Passer au contenu principal

Haykel Ezzeddine: Ah le Jet d'eau!

Nouvelle édition de notre revue des blogs publiés sur le forum blog.tdg.ch de la Tribune de Genève. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre ci-dessous. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

Haykel Ezzeddine: Ah le Jet d'eau!

Au centre de notre belle rade trône le vénérable Jet d’eau qui se laisse prendre en photo à n’importe quelle condition météorologique. Sous le soleil, il brille. Sous la pluie, il brille. Sous l’orage, il brille. Avec la bise il brille. Majestueux il est. Et il le restera. Genève sans le Jet d’eau c’est triste. Quand il fait mauvais dans notre citée seul le Jet d’eau est capable d’égailler notre journée. L’effet du Jet d’eau c’est comme une pralinée dans la bouche. Un bon verre de vin millésimé. Un repas gastronomique chez un chef étoilé…Vive le Jet d’eau! (...)

Marc Schindler: Clint For Ever

Je viens de voir le dernier film de Clint Eastwood, « l’affaire Richard Jewells » et j’ai adoré. Quoi, encore un navet de ce vieux facho, l’inspecteur Harry, le supporter du lobby des armes, le thuriféraire du droit de tuer ? Attendez : le vieux Clint est plus complexe que l’image qui lui colle à la peau ! En 50 ans de carrière derrière la caméra, le regard de Eastwood sur l’Amérique a bien changé. Vous en êtes resté au flic impitoyable de ses débuts, au vengeur implacable, au vétéran raciste, au sniper sans état d’âme. A près de 90 ans, Clint vaut mieux que ça. (...) Ce qui me fascine chez ce vieux cinéaste, c’est qu’il révèle, sous le vernis d’une société fascinée par le fric et les armes, les turpitudes et les grandeurs d’Américains moyens dont il fait des icônes populaires. (...)

Gorgui Ndoye: Étrangers de Genève, votez le 15 mars!

J'ai le plaisir de vous inviter à cette rencontre d’information électorale, au 99 rue de Lyon, que j'ai l'honneur d'animer ce vendredi 21 février de 19h à 21h. La rencontre sera suivie d’un buffet dinatoire et rééditée le 6 mars! L'association #EuropeCharmilles, l'initiatrice est l'une des plus respectées de notre Canton-monde pour ses magnifiques réalisations notamment au profit de la jeunesse genevoise. Le 15 mars, en dehors des électrices et électeurs Suisses, les étrangers qui ont vécu 8 ans à Genève pourront aussi participer au choix des dirigeants de cette grande ville suisse et internationale. Ce n'est pas toujours le cas. C'est un droit acquis difficilement, il faudrait donc l'exercer fidèlement. Venez poursuivre la réflexion avec nous. Les candidates et candidats des différents partis en lice y seront, venez discuter aussi avec elles et eux. Vive Genève ! Vive la Suisse !

Pascal Décaillet: Quel impair, parmi mes pairs ?

Je suis allé à mes Promotions civiques l'année de mes vingt ans, en 1978. A l'époque, on appelait ainsi les "Promotions citoyennes" d'aujourd'hui, et la majorité, pour voter, n'était pas encore à dix-huit ans. Je garde le souvenir d'une cérémonie plutôt neutre, limite austère, où on nous avait, sans tambours ni trompettes, ni salamalecs, souhaité la bienvenue dans le corps électoral. (...) Je me suis imaginé, hier soir, dans la peau de ces garçons et ces filles de dix-huit ans, invités aux mêmes rites, s'y prêtant de bonne grâce, et littéralement pris en otages par la liturgie de l'environnement et du climat. Avec le choeur et son coryphée, avec Esther Alder, avec le ministre cantonal Vert, avec le chimiste céleste Jacques Dubochet. Bref, la Congrégation in corpore, joyeuse et cosmique, avec ses Anges et ses Archanges, ses Séraphins et ses Lampions. A la place de ces jeunes, qu'aurais-je fait ? (...)

André Pfeffer: Non aux rentes pour des enfants de réfugiés vivant à l'étranger

Le Tribunal fédéral a publié le 17 février un jugement qui accorde aux enfants de réfugiés un droit à une rente AI même s'ils ne vivent pas en Suisse. Cette possibilité s'explique par une lacune législative due à une inattention du Parlement. L'UDC entend la combler et elle déposera à la séance de demain de la Commission des institutions politiques du Conseil des Etats (CIP-CE) une proposition dans ce sens. (...) Il est intolérable aux yeux de l'UDC que ni le domicile, ni la nationalité des enfants ne soient pris en compte pour l'attribution d'une rente d'enfant à des réfugiés reconnus. Cette lacune est une invitation aux abus, par exemple moyennant de fausses déclarations concernant de prétendus enfants. L'UDC a l'intention de corriger cette erreur législative et elle déposera une proposition dans ce sens lors de la séance de la CIP-CE de demain.

Pierre Kunz: Anker chez Gianadda

Pour ceux qui sont sensibles à la peinture, il y a bien sûr Hopper à la Fondation Beyeler. Mais il y a aussi Anker à la Fondation Gianadda. (...) Il s’agit d’une exposition somptueuse qu’il faut absolument visiter. Pour découvrir certes la richesse de l’art pictural helvétique, mais aussi et surtout pour se laisser émouvoir, en particulier par la finesse, la méticulosité quasi photographique et la tendresse bouleversante des portraits réalisés par Anker au cours de la deuxième moitié du 19ème siècle. (...) (...C’était une Suisse agricole, qui pourtant souffrait fréquemment de disette et qui conservait le souvenir vivace de la famine qui, en 1816, avait frappé les populations du pays. (...)

Marie-France de Meuron: Bulle immobilière, bulle spéculative et....bulle médicale

(...) En Suisse, les signes d'une bulle sont bien présents : En 2016 déjà, la RTS titrait: Les primes maladie ont augmenté de 159% depuis 20 ans. Et chaque automne l'augmentation des primes revient Les études analysent comment la bulle gonfle, dans les moindres détails (entre cantons, entre tranches d'âge); ainsi, en expliquant avec des chiffres, on distrait le lecteur qui pourra en discuter mais ne saisira rien des réelles origines de la situation et n'aura pas de quoi y remédier pertinemment. Les solutions proposées ne sont que des pis-aller qui ne changent rien au fond. Par exemple, le PS propose un plafonnement des primes, ce qui soulagera certainement certaines habitants mais ne modifiera pas la trajectoire du processus. (...)

Pascal Holenweg: l'accaparement et l'empoisonnement des terres

(...) L'un des groupes fondateurs du populisme révolutionnaire russe s'était donné pour nom Zemlia i Volia, "terre et liberté" (ou "terre et volonté"). Ces deux mots sont toujours les premiers des revendications des mouvements de paysans sans terre -ou qu'on veut priver de leurs terres et de leurs maisons. De la Russie où le servage venait tout juste d'être aboli au Brésil, au Zimbabwe, à la Colombie d'aujourd'hui où les pratiques des puissants semblent le rétablir, une lourde permanence est évidente. Au Brésil, le 25 janvier 2019, le barrage mal rehaussé d'une mine de fer cédait à Brumadinho, dans l'Etat du Minas Gerais. Les villages en aval du barrage ont été détruits, les terres submergées. 272 personnes ont été tuées, des milliers d'autres ont tout perdu. (...) le pillage de ressources naturelles, le saccage d'un écosystème, une expulsion de populations sans moyens de se défendre seules face à des pouvoirs économiques et sociaux, des Etats et des entreprises multinationales. La solidarité internationale seule peut leur permettre de résister à ce qui sans elle les écraserait. Le Solifonds est l'un des acteurs de cette solidarité. Il convient donc de le soutenir dans ses actions en faveur des mouvements sociaux de la périphérie. (...)

John Goetelen: « Ya pu d’saisons ? »

Dimanche soir, au TJ de la télé suisse romande, Darius Rochebin recevait l’activiste écolo Julien Perrot. Lequel a sorti une nouvelle version d’un standard passéiste en diable. (...) « Il n’y a plus de saisons? » demande Darius Rochebin à Julien Perrot? Celui-ci a modernisé la formule sans en changer le fond. Il a trouvé un terme qui devrait faire mouche pendant deux ou trois ans: l’effondrement. Pour lui on n’est même plus dans un dérèglement climatique. On est dans l’effondrement du climat et des saisons tels qu’on les connaît. (...) Dans cette courte séquence Julien Perrot affirme par exemple qu’en 2060 Marseille connaîtra le climat de Baghdad. Darius Rochebin, que j’ai déjà vu plus inspiré, n’a pas tiqué. Pourtant cela me paraît... abracadabrantesque. Tentons d'évaluer ce que cela représente. Selon les relevés, la température moyenne annuelle de Marseille varie ces vingt dernières années entre 14,8° et 16,8° – données de la station de Marignane. Celles de Baghdad est de 23,9, soit 8 à 9 degrés de plus. (...)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.