Daniel Neeser: Payer moins une signifie qu’elle vaut moins qu’un. Est-ce juste ?

La revue des blogsOlivier Cohen: Le Lundi des Cendres. André Naef: Les amitiés antisémites de Nétanyah. John Goetelen: Autour de Notre-Dame. Jean.- S. Gowrié: Notre Dame a réveillé nos "racines chrétiennes". Toni Gambuzza: L’autoritarisme de la droite genevoise.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Voici la revue des blogs de notre forum blog.tdg.ch. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci, pour la qualité de notre forum, d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

Daniel Neeser: Payer moins une signifie qu’elle vaut moins qu’un. Est-ce juste ?

(...) Une grève est toujours un rapport de force qui répond à un rapport de force antérieur. Elle n’est pas et n’a pas à être « gentille », donc sans effet sur l’entreprise ciblée. C’est vrai qu’en Suisse on n’aime pas la violence des combats sociaux, l’article 8 de la Constitution qui préfère la « négociation et la médiation » en est l’illustration. Mais je suggère à ceux (et celles !) qui utilisent cet argument pour tenter de museler les grévistes de juin d’ouvrir les yeux sur la violence qui prévaut hélas de plus en plus souvent dans les rapports de travail et sur les trop nombreux échecs des négociations et je demande à qui ose prétendre qu’une différence de salaire entre hommes et femmes de près de 20 % ne fait pas partie des conditions de travail de revoir sa copie… Le mot salaire vient du mot ‘sel’, l’un des éléments naturels les plus essentiels à la vie, sa conservation et son goût. Tout est dans un sain équilibre, une juste (justice !) répartition. Sans sel rien ne vit, trop de sel étouffe. Payer moins une signifie qu’elle vaut, qu'elle vit moins qu’un. Est-ce juste ?

Olivier Cohen: Le Lundi des Cendres

Pendant l’incendie dévastateur de la cathédrale Notre Dame de Paris, ou immédiatement après, j’ai pu lire d’étranges commentaires sur les réseaux sociaux. Je passerai sur ceux à relent « complotiste », très tendance actuellement dans tous les domaines. Non, je veux parler des comparaisons stupides et réductrices selon lesquelles nous serions incapables d’avoir de la compassion, de l’amour ou de la haine pour plusieurs choses à la fois. C’est comme si le fait de pleurer la destruction de Notre Dame faisait implicitement de nous des monstres totalement indifférents à la faim dans le monde, à la guerre au Yémen ou à la pollution par le plastique !

André Naef: Les amitiés antisémites de Nétanyahu

A défaut de l'oublier, "on pouvait pardonner la Shoah". Succédant à des propos racistes et homophobes ainsi qu'à son éloge de la dictature militaire des années 60 à 80, cette déclaration de Jair Bolsonaro, le nouveau président brésilien, semblant passer par pertes et profits les six millions de juifs assassinés par les Nazis, a suscité une levée de boucliers en Israël. (...) Ce n'est pas là un cas isolé. Ainsi, Nétanyahu entretient les meilleures relations du monde avec son homologue hongrois, Viktor Orban, reçu également en grande pompe à Jérusalem, en juillet dernier, avec lequel il affirme avoir une parfaite identité de vues. Pourtant, l'homme fort de Budapest s'est particulièrement distingué par sa mise au pilori du milliardaire et philanthrope George Soros, présenté comme un "agent de la finance internationale", une expression qui, pour beaucoup de Hongrois, est synonyme de "Juif". (...)

John Goetelen: Autour de Notre-Dame

À l’époque de son édification, les différences de classe, de genre, d’origine, étaient transcendées dans une quête de l’union dynamique du Ciel et de la Terre. (...) Notre-Dame de Paris est un marqueur d’identité. Identité française, un vilain mot pour certains et certaines. Ainsi pour Hafsa Askar, étudiante parisienne, membre du bureau de l’Unef (syndicat étudiant gauchiste) et apparemment vice-présidente de ce syndicat. (...) Dans un tweet elle porte une polémique revancharde par cette petite phrase en mauvais français: « Jusqu’à les gens ils vont pleurer pour des bouts de bois wallah vs aimez trop l’identité française alors qu’on s’en balek objectivement c’est votre délire de petits blancs ». Balek? Un raccourci pour dire on s’en bat les couilles. (...) Heureusement il y a eu Marie-Amélie Tek. Une femme peu connue mais qui gagne à l’être. Elle est architecte du patrimoine depuis une quinzaine d’année, et passionnée de flûte, de chant lyrique et d’opéra comique. Elle était mardi sur le plateau de C dans l’air sur France 5. Je me suis régalé. Une intelligence et une parole à consommer sans modération. Je n’en dis pas plus. Ses interventions parlent pour elle. Elle est en ligne sur ce lien replay de C dans l’air (première intervention à 7’04’’). (...)

Jean.- S. Gowrié: Notre Dame a réveillé nos "racines chrétiennes"

Ainsi, il aura fallu que Notre Dame brûle pour que certains découvrent qu'il s'agissait d'un édifice...chrétien. Revenons un peu en arrière. Cela fait quelques années que la cathédrale fut en travaux. Pendant toutes ces années et alors qu'elle était visitée par 12 millions de "touristes" chaque année, Notre Dame avait toutes les peines du monde à trouver les "centimes" nécessaires à sa rénovation. Et hop, en à peine 72 heures après le (désastre ?), presque un milliard d'euros furent promis par quelques milliardaires de l'Hexagone ainsi que par des milliers d'autres "vrais" amoureux de l’Église. L'engouement suscité par le choc fut tel que, pour la première fois depuis longtemps, très longtemps, on a vu des médias français parler de Pâques en tant qu'évènement "chrétien". Une émission de Canal+ titrait même : "la France découvre ses racines chrétiennes". (...) Ainsi, entre 2015 et aujourd'hui, la France, pour ne parler que d'elle, a "déploré" la perte de plus de 240 "vies humaines". Et, depuis 2015, pas une minute ne fut consacrée à l'évocation de nos "racines chrétiennes" ni à l'explication du sens du Vendredi Saint. Comme quoi… La force de la pierre, du bois et du plomb.

Toni Gambuzza: L’autoritarisme de la droite genevoise

(...) Si la primauté de cotisation calcule une rente avec un taux de conversion sur un capital cumulé à 100% avec les intérêts, la primauté de prestation compense la différence entre ce qui est versé (100% des cotisation) et ce qui est capitalisé (80% des cotisations) par un calcul identique mais en compensant la couverture partielle de la caisse de pension. Pour mémoire, la couverture partielle est une stratégie cantonale et non un fait imputable à la fonction publique. Alors nos élus de droite sont-ils malhonnêtes ou simplement enfermés dans une tour d’ivoire où règne des principes éloignés de leurs responsabilités ? La réponse leur appartient et je parie que tous ne seraient pas heureux de voir leurs clients omettre un paiement sur leurs honoraires ou leurs fiduciaires passer à côté d'une déduction. Le personnel de l’Etat de Genève ne fait que préserver ses droits (non ses acquis) et garder haute sa garde avant le round d’application de leur loi 12 228 pendant que la droite du Grand conseil fait valoir ses principes, mal venus le cas présent et dénonce une structure étatique dimensionnée pour 1 million d’habitants mais financée par 300'000 contribuables, frontaliers compris. Si Genève vit sur un grand pied mal chaussé, ce n’est ni la faute de ses habitants et encore moins celle de sa fonction publique.

Créé: 20.04.2019, 11h53

Articles en relation

Jean-Noël Cuénod: Le cœur de pierre des ultrariches

Bons blogs Pascal Holenweg: Notre Notre-Dame. Pascal Décaillet:Ô vous, mère perdue ! Bernard Comoli: Un « Front de défense des droits des peuples indigènes » est créé au parlement brésilien. Michèle Roullet: Sandrine Salerno : militante et magistrate ! André Langaney: EllesToo Plus...

Leila El-Wakil: En marge de l'incendie de Notre-Dame de Paris

Excellents blogs Anne Cendre: Embrasements. Rémi Mogenet: Nostalgie du monde divin. Le groumeur genevois Et que renaisse Notre-Dame! Sylvie Neidinger: Scandale Notre-Dame-de-Paris. Edmée Cuttat: ”La lutte des classes”.Marie-Jeanne Bertinat: D’une cathédrale à l’autre. Pascal Décaillet: La pierre angulaire Plus...

Olivier Perroux: Le milliard de la honte

La revue des blogs Maurice-Ruben Hayoun: Uni face à l'épreuve, le peuple de France pleure sa cathédrale. Sylvain Thévoz: Pousse toi de mon trottoir que je pousse un sprint. Arnaud Cerutti:Avec l'Ajax, c'est le football qui gagne. Eric Bertinat: La Ville de Genève rayonne dans le monde. Plus...

Vincent Schmid: La Bible, un livre violent ?

Bons blogs Pascal Holenweg: Un projet démocratique à l'heure des objets connectés. Jean-Philippe Accart: Difficile d'effacer ses traces sur Internet. Olivier Staiger: Retour d'Islande. Ruben Hayoun: Israël; les deux camps se font face à la veille de Pessah Plus...

Ronald Zacharias: Campagne RFFA?

Blogs à lire Didier Bonny: « Mon inconnue » : à découvrir. Jacques-Simon Eggly: Un oui de raison à la loi sur les armes. Pascal Décaillet: Un peu de brioche, et un report du Déluge ! Colette Museur: Fascination. Jacques Davier: Tom Petty and the Heartbreakers Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

30 avions de Swiss immobilisés pour des problèmes de moteur
Plus...