célèbre journaliste, la qualité se résume en deux mots: fiable et scrupuleux. (...) Aventinus va-t-il donc fusionner Heidi, la jeune pousse, et Le Temps, l'héritier controversé mais somme toute assez fidèle du Journal de Genève et forger, ici, une marque d'information "fiable et scrupuleuse" pour l'espace francophone? Reste une inconnue. Le temps congru dont disposent les gens, abonnés ou non, pour lire, pour s'informer dans un monde où l'offre de qualité est pléthorique.

Christian Brunier: Journée mondiale de la liberté de la presse

« Je croirais vraiment à la liberté de la presse quand un journaliste pourra écrire ce qu’il pense vraiment de son journal. Dans son journal », Guy Bedos, Artiste, Humoriste. Le 3 mai a été proclamé, par l’Assemblée générale des Nations unies : Journée mondiale de la liberté de la presse.(...) L’indépendance de l’information et des médias face aux pouvoirs politiques, religieux, militaires et financiers doit être assurée. La lutte contre les fake news, poisons tuant la vérité, doit s’accentuer. L’info ne doit plus être un produit d’appel pour la publicité, un simple gadget de consommation. A travers la Législation et les normes internationales, la liberté et l’indépendance de l’information doivent être protégées et garanties. Rosa Luxemburg considérait que la vie des institutions publiques cessait de bien fonctionner, sans élections générales, sans liberté de la presse et de réunions sans entraves, sans libre affrontement d’opinions. (...)

Rodolphe Weibel: L’indignité des CFF

Pour prouver que j’ai grossièrement sous-estimé les coûts de la boucle, les CFF ont présenté aux députés ce document, daté du 21 janvier 2020 (page 52 du Rapport de la Commission des Travaux) : (...) Reprenant ma carte schématique du 28 avril 2019 indiquant la situation des sauts-de-mouton envisagés, les CFF les ont entourés d’un trait rouge et numérotés. Chacun des sauts-de-mouton indiqués sur cette carte a été étudié, dessiné, et son coût calculé. Tout ça a été rendu public. Et bien entendu, j’aurais répondu aux questions que mon travail aurait suscitées, si les CFF avaient bien voulu s’y intéresser. Les CFF ne se sont pas embarrassés d’un quelconque scrupule : plutôt que d’analyser plans et calculs faits pour chaque ouvrage, ils dressent une liste de sauts-de-mouton réalisés ou en cours de réalisation en Suisse, affirmant implicitement que tous les sauts-de-mouton de Suisse coûtent approximativement le même prix, ce qui est parfaitement faux : il y a des sauts-de-mouton de 2 kilomètres de long, d’autres de 600 mètres, il y a des sauts-de-mouton en viaducs, d’autres en souterrains, dans des conditions environnementales, géologiques, topographiques différentes. Certains sauts-de-mouton doivent reposer sur des portiques transversaux, d’autres non. Comme chaque ouvrage du projet GeReR a été étudié, dessiné, et rendu public, il aurait été facile pour les CFF d’approcher le coût de chacun d’eux. Ils n’ont même pas fait ça ! Quelle vilenie ! (...)

Bernard Comoli: Peuples indigènes

Les informations en provenance de l’Amazonie au sujet du Covid-19 sont inquiétantes. De la Guyane à l’Équateur, en passant par le Brésil, les médias font état de situations alarmantes en raison de l’étendue des territoires à protéger, des déficiences des services de santé et/ou de sécurité. Mais aussi de la volonté de certains groupes de poursuivre leur activité illégale, l’orpaillage et la déforestation notamment. Sur ce blog, la note 22 mars 2010 signalait déjà les inquiétudes des organisations, indigènes. Voici quelques informations concernant surtout le Brésil. (...)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.