Passer au contenu principal

Colette Museur: Comment ça, quand?

Nouvelle édition de notre revue des blogs publiés sur le forum blog.tdg.ch de la Tribune de Genève et dans notre Webzine. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Les blogs sont publiés sous la seule responsabilité de leur auteur. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

Colette Museur: Comment ça, quand?

Ébène, de Ryszard Kapuscinski, journaliste polonais, a été publié en l’an 2000 mais couvre les années ‘60-80 en Afrique. Ces années d’indépendance coloniales, de soulèvements… L’auteur y a vécu longtemps (...) Il raconte qu'à son arrivée au Ghana, il monte dans un autobus et s’y assied. (...) “Quand part l’autobus? Comment ça, quand? -dit le conducteur -Quand il y aura assez de gens pour le remplir”. (...) Les Africains perçoivent le temps différemment. C’est une catégorie beaucoup plus ouverte, élastique, subjective. Pour eux c’est l’homme qui influe sur la formation du temps, son rythme. (...) Et pour beaucoup d'entre nous en ce moment, le temps élastique que nous vivons nous rapproche, je crois, de la conception africaine.

Pascal Holenweg: C'est la crise finale du capitalisme...

On a pris l'habitude d'annoncer, au moins une fois par génération, que la crise finale, définitive, du capitalisme était là, sous nos analyses pertinentes, et que ce matin, que c'était l'aube du Grand Soir. On s'est toujours trompés ? Oui, mais seulement dans la scansion, le timing. On a seulement eu raison trop tôt en 1914, en 1918, en 1929, en 1933, en 1939, en 1945, en 1974, au moment des "subprimes"... Mais cette fois, pas de doute, on y est : le Pangolin a mis à bas le néolibéralisme, la mondialisation, le mercantilisme. Et on sortira de la crise sanitaire, de l'épidémie, en sortant du capitalisme. Forcément. Mektoub. (...) La pandémie remet un compteur à l'heure : mondiale par définition, elle exclut toute réponse isolée, singulière: nul ne pouvant s'en préserver, tous doivent la combattre. Si possible ensemble. En quoi elle ressemble fort à la dégradation climatique... et au capitalisme, dont on ne sortira pas non plus chacun dans son coin, en fermant les frontière, en restaurant les capitalismes nationaux contre le capitalisme mondialisé. Ou le féodalisme contre le capitalisme. On ne sort pas d'un système en restaurant ses formes anciennes. (...)

Vincent Schmid: Le pays de la double angoisse

Les générations nées après 1945, donc la plupart d’entre nous, ont été jusqu’à ce jour merveilleusement préservées. Elles n’ont pas connu la guerre (mon grand père et mon père, eux, se sont vus imposer des années de mobilisation). Elles n’ont pas connu la famine, aucune crise économique n’ayant égalé celle de 1929. Elles ont bénéficié d’une élévation sans précédent de leur niveau de vie… (...) Bref nous avions fini par croire à la fin de l’Histoire chère à Fukuyama (...) Avec la pandémie de Covid19, l’Histoire est de retour et elle est tragique. (...) Nous sommes, dans cette ambiance de chaos, à la veille de Pâques. Pâques est la fête cardinale des chrétiens, qui fut élaborée par des générations de l’Antiquité qui avaient, bien plus que nous et par la force des choses, le sens du tragique. Ce symbole parle fort, en ce moment particulièrement. Il émerge au départ sur la toile de fond de la Pâque juive. Selon les Evangiles, c’est à l’occasion de pessah, nom hébreu de la Pâque juive, que se déroulèrent à Jérusalem les dramatiques évènements du procès et de la mort en croix de Jésus de Nazareth. (...)

David Frenkel: On ne peut qu'être révolté

D'après la citation de John Stuart Mill : « La liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres ». Infecter autrui, c'est une atteinte à sa liberté de vivre, et entre parfaitement dans le cadre de ce proverbe. Hélas, seule la peur du gendarme peut inciter les gens inconscients, voir criminels, à respecter la liberté de vivre d'autrui. Ce sont les raisons pour lesquelles, et quoique qu'en disent certains, que l'extension des pouvoirs de la police, la fouille autorisée et le durcissement du contrôle digital, permettent en ces moments de grave pandémie de préserver le droit à l’existence de chacun d'entre nous. Critiquer ces mesures au motif que celles-ci pourraient subsister ad æternam, c'est faire un faux procès d'intention. (...)

André Naef: Un peu d'humilité, Messieurs les Chinois !

Comment dit-on "Y en a point comme nous" en mandarin ? Dans une interview à la revue américaine Science, George Gao, directeur du Centre chinois de contrôle et de préventions des maladies, fait la leçon aux Occidentaux, coupables à ses yeux de refuser le port massif du masque pour combattre le coronavirus. (...) Mais le professeur Gao est moins convainquant lorsqu'il tente de réfuter le reproche fait à la Chine d'avoir perdu quelques précieuses semaines, au prix d'innombrables vies humaines: les lanceurs d'alerte brutalement réduits au silence, les autorités de Wuhan redoutant d'apporter les mauvaises nouvelles à l'échelon supérieur, tare rédhibitoire d'un régime totalitaire où le dirigeant suprême n'est plus entouré que de béni-oui-oui. (...)

Olivier Perroux: Un scrutin à la Pyrhus

Voilà, Depuis hier mercredi 18h, on ne peut plus voter par correspondance à Genève pour les élections de ce dimanche. La liste des invraisemblances de ce scrutin sont tellement nombreuses qu’il est utile d’en faire le tour. Est-ce à cause de la Poste qui est débordée par une masse d’envois équivalente à la période de Noël, apparemment des électeurs n’ont pas reçu à temps leur matériel de vote. Ils ne pourront pas voter. (...) La démocratie de l’entre-soi excelle en période de crise. C’est une vérité qui se confirme à travers le monde. A Genève elle se porte aussi très bien avec la pandémie. Apparemment, les partis politiques ont été consultés avant de valider les élections. Mais quels partis? dans bien des communes, il existe des listes municipales, sans grands moyens, avec pour seule force d’aller à la rencontre de la population sur le terrain. Ce qu’ils n’ont pu faire. Les grands gagnants sont les partis ayant des représentations au Grand Conseil et disposant de l’argent nécessaire à un envoi postal. Les partis riches donc. Le maintien de ce scrutin a été une erreur. Chaque jour le montre un peu plus. (...) Les bâtons mis dans les roues des petits partis par les décisions prises sont évidents. La plupart des candidats de ces petits partis ont assurément peu de chance. Et alors? La manière dont certains profitent des circonstances pour servir leur cause est très néfaste. C’est une victoire à la Pyrrhus.

Jean-Dominique Michel: Appel au conseiller fédéral Alain Berset

J’en appelle à vous de manière pressante pour que vous restauriez d’urgence les médecins généralistes dans leur droit de prescrire de l’hydroxychloroquine à leurs patients atteints du Covid, droit inaliénable qui leur est aujourd’hui de fait retiré. Nous avons aujourd’hui le recul suffisant pour savoir que les dégâts en lien avec la pandémie en cours sont directement corrélés à la pertinence des mesures sanitaires qui ont été prises. Vos services et vous-mêmes aurez à répondre, Monsieur le Conseiller fédéral, d’une impréparation saisissante face à un risque majeur ayant conduit à l’élaboration de différents plans depuis 20 ans, remisés les uns après les autres au fond d’un fédéral tiroir comme autant de lettres mortes. (...)

Jacques Davier: Corona Blog (II)

A part commencer à tourner en rond dans mon appartement? Surfer sur le web, mais cela a aussi ses limites. L'occupation la plus intéressante est la lecture, et là, je l'ai déjà dit, je ne manque pas de "munitions"! La (re)découverte de Nietzsche restera liée, pour moi, à ce coronavirus, qui pourrait bien, d'une certaine façon, être "nietzschéen"... Bon, sérieusement, outre qu'être un grand philosophe, Nietzsche est également un immense poète. Qu'on pense à son Zarathoustra, aux poèmes disséminés dans ses recueils d'aphorismes philosophiques, à ses Dithyrambes pour Dionysos. Trêve de discours, je m'y replonge! Au programme, Humain, trop humain. Un titre qui me semble approprié! (...)

André Thomann: Qui est responsable?

Il doit bien avoir un responsable de l’invasion de cette épidémie trop souvent meurtrière. Il y en a un, et Hani Ramadan (H.R.) l’a identifié : les coupables, c’est nous. Nous sommes des vicieux, des violeurs, des adultères, nous nous vautrons dans le stupre. Étonnez-vous qu’Allah, justement irrité, ait décidé de punir les débauchés que nous sommes devenus. Il était déjà intervenu lorsque le sida était apparu. Il nous avait fait comprendre que cette maladie était honteuse puisqu’elle frappait ceux qui avaient un comportement sexuel déviant, les homos donc. Nous avions donc appris ça par H.R. qui est le porte-parole d’Allah et son conseiller en communication. Certains se demanderont, en ricanant (les gens sont méchants), à qui Achère pensait précisément en mentionnant l’adultère parmi nos vices. Ce n’est pas moi qui aurait cette pensée sadique. Jamais. La croyance en une punition divine existe dans toutes les religions. (...)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.