Claude Bonard: La neutralité suisse, un moyen et non une fin en soi

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Nouvelle édition de notre revue des blogs publiés sur le forum blog.tdg.ch de la Tribune de Genève. Pour consulter les blogs cités, cliquez sur leur titre ci-dessous. Les blogueurs apprécient les commentaires. Merci d'être concis, courtois, pertinents et de signer votre envoi. Pour retrouver les blogs sur les smartphones et les tablettes, sélectionnez la rubrique Vivre! Pour créer un blog, faites acte de candidature à blog@tdg.ch.

Claude Bonard: La neutralité suisse, un moyen et non une fin en soi

C'est fou les commentaires que l'on peut lire sur la neutralité suisse ces derniers jours dans le contexte de l'affaire Crypto AG. Beaucoup jouent les vierges effarouchées. Faut-il rappeler que la neutralité de notre pays est depuis longtemps un moyen et non une fin en soi ? (...) Au cours des premières semaines de la Seconde Guerre mondiale, l'état-major général suisse a veillé a rassurer les belligérants sur le fait que la Suisse entendait faire respecter sa neutralité et que les dispositions militaires qu'elle prenait l'étaient dans ce seul but. Des contacts eurent lieu notamment au niveau des attachés militaires accrédités à Berne mais pas seulement. Ils étaient aussi facilités du fait que plusieurs officiers suisses de haut rang avaient suivi soit l'enseignement de l'Ecole Supérieure de Guerre à Paris soit celui de la deutsche Kriegsakademie de Berlin. Les réseaux tissés avant la guerre tant à Paris qu'à Berlin pouvaient s'avérer précieux. C'est dans cet état d'esprit que, conscient de l'état réel de ses forces, le général Henri Guisan chargea à la fin du mois de septembre 1939 le major Bernard Barbey, journaliste, écrivain bien connu qui habitait à Paris avant la mobilisation de guerre d'une mission particulière. Il le pria de prendre contact sous prétexte de ses affaires civiles à Paris avec l'état-major français et d'y avoir des discussions informelles avec l'état-major français. Il s'agissait pour le commandant en chef de l'armée suisse d'examiner l'hypothèse de la conclusion d'un accord militaire secret dans le cas où une attaque allemande contre la Suisse interviendrait. Toutefois, l'offensive allemande de 1940 et la défaite de la France réduisent à néant ces efforts et la situation allait devenir très inconfortable politiquement parlant pour la Suisse au moment où les troupes allemandes découvrirent presque par hasard le 16 juin 1940 à Dijon et à La Charité-sur-Loire de wagons de chemin de fer contenant les archives du ministère des affaires étrangères et du haut commandement français. (...)

Anne Cendre: Une grippe monstrueuse et malnommée

Le coronavirus va-t-il devenir pour le 21e siècle ce que la grippe espagnole a été pour le 20e siècle ? La cause de millions de morts ? Dans son livre La Grande tueuse, comment la grippe espagnole a changé le monde (Albin Michel 2018, paru en Angleterre en 2017), la journaliste scientifique et romancière Laura Spinney écrit : « ce que la grippe espagnole nous a appris, c’est qu’une autre grippe pandémique est inévitable ». Pourquoi ce qu’elle appelle « la plus importante tragédie démographique du 20e siècle, et peut-être de tous les siècles passés » a-t-elle été nommée « grippe espagnole » alors que l’Espagne en a été une victime innocente ? Parce que l’Espagne a été le premier pays où l’on ait officiellement mentionné l’épidémie, le roi Alphonse XIII en ayant été atteint en mai 1918. C’était la première vague de la pandémie qui en connut trois autres jusqu’en mars 1920. (...)

Catherine Armand:Candidate 24/24

(...) L’espace public autour de chez toi devient ton terrain de jeu principal, et tes voisins et les passants, des cibles. Mais la subtilité doit rester de mise… Avant de brandir un dépliant pour ta charmante voisine de l’allée d’à côté, tu n’omets pas de demander des nouvelles de sa santé et de sa chienne. Son "en tout cas, je ne voterai pas pour Machin", fait ta journée, tout comme le "vous êtes encore plus belle que sur votre dépliant" du monsieur devant la poste. Oui chère candidate, ton quotidien et ta vie dans ton quartier vont encore être chamboulés quelques semaines. Que dis-je quelques semaines ? Si tu es élue au Conseil administratif, tu seras en représentation "de rue" pour 5 ans, toujours impeccable, toujours souriante, toujours disponible, le survêtement rose croupissant au fond du placard et la brosse à cheveux toujours à portée de main… (...)

John Goetelen: le record vieux de 117 ans sera-t-il battu aujourd’hui ?

Le record tient depuis le 22 février 1903: 20,6°. (...) Sur ce récapitulatif des records depuis 1901, on voit par exemple quatre dates en 1958, alors que l’on était en phase de refroidissement climatique: le 9, le 10, le 13 et le 16 (avec 19,5°). Février 58 est connu comme très doux en Europe de l’ouest. Des chroniques en font état, comme celle-ci (extraits): (...) Alors profitons de ces belles journées. On ne sait pas ce que demain nous réserve. Et si l’on vous dit que des records ont été battus, laissez dire. Les records ne sont pas des signaux absolus. Non qu’il n’y ait pas de réchauffement, mais parce que celui-ci ne peut être réduit à quelques records et à une cause unique, et parce que ses effets visibles sont loins d’être dramatiques.

Simon Brandt: Le temps d'une nouvelle ère en Ville de Genève

C’est sous ce slogan que les 34 candidats au Conseil municipal (14 femmes pour 20 hommes), dont un tiers ont moins de 35 ans, font campagne depuis plusieurs semaines pour les élections municipales. A titre personnel, j’ai l’honneur d’avoir été désigné comme tête de liste avec pour objectif de récupérer le siège perdu par le PLR au Conseil administratif en 2012. Depuis maintenant 25 ans, la Ville de Genève est gouvernée par une majorité de gauche qui semble considérer notre Cité comme sa propriété privée. Pour preuve les abus relevés par la Cour des Comptes et les nombreux scandales qui ont émaillé cette législature. (...) Avez-vous l'impression que le Conseil administratif est à l'écoute de vos problèmes? - Trouvez-vous qu'il y a suffisamment d'espaces verts? - Est-ce que la politique d’aménagement urbain est une réussite? - Estimez-vous que nos rues sont suffisamment propres? (...)

Rolin Wavre: Extension de Cornavin : quel impact auront les chantiers sur la Ville ?

L’Office fédéral des Transports et les CFF prévoient de mener des travaux énormes en pleine ville entre 2024 et 2031, puis encore de 2035 à 2041. L’excavation de deux voies et un quai à chaque fois, entre Montbrillant et la Servette. Sur 420 mètres de longueur, plus les infrastructures, les accès. C’est déjà énorme. Mais ces 4 voies ne vont pas plonger à 25m sous la terre pas la seule force du Saint-Esprit. Il va falloir creuser des trémies d’accès sur 1,5 km à l’entrée et la sortie. C’est donc un chantier total de 3,5 km en pleine ville. Le fait que cette gare est prévue en sous-sol permet aux autorités de laisser croire que ça va se passer Presque inaperçu. Je pense que c’est grossièrement faux. J’en veux pour preuve le fait que les autorités n’ont jamais rendu public l’impact de ces chantiers sur l’espace urbain... et pour cause, ce serait la fin du projet. (...)

Rémi Mogenet: Les universitaires du style

(...) Je lui ai aussi reproché sa malveillance relative à mon style. Les universitaires qui n'ont jamais publié aucune œuvre littéraire, ni poésie, ni roman, ni rien de ce genre, prétendent souvent s'y connaître en style. Ils sont pourtant dénués de compétence sur le sujet. Pour affirmer le contraire, celui-ci m'a assuré qu'il faisait aussi étudier Marcel Proust, pas seulement Tolkien. Le sens de cette remarque m'a totalement échappé. Elle m'a néanmoins rappelé tous ces professeurs de lycée de ma jeunesse qui, sans fondement aucun, se posaient comme spécialistes de la beauté du style parce qu'ils diffusaient la littérature nationale… Peut-être voudra-t-on rappeler que les concours que passent victorieusement les professeurs ont aussi des examinateurs qui veillent au beau style. Vraiment? Je me souviens avoir eu de mauvaises notes, à ces concours, mais avec la mention sur la copie que mon style restait beau. (...)

Créé: 24.02.2020, 15h23

Le meilleur des blogs

Didier Bonny: « La Communion » : en état de grâce

Xavier Comtesse: 2020 catastrophique pour l’horlogerie suisse

Haykel Ezzeddine: Ah le Jet d'eau!

Vincent Schmid: #Griveaux et le onzième commandement

Djemaâ Chraïti: Ouf, Gallimard ne me publiera pas

Rolin Wavre: Route suisse, une belle occasion manquée

Jean-Noël Cuénod: L’insoutenable légèreté de Benjamin Griveaux

Guy Mettan: Affaire Crypto, mais que font nos espions ?

André Thomann: Douce France

Rodolphe Weibel: J’ai présenté la boucle CFF genevoise

Christian Brunier: Chœur de pomme

Vincent Schmid: Pour Mila

Marc Schindler: La chute du banquier noir

Gabriel Jaccard: La politique extérieure de l'UE en Suisse

Pierre Kunz: L'autoritarisme pour sauver l'humanité ?

Edmée Cuttat: «Adoration», l'éloge de l'amour fou

Jean-Michel Olivier: Georges Steiner, professeur et tyran

Bruno Hubacher: Crime en col blanc

Jean-Noël Cuénod: Edouard Philippe, à quoi peut-il bien servir?


Pierre Béguin: La rééducation des citoyens

Anne Cendre: Arsenijevic à Marmottan

Simon Brandt: Ma vision et mes projets pour Genève

Sami Kanann: La possibilité d’un avenir à chaque enfant


Pascal Décaillet: Suzette face à la Communauté du Bien


Olivier Baud: Salaires « hors classes »... mais pas hors canton

Didier Bonny: « 1917 » : époustouflant

David Frenkel: 75e anniversaire de la libération d'Auschwitz

Sylvain Thévoz: Les arbres repoussent, pas la vie humaine

Pierre Kunz: La propagande trompeuse d'Oxfam

Paolo Gilardi: Toutes des salopes?

Jacques-Simon Eggly: Sur ces scandales sexuels

Catherine Armand: Des inégalités aussi dans les communes «riches»!

Valentin Dujoux: Des panneaux de signalisation féminisés

Edouard Dommen: Munitions englouties

Christian Brunier: Défendons la parole libérée des femmes

Patrick -E. Dimier: Un renoncement à juger

Link

Manuel Alonso Unica: Les Pâquis contrent les vélos

Edouard Dommen: Les vaches à lait sont des travailleuses

Djemaâ Chraïti: Sur les traces du héros, l'esclave Benkos Biohò


Philippe Meyer: Après le crash ?

Pierre Béguin: L'ogre Matzneff

André Naef: Trump et l'Iran: la loi de la jungle

Didier Bonny: L'enjeu de la votation du 9 février

Abbas Aroua: Critères pour différencier les entités à référence religieuse

Arnaud Cerutti: Roger Federer: 2020, avec l'envie d'y croire

Rolin Wavre: Souffrance et incompréhension

Charly Schwarz: Une démocratie à réinventer

Hank Vogel: Bonne année 2020!

Marc Schindler: Dr Carlos et Mr Ghosn

Olivier Emery: Enfant de Dieu ou du diable ?

Claude Bonard: Les nappes du Père Glôzu

Pascal Décaillet: Glôzu, pour toujours

Alain-René Arbez: Noël !

Edmée Cuttat: «Echo», singulier Noël à l'islandaise

Jacques-Simon Eggly: Vers un retour de l’éthique

Pascal Holenweg: PS genevois : du bon usage d'une crise(tte)


Vincent Schmid: La joie rare

Jean-Noël Cuénod: Amorce d’un grand ras-le-bol mondialisé ?

André Naef: Un camélon nommé Boris

Jean-Michel Olivier: Grâce à Venise

Demir Sönmez: 81e édition Coupe de Noël

Bernard Comoli: Davi Kopenawa « Prix Nobel alternatif »

Sylvain Thévoz: Les casseurs sont au parlement!

Michèle Roullet: Le PISA Nouveau est arrivé!

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La débâcle du PLR
Plus...