Passer au contenu principal

Gabriel Jaccard: La politique extérieure de l'UE en Suisse

Nouvelle édition de notre revue des blogs publié sur le forum blog.tdg.ch de la Tribune de Genève.. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci, pour la qualité de notre forum, d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

Gabriel Jaccard: La politique extérieure de l'UE en Suisse

D'un point de vue économique, en 2018, le volume d'échange des marchandises entre la Suisse et l'UE représentait 60% du volume total pour les suisses, alors qu'il ne représentait que 7% pour l'Union Européenne. Concernant le volume d'échange des services, il se situait dans les même proportions, soit 52% pour la Suisse et 11% pour l'Union Européenne (références ici). Même si certains bloggueurs relèvent les précieux avantages de l'UE à bénéficier d'accords avec la Suisse (p.ex. cf. François Schaller: ici), le combat reste encore largement inégal, la Suisse étant un partenaire moyennement important pour l'Union Européenne tandis qu'absolument nodal pour nous. (...) A notre sens, l'engrenage est d'ores et déjà amorcé et le paradoxe réside dans le fait qu'en souhaitant conserver notre liberté de nation souveraine, celle-ci disparaît pourtant à chaque nouveau traité bilatéral. Et comme le disait Benjamin Franklin, "Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux.". Peut-être la voie bilatérale n'aura servi qu'à gagner un peu de temps? Il est plausible qu'à force de lisser notre système, l'Union Européenne pourrait avoir raison de la souveraineté suisse. Dès lors, la morale de l'histoire Suisse-UE serait la même que celle des trois petits cochons, soit: Lorsque la maison ne cède pas, le loup utilise la ruse pour arriver à ses fins.

Pascal Holenweg: Les Celtes font de la résistance

Depuis le 1er février, le Royaume-Uni est hors de l'Union Européenne. Mais le drapeau européen flotte toujours devant le parlement écossais (...) Ce projet, ce choix, est précisément de passer d'une appartenance fatale (celle à la tribu, à l'ethnie) à une adhésion volontaire : on choisit d'être ou non d'une nation, comme un peuple choisit de se faire nation, sans l'être a priori. On choisit des règles communes, et de se doter d'institutions communes -qui peuvent être un Etat, mais qui peuvent aussi s'en passer : les Rroms s'en passent, et les juifs s'en passaient, avant le sionisme. Et cette nation-là, celle qui est un projet, un acte de volonté politique, suppose l'égalité de toutes celles et ceux qui la constituent -aussi n'est-elle jamais entière lorsqu'une part de cette constitution nationale est privée des droits qu'elle proclame et est-elle trahie lorsqu'en son nom on refuse aux autres ce qu'on revendique pour soi-même. Ainsi l'Ecosse pourrait-elle témoigner que toute émancipation nationale n'est pas forcément nationaliste : avouons que dans l'Europe (et le monde) d'aujourd'hui, cette porte ouverte à une citoyenneté ouverte a quelque chose d'une heureuse réponse au tribalisme égocentrique qui sévit un peu partout.

Pascal Décaillet: Vive la Commune, vivent les Maires !

(...) Nous avons, dans notre Canton, 45 communes : cela fait des centaines d’élus qui s’en occupent, entre les Conseils administratifs (exécutifs) et les Conseil municipaux (délibératifs). Des centaines de personnes qui consacrent du temps, en plénum ou dans les commissions, ou simplement par leur contact au quotidien, à la gestion du bien commun. Je les fréquente de près, ces temps, recevant nombre d’entre eux dans mes émissions sur Léman Bleu, une chaîne qui met le paquet sur la couverture de ces municipales. Eh bien les gens que nous recevons à longueur de semaines, avec mes confrères et consœurs, je vous le dis tout net, sont admirables ! Franchement, pour aller se coltiner, après une journée de boulot, les délibérations d’un Municipal, il faut passionnément aimer la chose publique. Ceux qui s’y lancent ne le font ni pour l’argent (ils n’iraient pas très loin, à part s’ils siègent à l’exécutif de la Ville, ou d’une très grande Commune !), ni pour la gloire. Ils le font, dans l’immense majorité d’entre eux, pour servir.

Maurice-Ruben Hayoun: Stéphanie Roza, La gauche contre les Lumières ?

On pourrait penser avant d’entamer la lecture sérieuse de ce sympathique petit ouvrage que le titre accrocheur ne dissimule rien de nouveau et qu’il se veut simplement accrocheur. Il n’en est rien car si l’on fait fi de discours féministes militants qui n’apportent rien de neuf, il attire notre attention sur l’ambiguïté, réelle ou feinte, des idéaux du siècle des Lumières. En effet, un débat philosophique a passé au crible l’intention profonde de ces mêmes idéaux avec des résultats contrastés, notamment dans des quartiers inattendus où l’on aurait cru que les valeurs les plus emblématiques de la gauche auraient reçu un meilleur accueil, comme la tolérance, l’universalité, l’égalité, la souveraineté infinie de la Raison, la haine de la persécution, la lutte contre la superstition, etc… Ces valeurs étaient censées être de gauche et voilà que la droite classique les reprenait à son compte en les tirant singulièrement vers elle. Se pose donc avec une certaine acuité la question suivante : quelle est la nature exacte des valeurs véhicules depuis près de deux siècles par les Lumières ? Et notamment au XIXe siècle et au cours du XXe ? (...)

Daniel Warner: What do Donald Trump and the Houston Astros Have in Common?

(...) What do Donald Trump and the Houston Astros have in common? They are both cheats. How to count the ways that Donald Trump has cheated? It’s not just the 15,000 lies and counting that the Washington Post is tracking. It’s not just failing to make public his income tax returns or using false bone spurs to get out of military service during the Vietnam War. No, Donald Trump has a history of cheating that is easily documented by examining his real estate dealings and bankruptcy filings. His most egregious cheating is the recent impeachment “trial.” For the first time in American history, an impeachment trial was held in the United States Senate with no new witnesses called or documentation presented. The president of the United States was tried in the Senate with no corroboration of the charges against him. How did Trump get away with this? The answer is quite simple (...)

Claude Bonard: ”Petit Louis”, musicien genevois, survit à la boucherie d'Eylau

Le 8 février 1807 se déroule la bataille d'Eylau, aujourd'hui Bagrationovsk près de Kaliningrad. Les 35'000 hommes de la Grande Armée de Napoléon 1er sont épuisés par onze jours de marche dans la neige. Face à eux, 72' 000 Russes et Prussiens. L'affrontement est terrible et les pertes considérables : 14'000 tués et blessés chez les Français, 23'000 chez les Russes et les Prussiens. Un Genevois, Jean-Louis Sabon surnommé “Petit Louis”, musicien militaire participe à l'affrontement. Voici la description qu'il fait de cette boucherie : “ J'avais 16 ans à peine, (...) Au bout de peu de temps je repris mon insouciance ordinaire, et je revis tout en beau comme par le passé. Quoique j'eusse sous les yeux un tableau hideux, dégoûtant, monstrueux ; il neigeait avec cela, puis il dégelait. On voyait là couchés plus de soixante bataillons carrés qui avaient été hachés par la mitraille et aussi par des charges de la grosse cavalerie des russes ; chacun était mort à son poste, depuis le soldat jusqu'aux serre-file, sergents-majors et officiers. (...)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.